Pourquoi je ne crois plus en Facebook

En ce moment Facebook a la côte : on en parle à la radio, à la TV et les journalistes des grands médias n’en finissent plus de s’interroger sur les raisons de ce nouveau phénomène social. Et pourtant la réalité est tout autre.

Souvenez-vous, il y a quelques mois la coqueluche de l’époque s’appelait Second Life. Nous sommes donc en train d’assister à un phénomène classique de résonance : on en parle parce que les autres en parlent.

Facebook est-il révolutionnaire à ce point ? Ce service mérite-t-il une telle attention ? Oui, en partie. Mais sans vouloir lui retirer son indéniable succès et certaines qualités, il y a fort à parier que les annonceurs n’y trouveront qu’un intérêt très relatif.

L’explication est toute simple et peut-être résumée ainsi :

  • La croissance et l’audience de Facebook sont largement sur-évaluées ;
  • L’écosystème mis en place autour de la Facebook Platform ne tiendra pas ces promesses ;
  • Les modèles publicitaires présentés récemment sont bancals ;
  • La concurrence avec d’autres plateformes sociales va être très rude.

Donc en un mot comme en cent, malgré l’enthousiasme de son jeune CEO, Facebook ne révolutionne rien du tout.

Les chiffres en question

Commençons tout d’abord par nous intéresser aux fameux chiffres mirobolants de Facebook :

Vous l’aurez compris, les chiffres présentés par Facebook sont surtout impressionnants pour ceux qui veulent croire à leur jolie histoire. La Facebook Platform est certes un très bon facteur de croissance mais force est de constater que les meilleures places sont déjà prises.

Une plateforme à peine entre-ouverte

Et puisqu’on en parle, intéressons-nous à cette fameuse Platform. Quand on y regarde de plus près, on se rend rapidement compte qu’elle n’est pas si ouverte :

  • les applications utilisent un langage spécifique (le FBML pour Facebook Markup Language) ;
  • Les applications sont hébergées au sein du Application Directory (régit par Facebook) ;
  • les fournisseurs d’applications doivent se conformer à une charte (définie par Facebook).

Nous sommes ici bien loin de la souplesse des API et de la rigueur des Web Services. Si le succès du web 2.0 repose en partie sur les fameux mashup et sur l’innovation par l’assemblage, l’innovation est ici fortement limitée par ce langage spécifique et par la taille de la base d’utilisateurs (55 millions, ce qui n’est pas énorme).

Le fait que des agences se soient spécialisées dans le développement d’applications Facebook (RockYou, Slide…) est un signe que ces choix techniques sont un frein au développement.

Le Social Graph en question (il y a amis et amis)

Pour faire simple, le Social Graph est une représentation de nos relations et des interactions qui en découlent. La promesse de Facebook est donc de proposer aux annonceurs de pouvoir modéliser de façon très fine ce fameux Social Graph. Oui mais voilà, sur quoi repose-t-il ? Ou plus exactement, vos friends sur Facebook sont-ils réellement vos amis ? J’en doute fort. J’ai plus de 600 contacts associés à mon profil, dont à peine une dizaine que j’ai réellement rencontrés.

Les amis de Facebook sont pour la plupart des relations améliorées, et c’est bien là où se fait la différence. Dans la culture anglo-saxonne la notion d’amitié est très différente de la notre (les latins) : ils savent parfaitement mélanger relations professionnelles, amis d’un soir et amis d’amis.

Conséquence : je me vois mal faire confiance à un membre de mon réseau dans la mesure où :

  1. je ne sais pas réellement qui il est (la majeure partie des profils n’est pas réellement renseignée) ;
  2. je ne sais pas ce qu’il me veut (les intentions ne sont pas clairement exprimées) ;
  3. j’apprécie moyennement le fait qu’il me balance des moutons à la tête ou qu’il me donne de grande tapes dans le dos (Super Poke).

Pour vous convaincre de la superficialité de votre réseau posez-vous la question suivante : à combien de vos friends prêteriez-vous votre voiture ou votre appartement ?

Un gros problème de prise en main

La mise en page de Facebook est nettement meilleure que celle des pages MySpace ou que des Skyblogs, c’est indéniable. En revanche ce service est-il suffisamment simple et convivial pour séduire le plus grand nombre ? J’en doute. Il existe des millions d’utilisateurs de Netvibes car le bénéfice de ce service est immédiatement perceptible (on bouge des boîtes, on ajoute des widgets…). Mais vous devez bien avouer que l’expérience d’utilisation de Facebook est plus que troublante : trop d’applications, trop de termes jargonneux, trop de complexité.

En fait il y a un réel problème de guidage et de prise en main. Pour faire simple : les novices sont complètement perdus. Pour vous en convaincre, je vous invite à lire les commentaires d’un vieux billet que j’avais rédigé sur Facebook mais qui est très bien positionné dans Google :

  • « Pouvez svp m’expliquer à quoi sert facebook et comment s’inscrire. Merci de me répondre car je ne suis pas une pro de l’informatique« 
  • « J’aimerais qu’on m’explique svp quelle réelle différence il existe entre facebook et myspace« 
  • « Que veut dire “site”?« 

Je veux bien croire qu’Aziz et sa bande de potes s’éclatent sur Facebook, mais ce service n’est aujourd’hui pas configuré pour séduire plusieurs millions de personnes : trop complexe, trop riche et surtout pas de traduction prévue pour l’interface.

Des programmes publicitaires très douteux

Nous en venons maintenant au plus gros problème de Facebook : sa plateforme publicitaire. Pourquoi est-ce un gros problème ? Parce que le modèle économique de Facebook repose sur des fondamentaux instables.

Il existe ainsi plusieurs programmes (détaillés ici : Facebook Advertising – 3 New Ways To Play) :

  • Les Business Pages qui sont un équivalent des pages sponsorisées par des marques comme sur MySpace (avec mise en avant de produits et liens vers des partenaires). Gros problème : il n’est pas possible d’inviter des fans à partir d’une business page. Conséquence : le seul moyen d’avoir une business page avec un noyau dur de fans est de transformer une page perso en une business page. Si vous savez lire entre les lignes alors vous pouvez vous faire une bonne idée des détournements possibles : fausses pages perso à vocation business, revente à des marques de pages persos populaires…
  • Les Social Ads qui sont affichées sur la page d’un membre ou dans son mini-feed. Idem, on peut tout à fait anticiper un véritable trafic d’audience basé sur la popularité d’un profil (ça me rappelle une sombre histoire de blogueurs vendus) ;
  • Le Project Beacon qui se sert de données comportementales collectées sur différents sites partenaires (cf. Facebook ads definitely creepy, possibly illegal et Is Facebook Beacon a Privacy Nightmare?) pour mieux cibler votre profil et celui de vos potes. Autant vous dire que cela pose de très sérieux problèmes éthiques.

C’est sur ce dernier point que le jeune CEO de Facebook ne parvient pas à rassurer l’industrie publicitaire et les annonceurs : Partant du principe que les membres sont le vecteur de la marque, sans redistribution de revenus, cette affiliation stérile ne bénéficiera qu’aux marques les plus fortes (Apple, BMW…), donc celles qui n’ont pas réellement besoin de ce programme (cf. I’ll spam my friends, but I want a piece of the action).

Au-delà de ces problèmes de respect de vie privée et de confidentialité, ce réseau de sites mouchards (qui dénoncent les actions des membres de Facebook) peut avoir une influence très néfaste sur le comportement des internautes et sur une éventuelle prise de décision d’achat : Facebook’s Beacon and Boundary States. A partir du moment où toutes vos actions et achats sont visibles sur votre profil (dans votre mini-feed), est-ce que vous n’y réfléchirez pas à deux fois avant de cliquer ? Ne vous direz-vous pas « comment va réagir mon audience à cet action / achat » ?

Sont-ils en train de réinventer la roue ?

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai réellement l’impression que l’offre de Facebook ne révolutionne rien du tout (pages business, publicités ciblées…), voire qu’ils sont en train de refaire les erreurs du passé (ciblage comportemental basé sur les actions des internautes, à l’époque on appelait ça du marketing 1 to 1).

Quand on y réfléchit bien, que propose Facebook ? Des business pages (vous possédez déjà un site web, non ?), des statistiques détaillées sur le nombre de visiteurs sur ces pages (une belle régression par rapport aux outils d’analyse de la performance actuels) et des programmes publicitaires basés sur le CPM et CPC (même pas de CPA à la Amazon ?). Bref, ils nous font le coup du web dans le web, une sorte de couche d’abstraction au web « grand public » réservé à une bande de jeunes qui se balancent des moutons à la tronche. Désolé mais ce n’est pas ce que j’appelle une révolution, d’autant plus quand les questions de confidentialité et d’amitié sont très ambigües.

Une IPO est-elle la solution ?

Avec l’argent récolté auprès de Microsoft, on est en droit de se dire que Facebook va tranquillement préparer son introduction en bourse pour lever des fonds et accélérer sa croissance. Le problème c’est qu’une introduction en bourse n’a rien de tranquille : il ne suffit pas de louer des bureaux à New-York et de débaucher un CFO pour y parvenir.

Les financiers ne sont pas des imbéciles et je doute fortement qu’ils se laissent séduire par cette belle histoire de jeunes prodiges en tongs Adidas qui s’éclatent à faire des overnight coding sessions.

Rajoutez à cela un problème de valorisation, car Facebook n’a jamais été valorisé à 15 milliards de $ : Even Microsoft doesn’t value Facebook at $15 billion.

Que se passera-t-il quand Facebook n’aura plus la faveur des médias et du grand public ?

En voilà une bonne question, d’autant plus que ça a déjà commencé :

En résumé : avec cette nouvelle plateforme publicitaire Facebook risque de perdre la confiance de ses membres. Même si la croissance est toujours forte, il ne s’agit que d’un phénomène d’inertie.

Faut-il oublier Facebook ?

Non bien évidemment, chacun est libre de s’en servir pour construire son réseau et pour retrouver de vieilles connaissances. Par contre les annonceurs devront être très prudents quant à l’exploitation de ce réseau. Oui l’application iLike est un authentique succès, est-ce que pour autant Renault ou Naf-Naf peuvent en profiter ? J’en doute.

Facebook va donc progressivement venir se ranger aux côtés des MySpace, Skyblogs, Friendster… Comprenez par là qu’il va perdre son avantage concurrentiel vis à vis d’initiatives réellement plus ambitieuses comme OpenSocial ou mieux structurées comme ces nouvelles plateformes sociales.

Oui, j’ai crû au modèle de Facebook. Oui, j’ai bien crû qu’ils pouvaient révolutionner le web social et proposer une approche unifiée. Non, je n’y crois plus car ils vont avoir visiblement beaucoup de problèmes à transformer leurs rêves d’étudiants et réalité économiquement viable.

Mise à jour (20 avril 2011) : Un nouvel article a été publié sur ce sujet : Rétrospective sur les 3 dernières années de Facebook.

174 commentaires pour “Pourquoi je ne crois plus en Facebook”

  1. Posté par Laurent a dit : le

    Fred,

    Justement, à l’instar d’un maurice Lévy , on reparle d’une nouvelle bulle internet de manière pressante. Forcément ,le robinet publicitaire ne pourra nourrir tous les nouveaux réseaux spéciaux .On assiste déjà à une très forte baisse des prix sur Myspace…A suivre donc

  2. Posté par Wynfo.net a dit : le

    Bravo ! Superbe analyse de ta part que je partage car je n’ai jamais trouvé l’intérêt de Facebook à part retrouver des vieux amis !

  3. Posté par Aziz a dit : le

    « Je veux bien croire qu’Aziz et sa bande de potes s’éclatent sur Facebook, mais ce service n’est aujourd’hui pas configuré pour séduire plusieurs millions de personnes : trop complexe, trop riche et surtout pas de traduction prévue pour l’interface »

    Pas trop bien compris pourquoi je suis cité ainsi que ma « bande de potes » mais bon peut-être que je suis assimilé à la bande de jeunes qui s’envoient des moutons à la tranche, tu me diras.

    Sinon je ne suis pas du tout d’accord, Facebook est loin d’être complexe et est même déja mainstream alors que dispo qu’en anglais. D’ailleirs la traduction de l’interface est bien prévu pour bientôt (voir to do list sur le blog facebook)

    PS: Fred, le titre de ton message c’est : »Pourquoi je ne crois plus en Facebook? » mais dis moi, sincèrement, quand est-ce que tu y a déja cru finalement? Qu’est ce qui a changé entre temps si c’est le cas?

  4. Posté par Simon a dit : le

    « (cf. Les sales méthodes de Facebook) »

    L’article vers lequel pointe ce lien est le récit d’un malheureux benchmark de la part de son auteur qui a cliqué plus vite qu’il n’a compris le sens de ce qu’il faisait.

    Je viens de refaire la procédure et elle est parfaitement sécurisée et transparente, et j’invite très exactement qui je veux.

    Le seul réseau social à appliquer ce genre de pratique à ma connaissance est Badoo.com

    Bref ça n’est pas vraiment un argument en la défaveur de Facebook …

  5. Posté par styza a dit : le

    En attendant à force de parler tout le temps de Facebook, que ce soit en bien ou en mal, on fini par lui faire une pub monstre. Si tout les médias en parle c’est que tout les blogueurs dit « influents » ne parle que de ça.
    Rien qu’aujourd’hui Facebook a été cité au moins une dizaine de fois dans mon lecteur de flux RSS !! A la longue ça devient difficile de ne pas craquer et d’aller direct chercher Facebook sur Google pour s’inscrire. D’ailleurs c’est ce que je vais finir par faire à force de voir le mot « Facebook » apparaitre des dizaines de fois par jour sur l’écran de mon ordinateur.
    Je voulais attendre que le service soit en français car mon anglais est limité mais là j’en peux plus ! Je suis même pas encore inscrite que je suis déjà droguée !!!

  6. Posté par Simon a dit : le

    De plus je n’arrive pas à croire que l’auteur de ce blog arrive à s’abuser lui-même concernant la qualification de son réseau… si tu as 600 contacts bullshit Fred c’est parceque comme toute la tech community tu t’es rué sur FB quand la hype est arrivée et que tous ceux qui connaissaient ton nom t’ont ajouté comme amis trop heureux que tu étais de les accepter.

    Mais les heavy users du web (version positive de « la bande à Aziz ») ne sont pas du tout les utilisateurs de FB, pour eux – nous – il y a LinkedIn.

    J’observe au quotidien depuis septembre le comportement de classes entières d’étudiants qui découvrent facebook et la manière dont la notoriété, l’utilité fondamentale et ma mise en scène des egos (remeber last panel @ usability day) se répand comme une trainée de poudre parmi ces étudiants (qui n’ont que 18 mois de retard sur les étudiants américains) et il m’est facile de bien comprendre le succès de FB et son avantage sur ses concurrents – d’ailleurs je ne saurais trop te conseiller d’ouvrir la fenêtre plutôt que te prendre comme référent pour jauger ce réseau).

    Ce que je t’accorde, c’est que ce qui les menace les plus est une dégradation de leur image liée à une comm’ lamentable et à des déclations-pétages de plombs quand Zuckerberg balance qu’il veur dominer le monde. Chemin déjà emprunté par Google ces dernières années (mais qui cela dit ne les a pas vraiment gêné n’est-ce pas).

