Articles étant taggés ‘rss’

RSS n’est pas un produit grand public, c’est un outil pour les professionnels

L’annonce de la fermeture prochaine de Google Reader a provoqué une véritable onde de choc : Powering Down Google Reader. Lancé en 2005, le lecteur de flux RSS de Google occupe une place largement dominante et a su évincer ses concurrents (Bloglines étant le plus notoire). Mais après de nombreuses années de bons et loyaux services, Google décidé d’arrêter Reader le 1er juillet prochain pour concentrer les efforts sur d’autres services (A second spring of cleaning). Visiblement Reader a toujours évolué plus ou moins sous le radar et n’a jamais été dans la liste des priorités de Google malgré ses dizaines de millions d’utilisateurs journaliers (Google Reader lived on borrowed time).

La fin d'une époque...
La fin d’une époque…

Étant moi-même un utilisateur de la première heure, je suis attristé par cette nouvelle. Mais plus que la tristesse, c’est l’énervement qui me gagne ce matin, notamment contre les nombreux articles que j’ai pu lire sur le constat d’échec des flux RSS (et par analogie des autres technologies de syndication) et la grande victoire de la curation. Je serais bien incapable de vous expliquer pourquoi tant de personnes se sont donné autant de mal ces dernières années à vouloir condamner les flux RSS, aussi je vais m’efforcer de rétablir l’équilibre dans ce débat.

Non, les flux RSS ne sont pas morts, bien au contraire

RSS est donc un format de fichier permettant à deux systèmes d’information de s’échanger des flux d’information structurée. En ce sens, RSS est une technologie, pas un service. Google Reader, Netvibes, Flipboard sont des services… qui reposent sur les flux RSS. En fait de très nombreux services exploitent les flux de données structurées et RSS en particulier. La raison est que c’est une technologie mature, robuste et parfaitement maitrisée. Condamner RSS, c’est un peu comme de condamner le diesel. Encore une fois, je ne vois pas trop l’intérêt de décréter la mort d’une technologie adoptée par l’ensemble de l’industrie (cf. Why RSS still matters).

L’argument principal des détracteurs est de dire que c’est une technologie complexe et que le grand public n’y comprend rien. Effectivement, il n’est pas simple de lire un fichier RSS, mais heureusement, aucun être humain n’est censé les lire, les services comme Google Reader sont justement là pour le faire à notre place. Il y a certes le petit picto qui peut paraître obscur aux non-initiés, mais la plupart du temps il suffit de saisir l’URL d’un site pour qu’un service découvre par lui-même l’URL du flux et vous abonne automatiquement.

Bref, il n’est pas plus compliqué de s’abonner via un flux RSS que de suivre un membre sur Facebook ou Twitter. En mentionnant Twitter, je fais une transition vers le second argument des détracteurs.

La curation est l’avenir de l’information pour les touristes, c’est une aberration pour les professionnels

Le coeur du débat ne se situe pas dans la remise en question de la technologie RSS en elle-même, mais plutôt dans les usages de consommation de l’information. Au fil des années, le volume d’information et de message a considérablement augmenté avec l’avènement des médias sociaux. En conséquence de quoi, l’internaute moyen se retrouve littéralement noyé sous les articles, messages, photos, vidéos… Il est donc tout naturel qu’il ai cherché des solutions pour se simplifier la vie et éviter de subir l’infobésité. Cette solution a un nom : la curation. Elle consiste à ne sélectionner que les informations les plus pertinentes. Et c’est là où une distinction très nette doit se faire entre les internautes lambda et les professionnels de l’information. Google Reader, et les lecteurs de flux en général, sont des outils de veille qui permettent de consommer et gérer de nombreux flux d’information. Il n’est pas ici question de collecter de l’information de surface quand on a 5 minutes à perdre, mais d’effectuer un suivi systématique. Je passe ainsi plus de 2 heures par jour à lire l’intégralité des articles des flux auxquels je me suis abonné, mais c’est un choix. La veille fait partie intégrante de mon travail, plus cette fonction de veille est intense et plus je suis en mesure de générer de la valeur pour mes clients (et mes lecteurs).