  7. Posté par Capitaine Commerce a dit : le

    Pas tout lu… mais je dois affirmer que ce qui m’a fait un peu peur dans facebook, c’est l’annonce récente de sa manière de vouloir faire de la pub reposant essentiellement sur des infos très (trop ?) personnelle, alors que ce n’était pas du tout le cas au départ.
    Il y a 6 mois, on parlait de Twitter. Depuis un mois, c’est Facebook : feu de paille ?

  8. Posté par Laurent Bazet a dit : le

    « Facebook ne révolutionne rien du tout ». Mouais… c’est tendance de dire que plus personne ne révolutionne plus rien du tout ! Pourtant si Facebook séduit c’est aussi parce qu’il a une personnalité différente des autres réseaux, bien positionné entre le pro, le perso/détente et la drague. Bref comme dans la vraie vie !

    Ceci dit tous les points que tu soulèves devront effectivement être traités pour construire une vraie réussite. Et sur le point de la pub en particulier, Facebook est peut être dans la ligne de mire mais pourtant les pratiques de tous les leaders du secteur sont toutes de la même veine.

  9. Posté par Aziz et ses potes a dit : le

    BTW >>> Quand tu dis « La croissance et l’audience de Facebook sont largement sur-évaluées » ==> Par qui?

    630.000 membres en France ça c’est un fait et c’est tout simplement ENORME pour un site (pour l’instant) accéssible uniquement en interface anglaise !

    Aziz (& sa bande de potes)

  10. Posté par Aziz a dit : le

    Désolé mais à chaque fois j’oublie un ptit détail, je promet c’est mon dernier commentaire:

    « ce service n’est aujourd’hui pas configuré pour séduire plusieurs millions de personnes »

    ==> Fred >>> FB a déja séduit des dizaines de millions avant même qu’on en entende parler en France, le Réseau n’a pas à faire ses preuves, il les a déja faite !

  11. Posté par speedyop a dit : le

    Si je devais comparer facebook a un système d’exploitation ça serait windows : propriétaire et jouant de sa part de marché pour imposer leur vision de ce que devrait être le web social.
    Alors que le web 2.0 a déjà commencer a poser ses jalons de web social, grâce aux API, flux RSS, micro formats et consort, comme l’a résumé Jeff Huber (google) : « The Web is the Platform »
    C’est l’éternel combat du libre, au sens open, contre le propriétaire. Le propriétaire convient a tous ceux qui ne se soucient pas de l’interopérabilité, ou de la propriété des contenus.

  12. Posté par GT a dit : le

    Fred, merci beaucoup pour ce brillant article (et surtout étaillé…)qui parrachève mon opinion sur la chose.
    Je m’étais bien gardé jusqu’a présent de me prononcer sur Facebook, et puis comme tout le monde (et c’est la qu’est le « drame ») je me suis inscrit « pour voir » comme on dit pour pouvoir me prononcer et je n’y trouve aucun interet et les dernieres annonces font froid dans le dos….
    De plus le streap tease numérique, je suis pas tres fan….Alors je pense que je vais faire peut etre en sorte de me désengager de cet outil si c’est possible…

  13. Posté par Eric Baillargeon a dit : le

    Je suis mitigé par ce billet Fred.

    Disons en gros que FaceBook est aux réseaux sociaux ce que NetScape 2 était aux fureteurs de l’époque. Une révolution, mais très loin de la perfection.

    Chiffres

    Je n’aime pas beaucoup les comparaisons de chiffres surtout avec des réseaux beaucoup plus vieux (Myspace et surtout Neopets) qui doivent avoir respectivement 30 et 50% de fiches complètement inactives. Spécialement Neopets avec ses mirobolant *33,953* utilisateurs en ligne en ce moment sur plus de 220 millions de supposéement inscrits. Quant à Windows Live, je cherche encore le lien avec FaceBook, c’est comme dire que Google grâce à ses AdWords et ses multiples services est un réseau social non ?

    Applications

    Elles ne datent que de quelques mois. Laissons la chance aux coureurs. Oui, le FBML est un peu maladroit, oui les vampires me tapent sur les nerfs, mais il y a aussi de plus en plus de perles comme ; Dooplr, FeedHeads (qui permet de publié cet article automatique dans mon profil grâce à Google Reader), SnowFlakes (qui donne les conditions de Ski de plus de 600 stations en amérique du nord et en europe), Causes, etc.

    Social Graph

    Encore ici, tu triches un peu. Grâce au WebCom Montréal tu as ici au moins un dizaines d’amis que tu as rencontré. Tu n’as pas d’amis en Europe que tu as rencontrés ? C’est certains que la force de maillage de Facebook ne peux pas être parfait, mais c’est un tout de même un très bon moyen de réseautage, non ?

    Prise en main

    Ici, je suis d’accord avec toi, il y a un certain problème, mais si on tient compte des possibilités et que l’on compare avec d’autres réseaux sociaux, disons un 7 sur 10.

    Des programmes publicitaires très douteux

    Là, je suis très d’accord sur l’efficacité plus que douteuse, car à la base un réseau social c’est pour.. socialiser et ne pas se faire bombarder de toutes part de publicité ou de pseudo conseils sur la qualité d’un produit ou service. Surtout par les partenaires externes de Beacon. Tous ces sites externes devraient clairement indiqué qu’ils peuvent « polluer » votre profil (et ceux de vos « amis ») et vous offrir un Opt-In et non pas un Opt-Out dans Facebookm comme c’est le cas.

    Par contre, il existe déjà moult moyens de se débarasser des publicités (script GreaseMonkey en autres) et avec des « amis » qui sont un peu trop friands des News Feed, tu peux les exclurent de facilement de cet espace.

    Mes 2 sous,
    Eric Bailargeon, un de tes « amis » FaceBookiens ;-)

  14. Posté par Tayeb a dit : le

    Personnelement, je pense que si tout le monde en parle maintenant c grâce ou a cause de vos billets postés pendant ces derniers moi (tt les bloggeurs)! vous ne parlez plus que de sa! et j’avoue que vous convainquez facilement les lecteurs! (je suis l’un d’entre eux lol)

  15. Posté par greg a dit : le

    Ta note est vraiment intéressante, bien documentée et réfléchie mais je la trouve un peu trop excessive.
    Je ne vois pas non plus Facebook comme un nouvel eldorado de la com, par contre, il y a clairement un engouement et malgré tout je pense que les gens « normaux » (à l’inverse des blogueurs qui réseautent par essence), ont vraiment uniquement leur amis dessus ou leur vieilles connaissances d’école/boulot.
    Pas forcément les amis à qui ils preteraient leur voiture mais au moins des gens qu’ils connaissent bien.
    Je suis également ok avec toi pour pondérer les résultats de Facebook et dire que tout le monde ne passe pas son temps sur facebook comme peuvent le faire certain. Idem pour les applis et d’ailleurs les gens commencent à être saoulés de recevoir 150 000 mails de Facebook pour l’appli machin et l’appli truc…
    Par contre, Facebook, à l’instar de Copaindavant est simple d’utilisation (si tu ne rentres pas dans le détail : twitter,appli…) et le bénéfice très clair. Le design et l’ergo sont également plus clairs que Myspace, l’utilisateur doit s’y retrouver plus aisément.
    En bref, Facebook n’apporte rien de nouveau (il y avait d’autres réseaux sociaux avant, il y a d’autres réseaux sociaux plus ciblés (mannequins, gens riches…)et il y en aura sans doute d’autres après), n’est pas forcément aussi développé dans tous les pays (en Allemagne presque personne ne l’utilise)mais a su surfer sur la vague et être suffisamment clair pour s’imposer dans de nombreux pays.

  16. Posté par Alexis ROLLAND a dit : le

    Belle analyse qui se veut argumentée… belle remise en question aussi et c’est pour cela que j’apprecie ton blog.

    Merci

  17. Posté par Florent a dit : le

    Bonjour,

    Je suis entièrement d’accord avec toi et je me posais la même question depuis quelques semaines… quoi de reellement neuf ou innovant dans cette plateforme ? Est ce que multiplier les reseaux sociaux a du sens ? pas si sur… on verra dans quelques mois !

  18. Posté par youpeka a dit : le

    « pourquoi je ne crois plus en fred cavazza »
    « parce qu’il ose comparer second life à facebook »
    :)

  19. Posté par gUiLe a dit : le

    Je te la prête ma caisse si tu en a besoin!

    Poke moi avant de passer prendre les clés.

    :)

  20. Posté par Matt a dit : le

    Moi quand on dit facebook je pense a:
    – a londres toutes les pauses midi ou les employes de la boite allaient sur facebook checker leurs messages, voir les invitations pour les soirees a venir, etc.
    – a la biblio de la fac d’edinburgh ou au moins 100 sur les 200 presents etaient sur facebook
    – dans les salles infos de mon ecole en france ou de plus en plus facebook traine
    – a la soiree de jeudi dernier trouvee sur facebook

    bref facebook ca fonctionne reellement et seduit des millions de users. a voir si la croissance va continuer autant mais j’ai de plus en plus de copains qui s’y mettent

    ps: je connais tous mes contacts facebook en vrai :)

  21. Posté par Rom1 a dit : le

    Hello !

    Même si je ne suis pas tout à fait dac avec toi, ça fait du bien d’avoir un contre-balancement. C’est vrai que tout le monde adule FB et du coup, on en perd un peu son objectivité.

    Du coup un post comme le tien permet de faire un peu le point sur ce que FB a (ou va) vraiment apporter au web.

    Je me marre en pensant à SL sur iPhone ahahah !

    R.

  22. Posté par PapyGeek a dit : le

    Je trouve aussi qu’on en fait un peu trop.

    Mais tout le monde est à l’affût de la nouveauté qui va cartonner, qui va au bout d’un an valoir quelques millions de dollars et du coup tout le monde en parle.
    Après forcement, il y a un peu trop de remue-ménage par rapport à ce que ça vaut.

    Par contre Fred, tu ne crois plus en Facebook, mais tu crois encore aux titres chocs ;)

  23. Posté par [Mauvaises pensées d’un consultant] :: FaceBook et l’entreprise?? :: November :: 2007 a dit : le

    […] Post virulent de Fred Cavazza à propos de FB. Je pense qu’il se trompe sur beaucoup de points, même si ses critiques tombent souvent juste. […]

  24. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    @ Tous > Mais bien sûr que ma prise de position est excessive, sinon il n’y aurait pas de débat !

    @ Aziz > Pourquoi toi ? Parce qu’il me fallait bine quelqu’un (désolé) ! Plus sérieusement le ‘maintream’ se compte chez moi en millions (=> Skyblog est mainstream). De plus je te confirme avoir crû en Facebook (cf. mes précédents billets). 650.000 utilisateurs avec une interface en anglais, effectivement c’est beaucoup. A partir de là existe-t-il encore un potentiel de croissance avant la traduction ?

    @ Laurent Bazet > pour moi un réseau positionné entre le pro, le perso/détente et la drague est un réseau qui n’est pas positionné (il essaye de plaire à tout le monde sans réellement plaire à une catégorie en particulier).

    @ Eric Baillargeon > Un script GreaseMonkey pour supprimer les pubs ? Mais ça relève de l’exploit informatique ton truc !

    @ PapyGeek > Ha mince je me suis fait griller !

    @ Tous > C’est tout de même étrange que personne ne réagisse réellement à cet honteux projet Beacon. Ça ne vous choque pas ?

    /Fred

  25. Posté par Cyril Rimbaud » Des chiffres sur les réseaux sociaux a dit : le

    […] Très intéressant aussi, un article de Fred Cavazza Pourquoi je ne crois plus en Facebook, démontrant que Facebook ne fera pas le poids face aux réseaux verticaux (ciblés) ou aux […]

  26. Posté par Nico a dit : le

    Fred,

    avant de te vouloir si affirmatif, vérifie que ce que tu écris est correct.

    Facebook ne fait pas de spam au recrutement de nouveau profil (sisi vérifie toi même encore)

    Si tu as 600 contacts que tu ne connais ps en vrai sur Facebook, c’est parce que tu l’as voulu. Moi j’en ai moins de 50 et je les connais tous. Tu peux très bien faire le ménage tu sais.

    Niveau complexité au contraire facebook et très clean et il est très facile a prendre en main. Il integre un parametrage de la vie privée qu’il est difficile de simplifier (sans nuire aux fonctionnalités)

    C’est comme disait le commentaire un intermediaire entre PRO (linkedin), perso (skyblog, myspace) et Love (meetic). Tout pour plaire!

    Facebook ne fait commencer et si tu t’etais renseigné sur le fait que la traduction Francaise arrive, tu n’ecrirais pas autant d’âneries à ce sujet.

    Facebook n’est pas un phénomène de mode, les gens y passent bcp de temps dessus en moyenne, et c’est très addictif si on le prend sous le bon angle (ne pas accepter les contacts bidons ou inconnus par exemple)

    Revois ta copie et ré-exprime toi sur le sujet dans quelques mois, on verra bien.

  27. Posté par Emmanuel a dit : le

    Avis mitigé également sur tes arguments qui me paraissent un peu excessifs. Je partage tes doutes sur le modèle économique mais le succés de Fecebook me semble acquis et durable. En revanche son audience est très largemetn gonflée par une viralité débridée qui ne rend pas compte de l’usage réel du réseau. Bref même symptome que Myspace.

    Par contre j’aurais aimé lire le même degré de raisonnement critique sur Second Life…

  28. Posté par Aziz a dit : le

    Fred >>> Autant pour moi, mais quand je disais mainstream je parlais plutôt d’hétérogénéité des profils au delà des « geeks/earlyadopters/trendsetters… »

    En France, je suis désolé mais compter en millions c’est se résoudre à ne pas compter tout court, par contre RDV en janvier pour le million justement sur FB et pour la VF qui normalement sera lancée d’ici là.

    Je te laisse je dois retourner voir mes potes sur Facebook ;-)

  29. Posté par Raphael a dit : le

    La connaissance client, je connais. Alors je peux vous dire que le projet Beacon, c’est pas grand chose ;-) Le scoring et tous les outils de CRM du marché sont potentiellement bien plus puissants (on entend pas trop Neolane sur le sujet…) mais bon, par manque de talent dans les sociétés qui disposent de mines d’information sous leur pied, rien n’est fait.

    La vraie question reste : est ce que l’information que je donne sert à autre chose qu’à cibler la pub (à ce titre monsieur Facebook, je n’ai pas de problème d’érection, et mon associé n’est pas gay ;-)

    En fait, je crois sincèrement que la privacy doit être étudiée sur base d’accord WIN/WIN, et ça fait des mois que j’en ai parlé… Allez on se réveille !

  30. Posté par PayeTonBlog » Marketing abusif sur FaceBooK a dit : le

    […] au futur de ce réseau social… Je me permets donc de vous réorienter vers un article de Fred Cavazza avec lequel je suis entièrement en accord. Je préfère vous donner ce lien, vu la […]

  31. Posté par Nicolas Cynober a dit : le

    Je titrais de la même mannière avec le même contenu (en tout cas les mêmes idées de fond) le mois dernier:
    http://nicolas.cynober.fr/blog/?p=8

    Facebook a un gros problème stratégique et un manque de visibilité certain sur le devenir du web. On ne vera pas de crash comme en 2000 car les revenus publicitaires sont là, mais ce qui est sûre c’est que la société est très largement sur-évaluée.

  32. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    Petites précisions à ceux qui publient des commentaires sans réellement prendre le temps de lire mon billet :
    – je n’ai jamais dis que Facebook allait disparaitre, juste qu’il allait perdre ses avantages concurrentiels ;
    – je n’ai jamais comparé Facebook à Second Life, mais plutôt le tapage médiatique autour de Second Life et maintenant autour de Facebook ;
    – je n’ai jamais dit que Facebook n’était pas populaire (ou que son succès se tarira), mais plutôt que son programme publicitaire ne réussira pas à convaincre les annonceurs ;
    – j’ai dit que Facebook ne tiendra plus la comparaison face aux autres réseaux « boostées » par OpenSocial ou face aux plateformes sociales de nouvelle génération.

    Mais il se peut que Facebook changent complètement de stratégie, auquel cas je publierais une nouvelle analyse.

    /Fred

  33. Posté par Jerome Paradis a dit : le

    Oui, Facebook a certains défauts. Mais comme déjà mentionné, il semble que ton plus gros problème est comment tu as défini ton réseau et tu l’utilises. Si tu ne connais pas tes amis, je te comprends. Si tu veux un réseau d’amis virtuels, ce n’est probablement pas le meilleur outil. Si tu veux un réseau d’humains que tu connais par contre…

    J’utilise Facebook pour le réseautage à Montréal où la majorité des gens de mon industrie sont membres. Je pourrais donner bien des exemples, mais je l’ai déjà fait ici (en anglais):
    http://blog.jeromeparadis.com/archive/2007/08/31/My-Yulbiz-Montreal-August-report-or-How-Facebook-improves-networking.aspx

    Mais, SVP, le dernier commentaire à propos d’OpenSocial!… OpenSocial est en version 0.5, a été annoncé prématurément et Google avoue qu’il reste beaucoup de pain sur la planche à intégrer les commentaires de l’industrie face à ses déficiences décriées. Mais vu que c’est plus « open » que Facebook, il faudra attendre que Google (et non pas la communauté « open source ») finisse de développer sa plateforme. Et si la définition de « qui sont tes amis » cause problème dans Facebook, ce ne sera pas mieux. Par contre, j’y vois aussi de l’intérêt. Pour d’autres pensées sur OpenSocial, j’ai écrit un autre billet:
    http://blog.jeromeparadis.com/archive/2007/11/06/Open-Social-the-next-standard-for-gadgets-on-blogs.aspx

  34. Posté par flo a dit : le

    La gestion des données perso, il y a quelques mois, m’avait plutôt dissuadée. L’idée de se servir d’un outil « social » ne me dérange pas plus que cela, même si je pense qu’il faut rester conscient du sens que prend « social » en ce cas de figure…

    Là où Facebook entame une phase de remise en question de la confiance des utilisateurs, c’est vraiment sur le programme de pub. Il est d’ailleurs très surprenant. Aujourd’hui, un tel réseau aurait parfaitement les moyens, puisqu’il tient tant à monétiser en « marketant », de pratiquer le permissive marketing. Or, c’est exactement le contraire qui est fait. (enfin, ce n’est pas seulement qu’il y tient, c’est que vu la masse investie il faut se réveiller pour songer à un modèle financier qui aie au moins l’apparence d’une promesse)

    mais de toutes façons, l’intégration de la pub ne peut pas ne pas poser de problème, ou à tout le moins être délicate. Regardez : on a au départ un site qui a un objectif et une philosophie relationnelle non merchandisée. Un site qui ne vend rien, au sens où il n’a pas de produits à vendre, qui n’est pas un site de e-commerce. A un moment donné, on intègre de la marchandisation, sans que le site aie un produit ou un service de son cru à vendre : ça signifie donc que le site devient régie appuyée sur l’audience, sur la VA de l’audience. Et cela modifie en profondeur son objectif et sa philosophie. « vient te comporter, tu m’aideras à monétiser parce que je regarde comment tu te comportes pour monétiser ciblé auprès de mes annonceurs ». C’est le centre de gravité du site qui se trouve déplacé, ou flouté : il était sur le topos utilisateur, il penche vers le topos annonceur. Avant, l’utilisateur pouvait se sentir au bout de la chaîne (« c’est fait pour moi, j’utilise et partage ») ; maintenant, il ne pourra ne pas avoir conscience qu’il est un maillon sur la chaîne (« ma présence, mes actions, mes données, sont aussi des outils, je suis aussi utilisé et partagé »). Comme tu le dis Fred, il y a un ajout qui vient modifier l’écosystème, et cela sans le nourrir. Il n’y a pas que cet aspect d’instrumentalisation, bien sûr, l’utilisateur ne se résume pas à une somme de données utilisables, mais il y a ça, et l’idée peut emmerder les gens. Et en plus, c’est à sens unique : le bénéfice utilisateur dans tout ça ? le fait de recevoir une publicité ciblée ? allons bon, qui va se croire bénéficiaire ?

    finalement, c’est un modèle vieux de pas loin de 15 ans qui ressurgit là : la bonne grosse mythologie des mégabases et du comportemental, ça vous dit quelque chose ? (si vous êtes assez vénérablement âgé, bien sûr :) )

    Attention, je ne dis pas que le « comportemental » n’aie pas de validité, mais simplement qu’à un moment donné il aurait été bon de se poser pour y réfléchir et chercher un concept de « comportemental » viable en matière de marketing. De façon à ne pas créer de « zones inondables ».

    J’ai lu sur ecrans.fr des articles que j’ai trouvés intéressants (vous tomberez dessus en allant sur le site).

  35. Posté par Erwan a dit : le

    Je trouve ton approche très saine et plutôt bienvenue à propos de Facebook. Néanmoins, pourquoi se limiter à Facebook ?

    La comparaison que tu fais avec Netvibes est intéressante : « on bouge des boîtes », « on ajoute des widgets… ».
    Est-ce donc cela la « terre promise » par le « web 2.0″ aux internautes ? Est-ce donc cela « l’internaute au pouvoir » ? « Bouger des boîtes ? »
    Cela est intéressant…

    Avant de « glorifier » OpenSocial, tâchons donc de prendre ce recul. On nous parle chaque jour de « liberté ». Pourtant, ne s’agit-il pas d’un formidable outil de contraintes ?

    Certes, les annonceurs y trouveront certainement leurs comptes. C’est déjà ça…!

  36. Posté par Fabrice Berger Duquene a dit : le

    Je trouve le débat très animé qui montre je trouve au minimum que FB ne laisse pas la communauté indifférente, ce qui clairement est une preuve d’une forme de réussite.
    Je voulais juste partager une expérience personnelle : j’ai testé la plupart des réseaux sociaux en ligne et le seul qui intéresse ma femme est FB. Je trouve hallucinant le temps qu’elle peut passer à « envoyer des moutons » ou faire des trucs absolument débiles sur le site, avec notamment ses « amies » du bureau.
    C’est là que je pense on peut toucher du doigt la performance de FB : permettre sans être Geek de créer des liens et d’avoir accès au hype d’internet.
    Attention, ce post n’est pas sexiste, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, mais je constate seulement au’avec une approche légère et assez facile de prise en main, on peut toucher un public très large.
    Le vrai problème que tu soulignes Fred, c’est que les vraies applications intéressantes sont noyées dans un tas de trucs assez pénibles et que ce n’est pas facile d’empêcher le site d’envoyer des notifications d’amis (et souvent de vrais amis) qui s’amusent avec le site.
    Bref, à mon sens, pas très pro, davantage perso même si une partie des contacts (en tout cas des miens) sont pro.
    Quoi qu’il en soit, débat passionnant.
    FBD

  37. Posté par Laurent Bazet a dit : le

    Fred Cavazza > Je me permets de revenir à la charge parce que je crois que c’est le coeur des réseaux sociaux. J’ai rencontré ma femme au boulot. Je m’amuse avec des amis mais je travaille aussi avec certains. Et mes contacts pros les plus « sérieux » adorent envoyer une bonne vanne de temps en temps. La vie et donc les relations humaines n’ont pas de cloisons pro/perso/amour. Facebook n’en a pas non plus. Il n’a pas à plaire à une catégorie en particulier car il plait à tout le monde. Ceux qui préférent s’ennuyer peuvent rester chez Linkedin !

  38. Posté par Cratyle a dit : le

    L’avantage concurrentiel de Facebook n’est pas tant aux technologies qu’il utilise qu’à la communauté qu’il agrège. C’est à la fois la certitude de sa pérénité -sans erreur majeure- et la limite de son développement. Facebook ne pourra aller au-delà du type de communauté qu’il définit: les relations sociales mondaines (et non les amitiés, comme tu le remarques justement). Il n’est pas exclusif d’autres réseaux centrés sur d’autres communautés, mais ne peut non plus s’y substituer. Facebook et Linkedin vont tous les deux subsister.

    Voici un papier d’octobre, où j’essaye de définir cette première « loi » des réseaux sociaux: http://cratyle.net/2007/10/24/guerre-des-medias-sociaux-20-le-vainqueur-est…/

  39. Posté par Xavier a dit : le

    Purrée, ça c’est de l’article! :)

    Jamais lu quelque chose d’aussi complet et construit sur Facebook. Bien content d’avoir refusé toutes ces invitations.

    Finalement Microsoft a sûrement fait une belle bourde avec cette dépense, non ? Puisque ça ne débouchera sur rien de particulier.

  40. Posté par D.VDA a dit : le

    Tiens, pas mécontent de lire du « Fred Cavazza excessif » : en effet, je ne vois pas vraiment Facebook marchouiller, à 15 B$ on me dit que ça ne va pas être possible, et les décrochages vont faire mal.

    Open Social va tout emporter. Les standards d’échange d’information sociale portés aux réseaux sociaux par la puissance de Google, c’est le début du Web sémantique.

  41. Posté par Robert a dit : le

    Pour savoir si Facebook peut conforter son succès, il ne faut pas oublier à qui ce réseau s’adresse : tout le monde (c’est aussi un positionnement que de ne pas se spécialiser !!). Pas de marché de niche, pas de segmentation bidon, et des services « universels » (agenda, amis, photos, etc.).

    L’internaute moyen ne lit pas les conditions d’utilisation (tant pis pour lui, il n’avait qu’à le faire avant de signer s’il ne veut pas de pub). L’internaute moyen ne connaît pas et ne connaîtra jamais Open Social, Beacon project et autres gargarismes de geeks. Regardez comme les portails « sociaux » sont éphémères en ce moment : on ne parle plus de Netvibes ou de Second Life depuis longtemps, Twitter est en train de passer de mode, ses remplaçants font de la masturbation intellectuelle en expliquant leurs concepts… Facebook marchera car 80% de son contenu est constitué de services simples pour des gens simples (i.e pas trop tourmentés par le 2.0, les réseaux et leur éthique)
    Attention aux chiffres tellement manipulables : parle-t-on d’utilisateurs actifs quand on compare les ordres de grandeur ? Quel est le nombre moyen d’amis par utilisateur (Fred, tu n’es pas représentatif avec tes 600 potes)? Combien de personnes ouvrent leur profil à des inconnus (Là encore Fred, tu n’es vraiment pas représentatif…)?

    Quelques remarques pour finir :
    D’un point de vue ergonomique, la comparaison Netvibes-Facebook n’est pas très pertinente. Je pense au contraire que Netvibes n’en finit pas de se complexifier et que Facebook est bien mieux pensé pour l’internaute moyen.
    D’une façon générale, je ne pense pas que les blogueurs soient bien placés pour savoir ce qui va marcher ou non : vous avez un profil et une façon de raisonner totalement déformée par votre vision du Web. Ce n’est pas la vision de M. Toutlemonde ! Regardez les chiffres de Facebook en France et écoutez la Voix du peuple…

  42. Posté par xavier.aucompte a dit : le

    Autant je trouve toujours très bon de se faire l’avocat du diable et d’aller chercher toutes les critiques ou oppositions possibles pour détruire ce que le bon sens commun met en exergue pour trouver une juste vision, autant je ne crois pas que la condamnation définitive soit une bonne chose si ce n’est marketing.
    Ton article rassemble nombre d’éléments forts et pour certains à revoir mais comme dit ci-avant.

    Ce qui me semble étonnant dans ta démarche et que j’avais de la même façon peu apprécié pour le « même » article sur Second Life est de voir le monde en blanc ou en noir et surtout limité à l’outil.

    Dans l’un comme dans l’autre cas, un nombre incroyable de gens ont changé leur façon de vivre, d’échanger, d’imaginer, de créer et donc un jour définitivement de travailler.
    Cette évolution est d’une telle force qu’on ne peut pas dire qu’elle soit bonne ou mauvaise ou qu’elle soit perdue ou non. Cette évolution doit nous amener à imaginer le demain présent avec ou sans FB et/ou SL.

    Mes origines agricoles m’amènent à te proposer l’image d’une catastrophe naturelle comme un vent très violent ou une montée soudaine des eaux d’un ruisseau ou d’une rivière.
    Dans ce cas, d’un coup, la nature montre sa force et reprend ses droits. Peu de temps après, la vie reprend. Tu vois après que là où c’est passé, c’est la nature qui a dit : vous m’avez oublié, vous avez oublié là où l’eau doit couler, là où le vent doit passer.
    Même si l’homme décide d’y replanter, il faudra s’attendre à connaître à nouveau cette réalité.
    Facebook comme Second Life nous montre un sens commun qui est la nouvelle vie sociale de demain qui n’est d’une certaine façon, à mon avis, que le retour à des concepts et habitudes des temps passés mais renforcés et transformés par les pouvoirs des nouvelles technologies.

    Pour conclure simplement, pour respecter le fleuve social qui s’est créé, je crois que Facebook va aller encore très loin et qu’il va encore évoluer du fait de ses utilisateurs qui sont les maîtres de l’outil. En cela, je reste d’accord sur certaines tendances et volontés actuelles qui ne peuvent qu’amener à une révolte facebookienne qui gronde déjà et qui obligera de conserver du sens.

  43. Posté par Facebook: le début de la fin (de la bulle?) « bibliothécaire a dit : le

    […] rigole doucement (il n’a jamais caché son peu de goût pour Facebook), Fred Cavazza qui fait un long billet pour expliquer comment il a perdu la foi (à lire absolument: synthétique et précis)… […]

  44. Posté par Gonzague a dit : le

    Une partie de l’analyse est très juste mais la partie concernant Aziz, la « complexité » de Facebook (quand je vois le nombre d’amis « Noobs » qui sont dessus) et le fait que tu aies 600 amis….que tu as accepté toi-même .. pas très logique nan ?

    Pour le reste notamment, ce que tu dis concernant leur programme publicitaire douteux, là j’adhère

  45. Posté par abadinte a dit : le

    Je pense que tu te trompes. Facebook va attirer un grand nombre de pubs ciblées. c’est le local qui va l’emporter avec l’appli neighborhoods.
    Enfin bon, on verra…

  46. Posté par Eric Pires a dit : le

    Je trouve la critique sévère. Facebook remplit parfaitement le rôle dont est tiré son terme d’abord, ce fameux livre des collèges US avec la photo des élèves et des promotions. Ensuite Facebook ressemble à ceux qui l’utilise finalement, puisque quand je vois tous les nanards qui passent leur temps sur des tests ridicules ou à intégrer des applications stériles, oui, là, l’intérêt est relatif.

    Par contre, et c’est un plus par rapport à MySpace par exemple, j’apprécie son catalogue d’adhérents et sa manière de lier les uns aux autres, c’est pratique, ça permet de retrouver de vieilles connaissances, et c’est assez ludique si l’on considère le côté voyeur de la chose, puisque l’on est constamment au courant des fais et gestes des amis sur Facebook.

    Bref, selon moi, c’est un outil sympa, pollué par des applications et un modèle de pub douteux certes, mais bon, relax, y a pire et il y aura pire.

  47. Posté par Pourquoi je ne crois plus en Frédéric Cavazza | Gonzague Dambricourt a dit : le

    […] simplement parce qu’il ne croit plus en Facebook. Mon monde […]

  48. Posté par valery a dit : le

    J’ai tendance à être d’accord avec Aziz sur la définition de « mainstream » : Skyblog ne l’est pas si n’y participent activement que des collégiens et lycées (même s’ils y sont tous inscrits). Sur Facebook, j’ai constaté pouvoir y retrouver TOUS mes cercles sociaux first life : associations, clubbers, collègues, amis de vingt ans etc. ce que je n’ai jamais constaté sur d’autres réseaux.

    Tout à fait d’accord en revanche pour estimer qu’Open Social risque de limiter sévèrement son potentiel de croissance, mais tant que les profils eux mêmes ne sont pas partagés entre les réseaux (i.e. pouvoir devenir « ami » avec quelqu’un inscrit à un autre réseau), le critère de choix d’un réseau où être effectivement actif reste au final le nombre de gens que l’on connais qui y sont inscrits.

    Quant à l’absence de localisation… est-ce qu’elle ne constitue pas au final une information sur le profil Français inscrits qui peut intéresser les annonceurs ?

  49. Posté par valery a dit : le

    « ils utilisent des méthodes très limites (cf. Les sales méthodes de Facebook) qui sont plus proches du spam social que de l’acquisition de trafic ; »

    Sauf que ce n’est pas le cas : le billet cité a été rédigé par quelqu’un qui ne lis pas ce qu’il clique. Il y a deux fonctions : trouver ses amis et inviter des amis. La seconde est faite précisément pour envoyer des invitation. Tout le monde est coché par défaut mais personne ne t’oblige à l’utiliser. La première indique qui est inscrit sur Facebook et qui ne l’est pas. Elle permet en effet à nouveau d’inviter ses amis mais là encore c’est une option.

    Une liste de mails avec une case cochée et un bouton « add to invite » puis ensuite le formulaire d’envoi de message… Pas vraiment d’ambiguité.

  50. Posté par Denis a dit : le

    Voilà une discussion bien passionnante.
    De temps il temps il suffit juste d’une ou deux fonctions sympathique pour attirer du monde. Je suis d’accord avec le lancer de moutons et autres applications débiles, mais le simple fait de retrouver des gens et de retrouver aussi leurs amis, de leur envoyer un message et même d’y attacher une vidéo, cela peut largement suffire à séduire beaucoup de monde.
    Effectivement il faut le maximum d’utilisateurs, comme pour tout réseaux.
    Phénomène de mode ? oui de ce côté-là tu as sûrement raison. Mais après tout on est comme des enfants avec un nouveau jouet non ?

  51. Posté par Vincent a dit : le

    Attention aux analyses fondées sur l’usage personnel (cf commentaire de Simon). Tu as 600 contacts et tu n’en a rencontrés que 10. Moi c’est le contraire, j’en ai 100 que je connais tous personnelement. Et sans moi même tomber dans le piège de l’extrapolation, je pense que le profil d’utilisateur majoritaire (les jeunes) est plutôt dans cette optique « non professionnelle ».
    Dommage que ton analyse soit un peu biaisée par ça.

  52. Posté par Oncle Tom a dit : le

    Si Facebook n’est pas une révolution et ne mérite pas la valorisation qu’on lui porte (Vivendi devrait les racheter et le renommer Vizzavi … d’ailleurs aujourd’hui y’a son retour), ça reste néanmoins l’outil le plus pratique pour rester en contact avec de nombreuses personnes.

    Ceci dit Facebook sera désuet quand quelqu’un lancera la même chose, totalement compatible avec OpenSocial, autant fonctionnel et proposant l’import des contacts Facebook. Là il n’y aura plus de raison de rester sur Facebook.

  53. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    Bon, je vais me répéter une dernière fois et après ça j’arrête car ça commence à me fatiguer : Je n’ai jamais dis qu’il fallait oublier Facebook et que ce service ne marchera pas en France.

    En résumé mon propos est de dire que Facebook n’est actuellement pas structuré pour révolutionner le monde des réseaux sociaux comme son CEO peut le prétendre.

    De plus je trouve très étrange que quasiment tout les commentaires éludent les questions de valorisation et d’éthique. Elles sont pourtant cruciales.

    /Fred

  54. Posté par Tijuan a dit : le

    Moi, je suis de ceux qui pensent que la bulle facebook va se dégonfler aussi vite qu’elle s’est gonflée.
    Sérieusement, Facebook risque de prendre une claque énorme et JUSTIFIEE le jour où les utilisateurs liront et comprendront vraiment ce qui est inscrit dans les conditions d’utilisations des données utilisateurs puisque, pour faire simple, tout ce qui est sur facebook appartient à facebook (textes, photos, cv et tout information déposée sur le site, applications et j’en passe). Et çà, çà me paraît pas ultra légal en soi, en tout cas sur le sol français. Et j’entends déjà les défendeurs touchés dans leur amour propre répondre: « si tu veux pas que ton contenu soit utilisé à « l’insu de ton plein gré », ne le diffuse pas sur internet »… trop facile non ?..

  55. Posté par The dark side of Facebook « Embarquement e-media a dit : le

    […] je vous recommande l’excellent billet de Fred Cavazza, qui est sans aucun doute plus neutre que le mien et soulève des questions […]

  56. Posté par PH Langlois a dit : le

    Bon je comprends pas mal de tes arguments, ils font du sens, mais je rejoins Vincent & Simon: attention à l’extrapolation de TA PROPRE expérience. A mon sens, ni toi ni moi ne correspondons à la cible original de FB. A la base, rappelons que c’est un réseau social d’étudiants.

    En France, il y a eu copains d’avant (et maintenant copain d’avant pro ? pas compris …). Il y a aussi bahut.com mais c’est vrai qu’à nos ages, on ne tend pas à y aller naturellement. Et il y a effectivement moins de buzz.
    Néanmoins, sur sa cible de base, le succès de Facebook est incontestable (je sais que tu ne le contestes pas, tu l’as précisé, longtemps après ton titre racoleur ;)).

    Sur les API, effectivement on PEUT utiliser le FBML. Ce n’est pas une obligation, mais ca permet une intégration relativement simple dans l’interface, et c’est ce qui garantie une expérience relativement homogène quelle que soit l’application utilisée. Je trouve que ca fait du sens, même si certains développeurs se trouvent « obligés » de coller une grosse image dans un bloc, pour ensuite voir l’information liée à l’appli.
    Anyway, vu que tu compares quand même ca à myspace & les skyblog … y’a pas de commune mesure.
    Ensuite, dire que les futurs réseaux sociaux seront mieux… oui, ca me paraît logique qu’il y ait une progression… donc c’est comme au temps du « web 2.0″, faut arrêter de vouloir que tout soit révolutionnaire, ou que rien ne le soit. Y’a des évolutions et sur la route des réseaux sociaux, Facebook est et restera quand même une milestone importante…

    Sur la valorisation de 15B$, ok l’information largement diffusée n’était pas exacte à 100% et ignorait une partie du deal. Même si c’est 10 ou 12B$ … ca reste pas mal non ?

    Et sur l’aspect éthique, j’ai du mal à comprendre le problème de la publicité ciblée. J’en ai parlé ici: http://blog.wegotideas.com/2007/11/04/beacon-la-publicite-ciblee-selon-facebook-et-lentree-dans-le-social-shopping/

    A+
    PH

  57. Posté par Cedric a dit : le

    Salut tout le monde,
    à propos de beacon :
    http://www.chouingmedia.com/blog/20071109/cedric_chouingmedia_is__surtout_ne_bougez_plus/

    Dans facebook, on y met ce qu’on veut. De mon côté je suis étonné par le taux d’adoption de mes potes pour qui il s’agit de la première expérience de visibilité en ligne. Ils n’avaient pas créé de blog ou de page myspace, ils se retrouvent sur facebook.

    Par contre, tous me disent que c’est un jeu de rôle en ligne. Celui qui gagne l’estime des potes est celui qui crée le groupe le plus con.

    Je n’utilise pas plus facebook que ça parce que :
    . j’ai un blog, un ziki, un compte flickr, youtube, etc
    . je m’en carre d’etre transformé en zombie (et, au risque de paraitre pédant, je n’ai pas le temps !!)
    . je trouve que ce site n’a vraiment aucune éthique, là où google en a déjà peu…
    . je veux utiliser une plateforme sur laquelle je décide *exactement* qui voit quoi. C’est ce que nous essayons de créer avec webjam.com

    Facebook reste un très bel outil pour déconner, mais cela s’arrête là. Les personnes sur facebook semblent etre pour beaucoup des personnes coincés devant leur ordi au boulot. Je suis devant mon ordi, mais je n’ai pas le temps de jouer.

  58. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    Fred,

    Ton billet a effectivement le mérite d’ouvrir le débat. Je doute comme toi que la stratégie publicitaire de FaceBook soit idéal pour lui assurer un business model capable de totalement satisfaire utilisateurs et annonceurs. L’annonce récente de Google avec Open Social risque également de redistribuer les cartes au détriment de FaceBook.

    Pourtant là ou je ne partage pas ton anlayse et où je rejoins Aziz, c’est que FaceBook en terme d’utilisation est plus simple que NetVibes. Aujourd’hui, sur NetVibes on parle de Widget, RSS, … qui ne sont pas encore des usages qui parlent à la majorité des internautes. FaceBook a le merite d’être le réseau social des réseaux sociaux (voir http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/10/22/6589602.html) et pour un internaute novice d’être rapidement simple à comprendre. Après en terme d’utilisation perso ou pro, il est vrai que de nombreuses applications n’ont que peu d’utilité mais comme le dite Fabrice Berger Duquenne beaucoup d’internautes recherchent également cet amusement, ce divertissement …

  59. Posté par Ca manque de polémique | Dauran, blog d'un artisan du web a dit : le

    […] alors rendu compte que la majorité des blogs que je lis sont consensuels alors qu’un peu de provocation mettrais de […]

  60. Posté par Amomenti » Blog Archive » On continue à propos de Facebook :: Stratégies web, permission marketing, marketing 2.0, promotion interactive, Référencement, SEO, Performance Marketing, expérience utilisateur, conception web a dit : le

    […] mettant en doute la valorisation et la perennité de facebook (ici et là), je vous invite à lire l’analyse de Fred Cavazza. Je suis d’accord avec lui, pas vous […]

  61. Posté par S.deCampou a dit : le

    De l’eau au moulin : la différence entre plateformes ego-centric Vs object-centric; fondamental pour comprendre la valeur d’usage et sa résultante financière d’une part et d’autre part anticiper sur le passage d’un réseau à l’autre :
    http://chimprawk.blogspot.com/2007/11/social-network-transitions.html

    Et le dossier spécial réseaux sociaux du JCMC (Journal for Computer-Mediated Communication) :
    http://www.zephoria.org/thoughts/archives/2007/11/12/its_live_new_jc.html

  62. Posté par Olivier D. ze kat a dit : le

    @Fred: avec tout les moutons que tu te prend sur la – tronche -, tu devrais te lancer dans le Kebab 2.0 :o))) .oO(osons griller Facebook)

    Je pense que l’on peut quand même reconnaitre à Facebook d’avoir ouvert une nouvelle voie… Mais comme le dit Apple, vaut mieux ne pas être le premier sur un marché, et prendre le temps de proposer une solution qui ne souffre pas d’erreurs de jeunesse.

    Notamment l’organisation des applications sur les profils sous forme de « box » qui n’a pas d’avenir. Idem pour les services de page de démarrage perso, on atteint trés vite une saturation du champ visuel de la page et le « bruit » général que çà génère ne permet plus de faire remonter rapidement les informations essentielles.

  63. Posté par Bob a dit : le

    Moi facebook je peux pas y aller parceque ma maman elle veut pas que j’aille sur des sites comme ca.

  64. Posté par valery a dit : le

    @Fred : « En résumé mon propos est de dire que Facebook n’est actuellement pas structuré pour révolutionner le monde des réseaux sociaux comme son CEO peut le prétendre. »

    Aucune entreprise n’est structurée pour faire ce que son CEO prétend :-)

  65. Posté par Bee2b: Le blog des agences Reflex Blue & Astön Agency » Blog Archive » Facebook a dit : le

    […] Pourquoi Fred Cavazza ne croit pas en Facebook. […]

  66. Posté par Lionel a dit : le

    Pour une fois je suis pas tout à fait d’accord avec cette analyse. Je n’ai jamais vu un phénomène comparable à Facebook dans mon entourage :
    – les Skyblogs ? réservés aux ados et très jeunes adultes
    – MySpace ? Surtout prisé par les mêmes que Skyblogs + l’univers de la musique
    – LinkedIn, viadeo ? Réservé aux pros
    – Second Life ? Trop compliqué, trop sexe, trop bordélique
    – Netvibes ? Surtout utilisé par certaines catégories pros spécifiques…

    Je ne suis pas un grand fan de Facebook mais force est de constater que jamais je n’ai vu autant d’amis, de collègues ou de parents me contacter par ce biais. Quelque soit leurs centres d’intérets. J’ai entendu s’exclamer hier une collègue par un « c’est génial, Facebook » alors qu’elle était jusque-là imperméable à ce genre de chose…

    Donc il y a vraiment un phénomène « mass market » autour de Facebook. Maintenant, tout succès a son revers et rappelez vous Google qui, encore aujourd’hui, est critiqué pour être parfois intrusif ou peu éthique (Google desktop, les applis on line collaboratives qui ôtent toute notion de confidentialité ou même les adsenses qui placent des pubs de rencontres coquines sur le blog le Loïc Le Meur)…

    A Facebook de savoir gérer sa croissance, d’éviter les pièges et d’innover suffisamment pour pas de ringardiser. C’est en tout cas un formidable outil de relations publiques auquel je reproche cependant (et c’est pour cela que je suis pas fan) de mélanger sphère pro et privée.

    Un dernier mot. Il ne suffit pas de révolutionner un marché (en l’occurence celui des réseaux sociaux) pour être populaire. Ce n’est souvent pas le plus tape à l’oeil ou le plus performant qui gagne. Des exemples ? Dans les consoles de jeu vidéo, la Wii tire son épingle du jeu pour son prix, certes, et pour son positionnement très grand public (la wiimote n’est que l’accessoire qui permet d’atteindre ce but). Le PS3 ou la XBox, bien plus puissantes se vendent moins bien. Apple n’offre pas les baladeurs mp3 les plus riches en fonctionnalités, mais ceux qui sont le plus accessibles au grand public (design, utilisabilité…)

  67. Posté par Khalid a dit : le

    Merci Fred pour cet article. Je te laisse le soin des analyses et arguments et je te crois moi :). ceci dit je me méfie toujours des nouveaux services Web 2.0 qui sortent. Plus on en parle plus on donne l’impression aux gens si vous embarquez pas vous êtes démodés et dépassés. En ce moment il y a des éruptions volacaniques dans le monde du Web 2.0 (les réseaux sociaux en font partie) et moi malgré mon passé de géologue et mon présent de technophile, j’aime les cendres et les volcans éteints!!!
    Je viens de lire cet article qui conforte certaines doutes de Fred
    Facebook vend votre profil à ses annonceurs !
    Juste confirmer tes dires, je viens de dénicher cet article : http://www.indexel.net/1_20_4984___/Facebook_vend_votre_profil_a_ses_annonceurs__.htm?origin=900

  68. Posté par Facebook, pourquoi et comment (le quitter) « bibliothécaire a dit : le

    […] donné d’emblée, qui suppose des essais et des erreurs, voire des bourdes (j’aime bien ce que dit Fred Cavazza des moutons que lui balancent des “friends” qui sont des presque inconnus). Et si je […]

  69. Posté par Je ne suis plus le seul à douter de Facebook… — Michael Carpentier a dit : le

    […] Pourquoi je ne crois plus en Facebook, de Fred Cavazza. […]

  70. Posté par Tahiri a dit : le

    Les services de networking social ne cessent d’avoir plus d’adeptes, le dernier capazoo.com va sans dout obtenir sa part du gateau, du moins sur le marché nord américain.

  71. Posté par Vincent Abry a dit : le

    Enfin quelqu’un qui me rejoint, je commencais à me sentir seul
    mon billet du 27 septembre:
    http://www.vincentabry.com/facebook-est-ce-vraiment-utile.html

  72. Posté par links for 2007-11-16 at DeStructUred Blog a dit : le

    […] FredCavazza.net » Pourquoi je ne crois plus en Facebook (tags: Facebook Blog Social_Networking) […]

  73. Posté par Web2Rules - Le web 2.0, c’est pas du buzz » Blog Archive » Facebook ou comment gagner sans innover a dit : le

    […] n’ai pas encore d’avis tranché sur la question, mais il est heureux que des gens comme Fred Cavazza jette un gros pavé dans cette marre […]

  74. Posté par adrien a dit : le

    à suivre

  75. Posté par Yan a dit : le

    Ce débat est excellent mais je le trouve parfois un peu confus…

    Fred, tu as sans doute raison sur deux points clés de ton billet :
    1/ FB ne révolutionne pas les réseaux sociaux. Mais c’est quand même une synthèse efficace, ludique, pratique et transversale de ce qui existait avant. De fait, il connait un succès intéressant et ce n’est pas uniquement le nb de membres qu’il faut prendre en compte mais l’activité de ces dernier. Hors celle-ci me semble importante. Ce n’est pas le genre de site auquel tu t’inscris pour ne plus jamais y revenir.

    2/ La problématique de la pub et de l’intrusion me semble ESSENTIELLE pour la pérennité du modèle tant au niveau de la confiance de ses utilisateurs que de la rémunération dudit modèle. En voulant calquer sur cette plateforme des modèles de publicités et de rémunération d’un autre âge, les gestionnaires de FB font certainement une erreur qui peut être lourde de conséquences. Ce n’est pas tant l’utilisation du marketing comportemental qui m’inquiète, il a encore bcp d’avenir contrairement à ce que tu écris. C’est plutôt la manière dont sont exploitées les données collectées et les modalités d’usages publicitaires que je trouve peu innovante et certainement d’une efficacité douteuse.
    Au niveau éthique, évidemment, cela pose également des problèmes. Ceci dit, encore une fois, tout dépend de la manière avec laquelle c’est fait et en échange de quoi. Cela fait 30 ans que les cartes de fid des enseignes enregistrent tous les achats en échange de réduc, cela n’empêche pas le nombre de cartes de se multiplier par 2 tous les 2 ans… Tout est dans la forme et l’exécution !

  76. Posté par Kilgore Trout a dit : le

    Ca me fait penser à mon petit cousin qui casse ses jouets quand il en veut d’autres.

    Yesak me fais remarquer que ce n’est pas la première fois que Fred casse un site en pleine ascension. Moi j’aime bien les billets de Fred, mais pas tous.
    Certains d’entre vous ont également fait le rapprochement avec Second Life.

    Ok, le modèle économique de FaceBook est bancale, mais :
    -les annonceurs ne sont pas tous stupide (si si, je t’assure)
    -je ne suis pas annonceur et tout ce que je vois c’est un nouveau terrain de jeu

    Donc je ne vais pas débattre plus longtemps.
    J’ai crée un groupe pour un Facebook libre, de la pression des annonceurs entre autres :
    http://www.facebook.com/group.php?gid=5726532397
    J’ai également crée une cause :
    http://apps.facebook.com/causes/view_cause/37589
    C’est marrant comme site Facebook. Si ça ne séduit pas les annonceurs…je m’en fiche !
    Bon week end à tous.
    KT

  77. Posté par NicoFayet, le blog » En vrac - 11 a dit : le

    […] Fred Cavazza ne croit plus en Facebook. Je n’y ai jamai cru. […]

  78. Posté par Branislav Peric a dit : le

    Je pense que suffisamment de choses ont été dites ici.
    J’exposerai prochainement mon point de vue et t’en tiendrai au courant Fred.

    Ci-dessous un schéma qui me plait beaucoup :
    http://www.deborahschultz.com/photos/uncategorized/2007/11/09/facebook_newsfeedprefer_3.jpg

  79. Posté par Kilgore Trout a dit : le

    aime bien aussi le schema

  80. Posté par Augustin a dit : le

    Bonsoir,

    Comme d’autres l’ont signalé, je ne suis absolument pas d’accord avec la « relativisation » de l’impact de FB. Pourquoi ?
    C’est simple, jamais je n’ai vu un site se développer autant et aussi rapidement auprès de ce que j’appellerai des « néophytes ». Des gens qui quand on leur donne une gmail ne se doutent même pas que c’est une adresse Google, des gens pour qui les flux RSS, c’est une blague de geek communiste et qui n’ont jamais entendu parler de netvibes…
    Pour une tonne de gens qui ne font pas partie de la blogosphère, FB cartonne.
    Après le milieu dans lequel j’évolue (étudiant) est certainement propice à FB (c’est le coeur de métier aux US après tout c’est peut-être la raison pour laquelle c’est peut-être pas si professionnel).

    Je peux me tromper, mais je pense qu’un public étudiant est une cible de choix pour des annonceurs.
    Pour autant, la valorisation à 15B$ c’est à dire 10 fois le CA annuel est tout bonnement ridicule. Payer pour de la croissance future c’est simplement prendre des risques inconsidérés puisque sur les marchés en croissance il n’est rien de plus instable que les parts de marché (je vous épargne le cours de finance *sic*). Pour ma part j’en déduis simplement que MS n’attend pas de son investissement qu’une « plus-value » mais un savoir-faire, des données à exploiter bref de quoi se refaire une stratégie de développement web.
    Vous vous doutez bien avec ce que je viens d’énoncer que je trouve ridicule l’idée d’une IPO (surtout que les marchés sont encore très frileux à l’égard des valeurs internet, sans parler des conditions de marché actuelles…)

    Sur la vie privée en revanche je suis assez inquiet parce que très clairement FB n’est pas clean de mon point de vue. Je fais très attention à ça et FB est véritablement intrusif… Mais bon, l’usage même de FB est assez intrusif finalement (notamment le tagging de photo qui doit être la fonctionnalité la plus utilisée à vue de nez).
    Face à ça, FB a peut-être la chance d’avoir des utilisateurs moins avertis que la moyenne (ce qui est d’autant plus dangereux quant à l’utilisation des données…)

  81. Posté par Opensocial et Facebook, concurrent ou complément ? | Marketing Internet, E-Commerce, E-Communauté, Web 2.0 | K3 Blogue 2.0 a dit : le

    […] Un article intéressant de Fred Cavazza: Pourquoi je ne crois plus en Facebook  […]

  82. Posté par Frédéric-Michel Chevalier a dit : le

    Tout à fait d’accord avec toi sur le caractère jargoneux de nombreuses fonctionnalités et sur le spam des applications débiles (vampires, zombies, etc.)

    En fait j’utilise beaucoup facebook pour de l’animation de réseau. En ce sens, le mot « contacts » correspond mieux à la réalité qu’ « amis ». Dans ce domaine, je n’ai rien trouvé de mieux et ce ne sont pas les laborieux efforts de Viadeo qui vont me faire changer d’avis.
    En revanche, Facebook n’est pas un outil de développement de réseau. Pour cela, mieux vaut garder ces bons vieux Viadeo ou LinkedIn.

  83. Posté par pinkblog » Blog Archive » Facebook n’est plus révolutionnaire a dit : le

    […] Fred, il ne faut plus croire en Facebook, […]

  84. Posté par Sean a dit : le

    Ce n’est pas parce que Facebook est très loin d’être parfait, d’un point de vue marketing ou technique, qu’il n’est pas en train d’acquérir un avantage important vis-à-vis de ses concurrents, actuels et futurs. L’exemple flagrant de cela, c’est Windows bien sûr, OS utilisé massivement par la masse mais comportant d’énormes défauts.

    L' »avantage important », c’est évidemment le nombre de ses membres. Le fait qu’ils arrivent à réunir une bonne majorité de leurs contacts va les dissuader de changer , dans le futur, de réseau social, après tout ce qu’ils auront construit dans FB.

  85. Posté par T’as pas d’amis ? Essaye Fesse Bouc ! a dit : le

    […] Fred Cavazza est très sceptique voire même négatif, il ne s’agit pas d’un sentiment mais bien d’une analyse étayée de chiffres. […]

  86. Posté par nadia a dit : le

    je n’ai pas encore accroché à facebook, pourquoi je n’en sais trop rien :(

  87. Posté par En vrac #20 a dit : le

    […] Fred Cavazza ne croit plus en Facebook : tiens, c’est marrant, je n’y ai jamais cru, […]

  88. Posté par a_a a dit : le

    La  »disruption  » a parfois du bon!

    Perso, j’ai l’impression qu’il y a de bonne raison d’explorer FB et de s’interresser à cette plateforme pour y découvrir une qte industrielle de projets via une sélection de groupes valables afin de mesurer l’évolution et la créativité en temps réel ( non pas en apps débiles ) de la next gen …

    J’explore actuellement FB en mode undercover ( sous une identité crée pour l’ocasion )et je suis surpris par la qualité des contacts et des projets 2z.. qui y sont présentés soit sur ce canal soit sur des CMS associés, avec deux mois de présence sur FB, j’ai l’impression d’avoir pu dimensionner tous les métiers et protagonistes du web. ( )

    Comme je trouve le débat bien plus ouvert et constructif sur le web francophone et comme il est notamment question de futur, c’est aujourd’hui FB qui m’apporte le plus de connexions valables en terme d’ouverture sur les nouvelles technologies donc j’utilise FB pour faire ce monitoring et si demain une nouvelle appli ou nouvelle génération de webbies sort quelque chose de bien plus interressant, je remercie par avance FB et son CEO de pouvoir faire ce monitoring en temps réel et de vous lire ici par la meme occasion.

    En fait, je m’en bats les couettes de croire ou pas au futur de FB, ce qui m’importe ce sont les tendances et les évolutions constantes, FB avec son modèle reste une prospective et à la vitesse ou nous consommons ou rejettons tel ou tel produit (marketing), FB est juste en condition d’exciter nos keyboards respectifs car nous sommes avant tout des utilisateurs bien plus informés, sensibles et solidaires pour switcher vers de meilleurs services ou plateformes si l’on se réfère à un socialmedia plus edgy ou plus clair dans sa stratégie.

    Grace à ce post, je viens de découvrir des avis, mais plus encore, une communauté éclairée, des professionnels éprouvés et de la matière pour élargir un cercle de connaissances sur et hors FB!

    A+

  89. Posté par Divers « Lectures blogospériques a dit : le

    […] Divers Vinvin en a marre de Facebook. Bien. Il en a eu marre tout seul ou c’est Laurent qui lui a soufflé? Laurent ou Fred Cavazza? […]

  90. Posté par Ben a dit : le

    Il est difficile de dire si un service web actuel va perdurer dans le temps, étant donné que des sites comme Facebook, il y en a des nouveaux tous les jours (consultez mashable.fr pour vous en rendre compte). Pour ma part, j’utilise Facebook comme un moyen de garder contact avec certaines personnes que j’ai rencontrées dans la réalité, donc mes amis Facebook ne sont pas tous de vrais amis, mais je sais qui ils sont! Cela me paraît être une bonne utilisation de ce service, étant donné qu’on utilise nos vrais noms et prénoms. Sinon, je suis d’accord qu’il y a trop d’applications plus inutiles et inintéressantes les unes que les autres, mais à part ça l’interface est tout de même très travaillée et ergonomique!

  91. Posté par Laurent Laforge a dit : le

    En ce qui concerne l’approche publicitaire sur Facebook, je pense que les marques doivent plus raisonner en terme de services interactifs que d’e-pub :
    -Comment puis-je rendre service à ma cible en tant que marque ? Suis-je légitime pour rendre ce service ?
    -Comment adapter ma présence sur Facebook (ce qui implique de ne pas transposer son approche web classique, mais de bien percevoir les spécificités de Facebook)

  92. Posté par Proxilog, le blog ! » Blog Archive » ‘Réseau social’, qu’y disaient ! a dit : le

    […] Mais comme pas mal de monde semble-t-il, j’en reviens (voir ici et ici…). […]

  93. Posté par 2 strange stories about Facebook « Le fil…the Blog a dit : le

    […] November 15, 2007 Posted by philj in Web. trackback For French speaking people, there is an interesting analysis from Fred Cavazza you can read here. To summarize, figures are made to make Facebook buzzed, in […]

  94. Posté par VOTW a dit : le

    cet article aura vraiment eu le mérite de faire parler….
    Je me demande juste une chose: pourquoi on nous a cassé les oreilles à Paris avec le Pass Navigo qui était contraire au respect de la vie privée alors que personne ne parle de cela au niveau de Facebook.
    Quand on regarde certains profils (même si plus de 30% des personnes mettent de fausses info) on a quand même des infos sur les goûts, les leins des personnes, leur clivage politique et maintenant on verra même les pubs sur lesquels ils cliquent….sans parler du cas de ce stagiaire qui s’est fait virer…
    En France, on se targue d’avoir la CNIL pour nous sauver de l’invasion du web dans la vie privée…et quand on cherche FAcebook dans le site de la CNIL…..on a rien…bizarre tout ça
    http://votw-francais.blogspot.com/2007/11/la-longue-trane-des-rseaux-sociaux.html

  95. Posté par Facebook, un jouet finalement? | blog.cguy.org a dit : le

    […] FredCavazza.net » Pourquoi je ne crois plus en Facebook Commentez, ou laissez un trackback à partir de votre propre site. […]

  96. Posté par Remix a dit : le

    Article et commentaires intéressants. Et si l’avenir appartenait plutôt à des applications open sources d’échange de données personnelles (une sorte de p2p de cartes de visite taggées)?
    Ainsi le réseau serait vraiment social, il n’appartiendrait à personne et à tout le monde à la fois. Et la valo des Facebook, Myspace et autres s’écroulerait.

  97. Posté par Stef a dit : le

    Toute la valeur de FB et des sites analogues est dans la définition de profil que l’utilisateur voudra bien donner/vendre. Pour un marketeur, cette info vaut de l’or… quand elle est fiable.

    Ca me rappelle un vieux bouquin de SF « Horizon vertical »: si tu veux avoir acces aux infos télévisées tu paies en fonction de leur fiabilité. 10 crédit pour 50% de fiabilité, 15 crédits pour 80% etc.

    Demain, les marketeurs loueront les bases profilées: « hum… du CSP++ féminin à un 1€ ? oui on en a, mais à 60% de fiabilité seulement, c’est du Facebook vous comprenez…; Mais on a du Linkedin, c’est plus fiable, mais c’est 2 € ».

    Vous allez me dire, comment on calcule la fiabilité des infos sur les sites de réseaux sociaux? Grace à la comparaison des infos laissés sur les pages des réseaux sociaux versus les infos certifiées par les sites d’IDs…
    Ben oui quoi. L’avenir (le présent immédiat) est dans le business des identités, non ? Mais je pense qu’on devrait reparler de fiabilité de l’info un jour ou l’autre (« tout est probabilité », non ?, ou variante « le marketing est un sous-domaine de la statistique » :-)) )

    Stef

    PS: version « marketeur B2B » de mon post: pour que je loue demain à Linkedin des contacts dont le métier est « acheteur » dans des entreprises de 20 à 200 salariés, il faudra que Linkedin me « certifie » sa base… Et un matching avec MyID.is coutera certainement moins chers qu’une campagne de qualif avec un centre d’appels.

    PPS: GUile, kes tu fous là ?

  98. Posté par Planète 2.0 a dit : le

    À quand la mort de Facebook?…

    Fred Cavazza y va d’un article très intéressant sur Facebook – Pourquoi je ne crois plus en Facebook.
    “Souvenez-vous, il y a quelques mois la coqueluche de l’époque s’appelait Second Life. Nous sommes donc en train d’assister à u…

  99. Posté par Tata a dit : le

    “Que veut dire “site”?“
    C’est une vraie question méthaphysique de fond ou c’est de l’ironie ?
    Comment éviter que la personne qui pose cette question ait des problemes de prise en main sur n’importe quel site ? Est ce a face book de faire son éducation ?

    A aussi, ces modules insupportables qui ne servent a rien (zombies, moutons, growing plant, tests, …) sont facultatifs.

    Monsieur Fred je vous conseille d’arrêter de vous mettre dans la peau d’un skybloggeur décérébré et d’épurer votre liste d’amis pour la faire coller à la réalité, vous comprendrez alors mieux l’utilité de l’application. Y a un bouton « ignore » (en français ça veut dire « ignorer » :D ) que j’utilise personnellement au moins une fois par jour, m’en tenant a un usage « carnet d’adresse professionnel en ligne ».

  100. Posté par Facebook ils en pensent quoi ? | Gobz a dit : le

    […] Fred Cavazza ne croit plus en Facebook […]

  101. Posté par Magaud a dit : le

    C’est effectivement le papier le plus complet que j’ai lu sur Facebook. Juste pour compléter pourquoi je ne crois pas non plus en Facebook, au moins en France.
    Chez nous, l’internet business et l’internet loisir ne font pas bon ménage. En revanche, aux USA, l’internet intégré est un succès. Donc c’est une première raison.
    La deuxième, c’est que cela va être une étoile filante, un peu comme my Space.
    Très fort engouement médiatique et ensuite, le réseau revient à sa substance originelle : la plate-forme musicale en l’occurence, qui elle est un succès.
    Facebook reviendra, selon toute logique à une mise en relation d’amis.
    Troisième raison : l’internet évolue sans arrêt : on devrait voir émerger un nouvel espace d’expression personnel, qui supplantera Facebook.
    Qu’en penses-tu ?

  102. Posté par alex de Referencement Blog a dit : le

    Bonjour à tous,

    Bonne analyse, je te suis globalement, et je ne donnerai pas 15Mds pour acquérir Facebook :D

    Juste à noter (comme le souligne Augustin) que Facebook a réussit l’exploit de regrouper sur une même plateforme trois populations auparavant bien distinctes :
    -1- jeunes (Myspace, Skyblog…)
    -2- professionnels (Viadéo, Linkedin…)
    -3- mais aussi certaines personnes « néophyte » peu adeptes du réseau social, qui y voient un moyen de retrouver ses connaissances (Copain d’avant…)

    Si les premiers changent de réseau comme de chemise, les seconds feront acte de présence tant qu’il y a du « réseau à se faire » et les troisièmes se sont déjà inscrit difficilement, ils ne le lâcheront pas forcément facilement :D

    Facebook, regroupe ainsi une population hétérogène et moins volatile que ses prédécesseurs, ainsi il est possible que Facebook conserve la force de l’habitude, à moins que le spam et l’intrusion de Facebook ne soit plus acceptés par les principaux contributeurs (les jeunes).

  103. Posté par Version 6.2 - Pourquoi je ne crois plus en Facebook - e-marketing, web analytique, stratégie et gestion a dit : le

    […] cent, malgré l’enthousiasme de son jeune CEO, Facebook ne révolutionne rien du tout. […] Lire la suite… Partager cette article : Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux […]

  104. Posté par jess a dit : le

    Bravo pour cet article très complet. Je pense aussi qu’il est nécessaire de mettre en garde contre ce nouveau concept marketing qu’est le « consumer advertising content ».

  105. Posté par raphael briner a dit : le

    Facebook dévoile trop ses cartouches, ce qui fait peur. Google a été plus patient. C’est sûr.
    Je ne partage pas ton analyse cependant. Tu oublies un point essentiel:
    Facebook n’a pas les problèmes de droits audiovisuels d’un YouTube ou MySpace et c’est déjà une énorme réussite à ce niveau. Lire à ce sujet…

    Et concernant les friends, il faudrait simplement se donner comme règle de n’accepter que les gens que tu as rencontré au moins cinq fois ou que tu aimerais rencontrer plus de cinq fois.

  106. Posté par Kilgore Trout a dit : le

    Bonjour,
    quelques articles sur votre vie privée selon Facebook :
    http://www.hyperorg.com/blogger/mtarchive/facebooks_privacy_default.html
    http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/boyd.ellison.html
    http://bokardo.com/archives/facebooks-brilliant-but-evil-design/
    Pour l’instant on s’en fiche un peu en France, parceque la confidentialité de vos données est moins d’actualité qu’aux US, où ils sont plus en avance sur les outils de web analytics, et où Facebook a déjà des deals avec des marchands.
    KT

  107. Posté par olive a dit : le

    Bonsoir,

    c’est etrange je sens un certaine aigreur ds cette analyse, bien ficelé certes, mais qui ne me convainc pas vraiment… et pour cause mon avis sur le succès de facebook est légerement different…

    1 – Le site cible une population en majorité d’étudiant, vous en faite peut etre pas partie de cette cible, voila pourquoi un superpoke ne vous fais pas rire..
    2 – C’est bien la premiere fois que je rencontre un site communautaire où tout le monde rentre son VRAI nom, sa VRAIE photo, et généramlement qq infos perso qui elles aussi assez sincères.
    3 – C’est aussi la première fois que je rencontre un site com où je peux trouver TOUT le monde (ou presque!), et reprendre conact.
    4 – En facebook je vois la mort de MSN Messenger… Et oui depuis Facebook j’utilise bcp moins MSN qui reste parfois trop « directe » avec ceraines personnes…
    5 – oui c’est vraie la multitude d’apps donne le tournis; mais rien n’empeche de tout virer quand on en a trop…
    6 – en ce qui concerne la pub, je ne suis pas un expert, mais pour l’instant je pense qu’il y a un potentiel ENORME pour la pub puisque la cible est claire ETUDIANT 15 25 ans, plutot aisé… OK la pub est peu developpée pour le moment (pour mon plus grand plaisir) mais n’oublions pas que YOUTUBE ou DAILY n’avais pas de pub il n’ya pas encore longtemps (ca n’empeche pas de se faire racheter a un prix delirant).

    Enfin en gros jadore ce concept simple, original, ou je trouve tout le monde et ou tout le mon de peut me trouver. D’ailleurs je suis moi même étudiant et je peux remarquer que les gens utour de moi passe leur vie dessus à jouer les voyeurs… pas genant puisque on est llibre de montrer ce que l’on veut!

    Voila!
    Biz a tous

  108. Posté par Laurent a dit : le

    Ca fait plaisir de voir que je n’étais pas complètement à côté de la plaque en lisant Fred Cavazza :

    http://laurentjavault.typepad.com/metissing/2007/09/facebook-limmer.html

  109. Posté par Avis de tempête sur les réseaux sociaux professionnels » Adverbe.com - Ecrire pour le Web, formation, travail en réseau à distance, conseil éditorial, rédaction a dit : le

    […] fashion comme Linkedin, Viadeo ou 6nergies lassent par leur peu d’utilité, Facebook, encore, déçoit et Google lance début novembre son Open […]

  110. Posté par DavidD [1ère Position] a dit : le

    Bonjour Fred,

    Ton article me parait également excessif, comme je trouvais que l’était celui sur Pourquoi je ne crois plus en Second Life, et celui sur la mort annoncé de Youtube.

    Quoi qu’il en soit, l’effet buzz d’un coup j’y crois, un coup j’y crois plus, semble marcher à tous les coups, la preuve je plonge et commente cette fois même si franchement je préfère de loin tes articles sur la prospective et vision à moyen/long.

    Fred, toi tu est mainstream, et ce que tu écris à une grande portée qui fait de toi un gourou du web 2.0 en France, tu ne l’a peut être pas souhaité mais c’est ainsi.

    Il me semble que notre rôle en tant que professionnel est de guider et d’aiguiller nos clients sur le meilleur chemin du web et celui du 2.0.

    En remettant en cause facebook après l’avoir buzzer, j’ai peur que tu scie petit à petit la branche qui te fait vivre, car cela revient aussi à dire aux 600 000 inscrits qu’ils ont fait le mauvais choix et se sont trompés, voire imbéciles d’être sur facebook avec la question sur les questions de vie privée, et que finalement tous ces trucs 2.0 sont sans intérêts ou sans avenir, qu’une affaire de nerds, technofans et autres early adopters.

    Tu ne l’as pas écrit mais quand on est mainstream c’est ce que le grand public comprend et retient d’un article dont le titre est pour le moins explicite : Frédéric Cavazza ne croit plus en facebook. Normal qu’on Buzz sur cela dans tous les sens, c’est comme cela que tu as choisi d’orienter ton article.

    Au delà des cas très différents de facebook (généraliste, multi thématique, multi pays, multi cible), skyblog (ado français de 8 à 15 ans), myspace (multi pays et ultra musique), et autre SL, c’est le mouvement et la tendance de fond que ce type d’article choc peut remettre en cause à la fin, alors que nous sommes vraiment qu’au début du phénomène.

    Jacques Atali avec qui je suis d’accord sur ce point disait dans un documentaire récent et excellent sur France 5, que la question d’être optimiste ou pessimiste ne se pose même pas sur le web, puisque nous ne sommes pas spectateurs de ce qui nous arrivent mais bien les acteurs.

    facebook ne te plait pas ? Tu peux en faire ce que tu veux, c’est la rupture technologique dont je parlais vs les applications personnalisables à l’infini.

    Tu as peur que facebook te « vole » tes données et te spolie ta vie privée ? Tu peux choisir de partager (et tu dois) ce que tu veux, tu peux (et tu dois) gérer ton e-dentité numérique, c’est la rupture d’usage dont je parlais.

    Au sujet de la pub comportementale et des conditions générales d’utilisation de facebook il nous faut effectivement être vigilent mais ce que fait facebook, Google le fait tous les jours avec son réseau de publicité contextualité et ses outils de lutte contre la fraude au clic.

    Depuis le 11 septembre et les lois liberticides en France et aux US avec le patriot act I et II, nos données privés sur le web n’ont plus rien de privés et quelques soient les conditions d’utilisation qui posent certes des questions néthiques mais vrai pour tout le web.

    C’est aussi notre rôle de mon point de vue, en tant que professionnel que d’informer et sensibiliser les utilisateurs, nos clients, des risques et comportements introduit par le web sans pour autant les diaboliser.

    L’urgence st pour moi à la sensibilisation et l’éducation des internautes à la gestion de leur e-dentité, la suite de mon point de vue est ici : http://www.1ere-position.fr/blog/facebook-faut-il-avoir-peur

  111. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    David,

    Il ne me semble pas avoir écrit que les centaines de milliers de français inscrits sur Facebook étaient des imbéciles et qu’ils s’étaient trompés.

    Ce que je dénonce c’est le modèle publicitaire de Facebook qui n’a rien de révolutionnaire de même que le social graph (largement sur-évalué) qu’ils vont avoir beaucoup de mal à « revendre » aux annonceurs sans une vague de protestation des annonceurs.

    Je pense que Facebook va continuer à se développer et à apporter de la satisfaction aux utilisateurs, mais que ce réseaux va devoir faire ses preuves auprès des annonceurs (tout comme les autres réseaux l’ont fait avant lui).

    /Fred

  112. Posté par Stalker a dit : le

    Bonjour.
    Dites, avant de critiquer FB, qui utilise au moins un anglais correct, ce serait pas mal, non, que vous relisiez vos billets qui eux sont écrits dans un français quelque peu… approximatif (cote et non pas côte, cru et non pas crû et une bonne centaines d’autres fautes)…

  113. Posté par Revue de presse | Simple Entrepreneur a dit : le

    […] Pourquoi je ne crois plus en Facebook Il semblerait que je ne sois pas le seul à penser que Facebook n’a rien de révolutionnaire. L’auteur dresse dans cet article un bilan complet de cette plateforme communautaire et aborde un par un les points qui pourraient faire basculer son succès. […]

  114. Posté par HimSelf a dit : le

    Je répondrai la même chose que partout.

    ( désolé Fred )

    Mais Facebook n’a pas été inventé pour toi ;)

    Remettons les choses dans l’ordre :

    Facebook à été inventé par des étudiants, & POUR des étudiants ! ( Harvard )
    Sur son concept de base, il est donc excellent. Mais j’avoue ( pour y avoir accès depuis un certain temps quand même ). qu’à l’époque, il y avait nettement moins d’applications « inutiles ».

  115. Posté par Réseaux sociaux : des cours d'école aux conseils d'administration | Mister Biz - Cedric Godart a dit : le
  116. Posté par Frédéric Barré a dit : le

    Le Social Graph en question (il y a amis et amis)

    Sur ce sujet il s’agit d’une problématique qui touche TOUT les réseaux sociaux, l’ajout permanent de personnes non connus appauvrit la richesse de son réseaux, et ce n’est pas une proprieté de FB … par contre le social graph est « en théorie » une très belle « innovation » si l’on considère un réseau propre …

    Valoriser son réseau serait d’avoir une séparation au sens sémantique dans le profil, car FB aborde déja la notion du niveau de connaissance des personnes qui compose la « friend list » (qui au passae, porte mal son nom) , tout comme le format XFN le préconnisait, c’est à dire par type de connaissance : amis, famille, connaissance … l’apport suivant serait de quantifié la qualité des relation de son réseau, vers les réseaux de confiance :-)

  117. Posté par Regis a dit : le

    Fred je te trouve particulièrement virulent ces derniers temps sur des outils comme Second Life ou Facebook.
    Second Life passe encore, je te rejoins assez dans tes propos, mais pour Facebook je suis beaucoup plus partagé.

    Je vais me permettre de reprendre les points que tu abordes au cas par cas :

    – les chiffres en question :
    oui ce ne sont « que » 55 millions d’utilisateurs, mais l’ouverture officielle de Facebook à toutes les populations est très récente. Si tu veux comparer des chiffres fais le à période comparable ;) Pour la France en particulier, je trouve ce chiffre extraordinaire compte tenu du fait que Facebook soit arrivé si tard et surtout que l’interface soit en anglais. Dans mon entourage, la seule raison qui pousse les gens à ne pas s’inscrire vient du fait que Facebook ne soit pas Français. Attendons la VF, et tu verras tu seras très supris. Et puis comparer Facebook à Neopets franchement… c’est tiré par les cheveux.
    Par contre sur le nombre d’applications je suis d’accord, j’ai peur que ca devienne du très gros n’importe quoi.

    – une plate-forme à peine entre-ouverte :
    Frein technique ? Imagine le bordel si leur interface est complètement ouverte… Sur Myspace tu peux ajouter autant d’applications ? Sur Live aussi ? Je demande à voir.

    – le Social Graph :
    Le fameux ! Sérieusement, si tu te plains d’avoir 600 contacts dont 10 seulement que tu as rencontré, tu as également le droit de cracher sur Myspace, Linkedin, Viadeo et Cie de la même manière. Si tu n’as pas envie qu’on t’invite à lancer du mouton, tu désactives les notifications Facebook de l’application et tu es tranquille.

    – un gros problème de prise en main :
    « Mais vous devez bien avouer que l’expérience d’utilisation de Facebook est plus que troublante : trop d’applications, trop de termes jargonneux, trop de complexité. » –> les applications, c’est toi qui les choisis, les termes jargonneux bin c’est de l’anglais donc va te plaindre aux développeurs US, trop de complexité je ne suis pas d’accord, Facebook est très simple d’utilisation, peut être trop même.

    – des programmes publicitaires très douteux
    Et Google ne fait peut être pas pareil avec ses Adsense ? Le système de pub de Facebook est une version évoluée d’Adsense avec encore plus de possibilités de ciblage, une vraie réponse aux annonceurs ! Concernant le projet Beacon, Facebook laisse la possibilité à l’internaute de désactiver ce service, je ne vois pas en quoi cela devrait créer la polémique (alors que Google ne nous demande pas l’autorisation pour analyser le contenu de nos mails et afficher de la pub en conséquence)

    – Sont-ils entrain de réinventer la roue ?
    Non bien sur. Qui peut dire que Facebook réinvente la roue ? Personne… Myspace n’a pas réinventé la roue, Neopets non plus, Live non plus. Google peut être…

    – une IPO est-elle la solution ?
    Pourquoi parle tu de solution ? Où sont les problèmes ? Facebook manque de moyens ? Ce n’est pas parce que Microsoft a investi 240 millions dans Facebook que ces derniers doivent penser à la bourse, c’est stupide. Par contre valoriser Facebook 15 milliards, c’est clairement une connerie… Espérons effectivement que les financiers ne soient pas dupent.

    – Que se passera-t-il quand Facebook n’aura plus la faveur des médias et du grand public ?
    Tu ne réponds même pas à ta question et les liens que tu donnes n’ont pour moitié rien à voir… dommage.

    – Faut-il oublier Facebook ?
    Heureusement que non ! Par contre parler d’avantage concurrentiel face à Open Social n’a pas beaucoup de sens, tu es d’ailleurs le premier à dire qu’ils n’ont rien à voir.

    Trop vieux le Fred ? Acharne toi plus sur Twitter qui mérite tout autant de critiques sur son intérêt et sa viabilité !

  118. Posté par Pour ou contre Facebook ? | Malice & le web a dit : le

    […] Ainsi, même des amateurs de la 1ère heure en sont revenus (cf. Fred Cavazza – “pourquoi je ne crois plus en facebook”) […]

  119. Posté par InteractiveBiz » Il ne croit plus en Facebook… a dit : le

    […] Facebook est un phénomène médiatique. C’est à peine croyable qu’on réseau social web apparaissent partout, journaux, radio, télé ! Qu’M6 face des reportages sur Facebook, c’est un signe ! Pourtant qu’en est-il vraiment ? Il y a quelques mois on ne parlait que de Second Life et depuis l’intérêt est bien retombé… Alors qu’en est-il ? FredCavazza fait le point et livre son opinion, il n’y croit plus ! […]

  120. Posté par Vince a dit : le

    Ca c’est ce qu’on appelle du link baiting vu le nombre de trackbacks dans l’article !
    Je suis à 75% d’accord avec toi Fred (surtout depuis le retrait de Beacon, sinon c’était 90%)
    Ton blog n’as pas pour but de dire : c’est bien, c’est pas bien, tu es au dessus. La plupart des gens qui ont pris leur pied sur facebook vont se sentir agréssé par cet article, oubliant derrière le côté analyse, marketing, réflexion… du blog.
    Pour conclure, je dirais : c’est ton avis (d’ou le JE en titre) j’en partage une partie et une petite partie avec tes « opposants ».
    Et quelle bond tu va faire sur Technorati ! (joke bien sur ;-) )

  121. Posté par ahmed a dit : le

    en ce qui concerne les reseaux professionnels, facebook est sévèrement déconseillé
    evidemment a cause de la non confidentialité des informations il arrive que cela pose certains problemes ( la plupart du temps à celui qui recherche un emploi)
    mieux vaut s’orienter vers les reseaux pro spécialisés tels que linkedin ou lesjeudis.com

  122. Posté par Même 'Dieu' est sur Facebook ... et vous? a dit : le

    […] le nombre de membres est bien inférieur à ceux de MySpace ou de Neopets (voir l’article de Fred Cavazza). Je suivrai avec intérêt […]

  123. Posté par benfica a dit : le

    linkedin et lesjeudis.com n’ont pas les memes fonctionnalités….renseignez vous , linkedin c est un reseau social et non pas un reseau pro, on y fait pas de recrutement

  124. Posté par Les tendances des tendances pour 2008 « Mon Blog techno en Français a dit : le

    […] qui n’est pas dans cette liste, c’est le développement du Business Networking en 2008. Tout le monde s’amuse avec Facebook, mais le vrai intérêt de ces réseaux sociaux sera dans le développement des contacts […]

  125. Posté par Nicolas Clairembault a dit : le

    Bon les mecs, je ne lis pas tous les commentaires.

    Juste une chose : « Facebook ne révolutionne rien du tout »

    Là dessus je ne suis pas d’accord. On peut certes dire ce qu’on veut, contester les chiffres d’audience et relativiser l’intérêt technique.

    Cependant on ne peut pas nier l’impact qu’il a dans la société. Je suis étonné de voir le nombre de mes connaissances qui ne sont pas du tout issues du monde du web et qui sont très actives sur Facebook. Cela ne sert peut-etre à rien mais justement les gens cherchent à passer du bon temps ensemble.

    Je pense que la révolution de Facebook est d’avoir su créer un réseau des réseaux, c’est à dire un réseau sans connotation particulière sur telle ou telle passion ou activité (comme Myspace, Last.fm ou linkedin), mais bien un réseau « généraliste » qui accueille et fédère tout types de personnes.

    Au delà des blogs qui ne sont que le jouet d’une élite, Facebook a réussi à faire utiliser un outil web 2.0 à monsieur tout le monde. Et pour les gens qui n’ont pas de blog, cet outil leur sert à centraliser toutes leurs infos et comptes divers, sur dailymotion, youtube…

  126. Posté par yannick a dit : le

    Ca me fait rire ces polémiques pour savoir à koi sert facebook, est ce vraiment utile, … etc … etc … etc !
    Bon alors comme beaucoup l’ont compris y’a pas de réelle utilité à facebook si ce n’est que le partage de ses propres réseaux (ca peut être interressant dans le cadre pro, eh oui ) et pour retrouver ses anciens copains ! Ben ouais c’est exactement comme copain d’avant SAUF que c’est gratuit..
    C’est ainsi qu’hier j’ai retrouver mon voisin de chambre d’internat (y’a plus de 15 ans que je n’avait plus de nouvelle) et que j’ai appris qu’il était DJ reconnu (Mathieu bouthier), j’ai retrouvé plein d’ancien pote perd de vu depuis longtemps et tout et tout !!!
    Alors NON c pas vital… Juste : rigolo ! Faut pas se prendre la tête les gens !

  127. Posté par Facebook : la mode pourrait bien passer « webjet a dit : le

    […] : la mode pourrait bien passer Dans son article Pourquoi je ne crois plus en Facebook, Fred Cavazza nous fait prendre un peu de recul sur cette plateforme à la […]

  128. Posté par Publicitenews.fr »  Pourquoi Yahoo! et Microsoft ont tout intérêt à fusionner a dit : le

    […] plus que jamais je réitère mon scepticisme vis à vis de Facebook (cf. Pourquoi je ne crois plus en Facebook) et suis persuadé que les efforts communs de Yahoo! et Microsoft accoucheront d’une offre […]

  129. Posté par Laurent Valdes a dit : le

    Et bien moi, je ne suis pas d’accord avec cette analyse !

    Le concept d’applications est révolutionnaire pour plusieurs raisons:
    1/ l’aspect ludique
    2/ possibilité d’intégrer ses propres outils de mesure de la performance (google analytics)
    3/ Possibilité de créer son propre business model sans passer par un annonceur. mais pour ça il faut un peu décortiquer, voir un peu les possibilités offertes. Mais pour ça il faut réfléchir (??)

    Quand FBML, FBJS et tutti quanti, ils sont nécessaires pour éviter tout un tas de problémes de sécurité, et ils aménent en plus des fonctionnalités supplémentaires. Je le sais parce que j’ai testé la création d’applications facebook.

    En ce qui me concerne, je trouve que facebook est bien plus efficace, bien plus addictif que le restant des réseaux sociaux.

    je ne peux que m’inscrire à faux par rapport à cette analyse.

    Laurent

  130. Posté par L'intello du dessous a dit : le

    Aziz dit:

    « Facebook est loin d’être complexe et est même déja mainstream alors que dispo qu’en anglais. D’ailleirs la traduction de l’interface est bien prévu pour bientôt (voir to do list sur le blog facebook) »

    Excusez moi d’être morte de rire… « Ce n’est pas du tout complexe et je vais vous le prouver avec une phrase que ni mon boucher ni ma mère ne comprend. »
    mainstream, to do list, interface, dispo, blog , facebook…. Au moins 6 mots que je suis incapable d’expliquer à ma mère. Et pourtant ma mère surfe sur internet, je vous jure. Mais c’est sûr qu’elle ne surfera jamais sur Facebook.
    Ce n’est pas une attaque, c’est juste pour que vous vous rendiez compte quand vous parler un langage que la majorité des français ne comprennent pas. (non il n’y a pas que les branchés du web2.0 dans la vie)

  131. Posté par BLOG CITOYEN T7 » EDITO THEME CITOYEN » Internet. Les usurpations d’identité se multiplient sur les réseau sociaux. Facebook en tête de gondole ! a dit : le

    […] Pourquoi je ne crois plus en Facebook […]

  132. Posté par Les réseaux sociaux a dit : le
  133. Posté par rabis a dit : le

    Alors a quand une nouvelle analyse pour voir l’evolution de la situation?

  134. Posté par claudia a dit : le

    moi j pense ke vous etes des gros jaloux de facebook et k vous voulez lui enlevez des clients c ‘est tout

  135. Posté par Paul a dit : le

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    Très intrigué par tes allégations j’ai donc fait 1 test avec un de mes comptes Gmail en prenant soin d’en sélectionner 1 qui ne comporte que des contacts qui s’avèrent être des adresses personnelles. Aucun de ces contacts (donc moi même) n’a reçu d’invitation forcée de Facebook mais mieux voici ce que Facebook m’annonce:

    You have 3 Gmail contacts that are not on Facebook. Select which contacts to invite from the list below.

    CONCLUSION: pas folle la guêpe, car si ce que tu disais était vrai, Facebook serait très très mal! Je n’ai pas de conseil à te donner mais un Franc démenti de ta part serait le bien venu ..

    J’ai copier-coller le message pour qu’il soit bien lisible !

  136. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    @ Paul > Je ne vois pas bien à quoi tu fais référence dans mon article…

    /Fred

  137. Posté par Podcast a dit : le

    Et bien moi je trouve que Facebook est un outil parmis d’autres et qu’il est libre a soi de définir quels sont les amis l’on accepte ou pas : dans mes relations je n’ai que des amis que j’ai rencontré au minimum une fois en ‘live’.

    Et puis grace a Facebook cela vous permet d’en ecrire un bel article qui vous génèrera beaucoup de traffic sur le site.. elle est pas belle la vie?

    ;)

  138. Posté par ego a dit : le

    ce billet montre que vous ne comprenez pas les tendances du web. Facebook a déja bel et bien révolutionné le web car il est devenu ce qu’attendait des millions de gens : un vrai site communautaire. Pas un multimania statique, pas un myspace reservé aux chanteurs, pas un skyblog pour ados, mais le site communautaire de Mr toutlemonde, ceux qui n’avaient pas de blog, ni de pages persos, ni de netvibes ect…FaceBook a radicalement changé la vie de millions d’internautes lambda qui ont envie trouvé l’application qui leur fallait : a la fois, fun, familliale, business, people et discrete ! Vous ne croyez pas en Facebook ? Des millions de francais y croient et avant eux, des millions d’autres ! Moi même je n’y croyais pas et une fois dessus, ca a été une vraie bonne suprise. Un mix de copain d’avant, de viadeo, de notrefamille.com… On y passe du bon temps et de bon moments? Facebook, c’est tout ce qu’on attendait du web : le rendre vraiment communautaire au sens propre. Quant à la viabilité économique, le potentiel est énorme. Moi même , j’ai déja utilisé leur service avec un retour qui n’a rien a voir avec adwords ! C’est beaucoup mieux ciblé ! Ma seule peur, c’est que Facebook est en train de tuer mon site car tous mes internautes sont désormais sur Facebook et préférent partager leur vie dessus que sur mon site ! Moi je vous dis, que ceux qui vont couler, c’est pas Facebook, c’est Netvibes , wikio ect…des sites qui ne créent pas de contenus. Facebook crée son propre contenu via ses adhérents, alors que netvibes et wikio ne font rien d’autres que du copier coller et dans le copier coller, l’internaute finit toujours par preferer l’original a la copie.

  139. Posté par Panorama des médias sociaux | Médias sociaux a dit : le

    […] vous lisez régulièrement ce blog, alors vous connaissez déjà mon avis sur Facebook, service qui récolte bien plus d’attention qu’il n’en […]

  140. Posté par jmax a dit : le

    @ Paul

    pitoyable de faire un si gros message qui n’est que 6 fois le copier/coller de la même chose. Manifestement, moins on a de choses à dire et plus on le répète. Évidemment, ce genre de pratiques discrédite complètement tes propos car tu n’as rien compris à ce qu’était le Web et un espace de dialogue ouvert où chacun écoute les arguments des autres

  141. Posté par Gautier BARBE a dit : le

    Force est de constater, un an après cet article, que Fred Cavazza s’est trompé…

  142. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Gauthier > Heu… fais-tu référence au passage à Paris de Mark Zukerberg à la Cantine la semaine dernière ?

    Facebook est dans un impasse, ce n’est un secret pour personne mais j’étais le premier à le dire.

    /Fred

  143. Posté par Troulove a dit : le

    Mais l’intérêt de Facebook c’est de s’amuser putain ! Personne n’oblige personne à aller sur Facebook, tu fais ce que tu veux. Si t’a pas envie de discuter avec tes potes ou enregistrer tes photos sur ton profil pour les commenter ensuite à 5, 10, 20 et si en plus parmis tes 600 amis tu n’en as que 10 à qui t’as parlé réellement c’est que tu dois approcher la cinquantaine et que tu te fais un peu vieux, Facebook c’est une plateforme sociale, si t’es pas du genre social ciao ! mais t’as vraiment du temps à perdre pour faire une analyse comme ça, une affaire aussi sérieuse pour une cible qui n’en vaut même pas la peine à la limite. J’ai l’impression que tu t’es amusé à vouloir « casser » un petit mouvement de mode qui n’affecte pas plus tes voisins que le réchauffement climatique alors que le but primaire de ce site c’est de posséder une meilleure plateforme qu’MSN ou qu’un blog, car il est plus pratique, plus efficace et plus drôle.

  144. Posté par TY1 a dit : le

    Bonjour Fred,
    j’aime beaucoup vos articles et votre pertinence.
    Un an après avoir écrit cet article sur FB, force et de constater que vous vous êtes trompés sur beaucoup de points:

    – L’audience de FB a littéralement éxplosée en 2008 (même si elle reste encore légèrement en dessous de Myspace pour ne citer qu’eux)

    – FB a su s’imposer auprès du grand public et passer le cap de l’effet « hype » (la majorité des utilisateurs sont désormais des « followers » de +35 ans)…. les early adopters n’ont pas fui la plateforme comme on pouvait le redouter. Je suis sincèrement persuadé que cela est du au fait que le service est très bon, tout simplement.

    – Malgré un début défficile on peut aujourdh’ui affirmer que la nouvelle version du site est un succès (oui la prise en main est bonne et a permis a pas mal de non-aficionados du web de comprendre les rouages du site)

    – 40.000 application créées au sein de la Developper Plateform, c’est aussi un succès indéniable

    Le seul point que lequel je vous rejoins (et non des moindres) est le modèle pub.
    Mais je reste confiant. Je crois qu’ils s’y intéressent vraiment depuis quelques mois seulement, donc à mes yeux il encore trop tôt pour dresser un bilan.
    FB est entrain de monter des équipe localisées dans les pays stratégiques, qui ont fait le succès du site… cette approche locale est loins d’être idiote

  145. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ TY1 > Depuis quand un service est-il viable lorsqu’il a un minimum d’audience ? Le but de cet article était de dire que je ne croyais plus que Facebook soit un support viabke à long terme pour une marque :
    – les taux de transformations des campagnes sont ridiculement bas ;
    – les profils sont à peine complétés (à quoi cela sert-il d’avoir accès à des millions de pseudo ?) ;
    – ils doivent faire faces à des charges mensuelles pharaoniennes (proches des 45M de $ par mois).

    Bref, miser toute sa stratégie « sociale » sur Facebook » est une hérésie. J’ai par ailleurs rédigé deux autres billets très récemment sur Facebook, je vous conseille d’y jeter un oeil.

    /Fred

  146. Posté par les avis des Internautes sur Facebook « Le Blog d’Alex a dit : le

    […] Pourquoi je ne crois plus en Facebook […]

  147. Posté par bobby a dit : le

    Honnêtement, je suis d’accord avec toi. Mais j’ai une question tout de même. A quoi bon pointer une évidence? (aussi grosse que celle-ci)
    Il y aura toujours des personnes en accord avec cette idée, et d’autre en désaccord. Alors quelle est l’utilité de ce message?

  148. Posté par Activeille | Facebook est-il fait pour l’entreprise ? | Veille et intelligence économique pour les PME TPE a dit : le

    […] Pourquoi je ne crois plus en Facebook. Un article bien documenté avec plus de 140 commentaires. […]

  149. Posté par Benbli a dit : le

    Arretez facebook !!! et allez plutot marcher en foret !!!

  150. Posté par Facebook peut-il réussir son pari ? Peut-être… | FredCavazza.net a dit : le

    […] de vous faire partager mon scepticisme vis à vis de Facebook et de sa viabilité (cf. Pourquoi je ne crois plus en Facebook, Facebook toujours dans la tourmente, Comment sortir Facebook de l’impasse, Facebook et le […]

  151. Posté par Facebook peut-il réussir son pari ? Peut-être… | MKT planet - News Web Marketing - Nouvelles Technologies a dit : le

    […] de vous faire partager mon scepticisme vis à vis de Facebook et de sa viabilité (cf. Pourquoi je ne crois plus en Facebook, Facebook toujours dans la tourmente, Comment sortir Facebook de l’impasse, Facebook et le […]

  152. Posté par Ideal » Archive du blog » Facebook peut-il réussir son pari ? Peut-être… a dit : le

    […] de vous faire partager mon scepticisme vis à vis de Facebook et de sa viabilité (cf. Pourquoi je ne crois plus en Facebook, Facebook toujours dans la tourmente, Comment sortir Facebook de l’impasse, Facebook et le […]

  153. Posté par bonjour assistance informatique colmar a dit : le

    Moi je pense que c’est pure perte de temps, surtout si on tombe dans l’engrenage et qu’on ne plus s’en passer. C’est pareil pour Twitter on tombe vite accroc! Surtout que j’ai récemment lu le résultat d’une étude américaine statuant sur le fait que les tweets sont majoritairement du grand n’importe quoi (comprenez qui ne sert à rien). Alors à moins d’utiliser intelligemment ces services en surtout bien doser le temps passer, tout ça ne sert à rien! Enfin ce n’est qu’un avis!

  154. Posté par Sale temps pour Facebook? « pintiniblog a dit : le

    […] F. Cavazza expose dans ce billet les raisons de ses doutes: “* La croissance et l’audience de Facebook sont largement […]

  155. Posté par Facebook, ce géant qui mute au fil du monde « Le blog d'Antoine Dupin a dit : le

    […] c’est que Fred Cavazza nous annonce une mort presque imminente en 2010 , en 2008 , et en 2007 (oui je fais mon Gonzague désolé). Donc, non désolé, mais Facebook est très loin de se casser […]

  156. Posté par recherche a dit : le

    Bonjour

    Nous travaillons sur un projet qui aurait pour objectif d’améliorer facebook sous différents aspects. D’après le constat que plusieurs d’entre vous semblent indignés par un manque de sécurité sur ce réseau social, en partant de ce problème numéro 1 nous aimerions connaître vos SOLUTIONS souhaitées à cela pour que nous puissions avancer ensemble (pouvoir sécuriser une page = pas de clic droit-enregistrer sous possible). Nous comptons sur vous afin d’améliorer les choses, toutes suggérations seront prises avec intérêt.
    Nous avons besoin de vos idées 

  157. Posté par Moiussaev Moldi a dit : le

    Bon bah a ce que j’ai vu comme disait certains plus haut « open social » va tout emporter…bah p****n facebook 2eme site web du monde…et qui d’autre peux tester facebook?Personne…

  158. Posté par sağlık Portalı a dit : le

    Un très bel article. Merci aux contributeurs.

  159. Posté par Mystère a dit : le

    Si vous ne savez que critiquer FB …Mais je dois avouer que ce n’est pas si « révolutionnaire »

  160. Posté par facebook a dit : le

    Je voulais vous remercier pour cet article complet avec de nombreux commentaires. bravo !

  161. Posté par Julie Martin a dit : le

    Je crois que l’ajout du bouton « J’aime » de facebook va grandement améliorer le ciblage marketing sachant que lorsqu’un individu clique sur ce bouton à partir de notre page web, nous avons automatiquement accès à ses goûts et préférences Facebook.

    Levis a déjà flairé la bonne affaire:

    http://www.clickz.com/clickz/news/1710543/levis-likes-facebook-whole-lot-launches-friends-store-jeans-site

    Merci!

    Julie Martin
    Mon blog perso : Travailler chez soi

  162. Posté par Un point trafic sur Myspace, Facebook et Twitter | Interférences a dit : le

    […] croissance quasi-continue du nombre de visiteurs mensuels uniques pour facebook a levé certains doutes exprimés ici ou là en 2007/2008 quant à son développement à la suite d’initiatives dont on se souvient. Facebook […]

  163. Posté par Endy a dit : le

    Marrant et presque pathétique de lire cela 3 ans après…

  164. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @Endy > Pathétique ? Non pas réellement car les erreurs de jugement arrivent fréquemment quand on prend des risques. C’est le revers de la medaille pour ceux qui ne se contentent pas de paraphraser ou traduire les articles US. Que racontais-tu sur ton blog à ce sujet il y a 3 ans ?

  165. Posté par FredCavazza.net > Rétrospective sur les 3 dernières années de Facebook a dit : le

    […] 3 dernières années de Facebook Souvenez-vous, en 2007 je publiais un article plutôt provocateur : Pourquoi je ne crois plus en Facebook. Cet article m’a valu pas mal de moqueries, mais je ne regrette pas de l’avoir rédigé […]

  166. Posté par Rétrospective sur les 3 dernières années de Facebook « adPhone : Agence Marketing Mobile – Mobile Advertising Agency a dit : le

    […] en 2007 je publiais un article plutôt provocateur : Pourquoi je ne crois plus en Facebook. Cet article m’a valu pas mal de moqueries, mais je ne regrette pas de l’avoir rédigé et […]

  167. Posté par shipping thailand a dit : le

    Effectivement, la suite à montré que FB se porte très bien, mais je reste convaincu que c’est beaucoup trop intrusif,… quand on voit la complexité que ca représente de supprimer son profil, ca fait un peu flipper…

  168. Posté par Monter une cloison a dit : le

    Tout à fait d’accord avec « shipping thailand ». L’impossibilité de supprimer définitivement son profil et toutes les données associées est vraiment très problématique. Pourtant Facebook se porte comme un charme. Les utilisateurs n’ont pas l’air sensible à cette question ultra sensible de l’usage de leurs données et de leur impossible suppression… Cela interroge sacrément l’état des consciences modernes sur les notions de liberté et de vie privée.

  169. Posté par Lola Khireche a dit : le

    JE DOIS REDIGER UN BLAME IRONIQUE EN FRANCAIS QUI CONSISTE A ECRIRE UNE THESE DAPPARANCECE CRITIQUE QUI CE REVELE ETRE ENFAIT UN ELOGE. JE SUIS TOMBEE SUR CE SITE ET CEST MOT POUR MOT CE QUE JE SUIS CENCEE PRESENTER A MON PROFFESSEUR TELEMENT VOS ARGUMENTS SONT GROTESQUES ET NON FONDEES. CHAQUN EST RESPONSABLE DE SES ACTION TOUS VOS SOIT DISANT PROBLEMES SERAIENT REGLES SI VOUS N’AGISSIEZ PAS SANS RAISON. MERCI JE PENSE AVOIR UNE TRES BONNE NOTE

  170. Posté par Retour sur la troisième édition du Webcom Montréal | Mario tout de go a dit : le

    […] dîner), j’ai assisté à la conférence de Teresa Valdez Klein. Dans un contexte où certain ne croit plus en Facebook, elle nous a servi plusieurs arguments visant à mieux tirer profit de l’espace le plus […]

  171. Posté par Stratégie sur les médias sociaux. Le risque des prévisions. | R. Vansnick blog a dit : le

    […] Le 14 novembre 2007, Fred rédigeait le billet ayant pour titre : Pourquoi je ne crois plus en Facebook […]

  172. Posté par Lydia a dit : le

    Les seules personnes qui croient que Facebook se porte bien sont des personnes qui ne connaissent pas la réalité économique de cette entreprise. Je suis surprise de lire cet article car les réflexions sur le business model de Face se sont juste révélées absolument exactes. Un article du Monde il y a peu a mis en exergue le fait que les marchés émergents formaients désormais le gros du moteur de « croissance » de Facebook…croissance qui au final ne repose sur aucun business model solide. L’ Europe et les USA stagnent complètement et on assiste même à une désaffection massive des utilisateurs, qui passeraient de moins en moins de temps à nourrir leur ego virtuel. Cela se traduit aussi dans les faits : quand Google recrute à tour de bras des dizaines de jeunes diplômés à son siège EMEA de Dublin…Facebook pile complètement. Pour 10 offres Google parues cette semaine sur LinkedIn, une seule pour Facebook, ce qui est aussi révélateur de l’absence de croissance de l’entreprise, qui peine à trouver sa couleur et sa place. Je laisse pour ma part trois à cinq ans à Facebook pour se faire dépasser et devenir, comme myspace, moribond. Et peut-être cinq années max de plus pour mourir définitivement.

    Pour finir, pensée toute personnelle Je peux me tromper, mais je pense que la tendance ira, sinon à la fatal issue, au moins au désavoeu et à l’oubli des gens, qui devraient vraiment préférer mettre le nez dehors au lieu de le coller à l’écran bleu blanc de leur IPhone.

  173. Posté par Travailadomicile.com a dit : le

    Pas tout lu… mais je dois affirmer que ce qui m’a fait un peu peur dans facebook, c’est l’annonce récente de sa manière de vouloir faire de la pub reposant essentiellement sur des infos très (trop ?) personnelle, alors que ce n’était pas du tout le cas au départ.
    Il y a 6 mois, on parlait de Twitter. Depuis un mois, c’est Facebook : feu de paille ?

  174. Posté par Facebook : Faut-il avoir peur ? | 1ère Position a dit : le

    […] votre idée sur le phénomène facebook, voici une sélection des articles que je vous recommande : Frédéric Cavazza ne croit plus en Facebook La réponse d’Aziz Haddad à Frédéric Cavazza sur facebook Le dossier Facebook de […]