Le “débat” autour de l’échec des flux RSS est donc né d’un amalgame entre une activité de veille dans un contexte professionnel et une activité d’écoute passive des tendances dans un contexte récréatif. Twitter ou Feedly ne remplaceront jamais Google Reader, car ils ne remplissent pas le même service et ne correspondent pas au même contexte d’usage. En tant que professionnel de l’information, je veux lire l’intégralité des 850 flux auxquels je suis abonné, pas simplement une sélection des plus populaires. Mais c’est mon choix, car j’ai décidé d’y investir du temps et de l’énergie dans un contexte professionnel. Libre à vous de déléguer le filtrage des informations que vous souhaitez lire à un algorithme ou à une autre personne, mais ne venez pas nous dire que les flux RSS sont un échec et que l’avenir est au service de social news. J’aime bien Flipboard ou Google Currents, mais ce ne sont pas des outils de veille.

Bref, tout ça pour dire que ceux qui proclament la mort du RSS sont grosso-modo les mêmes qui proclament la mort des blogs, des chasseurs de clics. N’y accordons pas plus d’intérêt.

Le bon outil pour le bon usage

Il me reste à traiter la question de la solution de remplacement. Il existe déjà de nombreux articles à ce sujet, aussi je vais être bref :

  • Si vous envisagez la veille comme une activité journalière et systématique, alors optez pour une solution professionnelle comme TheOldReader, NewsBlur ou Feedbin ;
  • Si vous cherchez une solution simple et élégante pour suivre l’actualité de nombreuses sources sans trop vous prendre la tête, optez plutôt pour des services grand public comme Feedly ou des services plus visuels comme Pulse ou Zite ;
  • Si vous n’arrivez pas à vous décider, attendez de voir ce que vont nous proposer prochainement Digg ou Bloglines (en quête de rédemption).

En ce qui me concerne, ma préférence va pour le moment à The Old Reader, mais je me laisse encore le temps de tester ces différents services. Idéalement je cherche une solution de veille qui pourrait remplacer Google Reader, Delicious et Evernote. Si vous connaissez un produit tout-en-un, même payant, ça m’intéresse.

Quelques statistiques sur l’utilisation des lecteurs de flux RSS

FeedBurner, le service d’agrégation et de mesure d’audience des flux RSS vient de publier des statistiques fort intéressantes : FeedBurner’s View of the Feed Market.

Cette étude nous révèle ainsi des choses surprenantes :

  • Le nombre d’inscrits ne correspond pas forcément au nombre de lecteurs réels. Certains services (comme Yahoo!) proposent ainsi des flux par défaut ou des annuaires de flux qui faussent les statistiques en mettant en avant les blogs les plus populaires (créant ainsi un effet de sur-représentation).
  • Le nombre de visiteurs en provenance d’un flux varie énormément en fonction de la nature du flux. Pour résumer : si vous utilisez un lecteur de flux qui n’affiche que les titres des billets ou seulement un extrait, cela va forcer une visite sur le site (créant un trafic artificiel).
  • Google et Bloglines dominent la marché. La page de démarrage de Google et le Google Reader totalisent à eux euls près de 60% des parts de marché.

Parts de marché des lecteurs de flux RSS

Voilà, des statistiques très intéressantes que tout marketeur qui se respecte se doit d’apprendre par coeur.

Rétrospective sur mes prédictions 2006

Avant de me lancer dans des prédictions pour l’année 2007, je souhaitais revenir sur mes prédictions faites pour le second semestre 2006 et voir dans quelle mesure elles avaient été réalisées.

Google propose ses services sous forme de solutions pour les entreprises

Même si l’annonce n’a pas encore été faite, tous les observateurs s’accordent à dire que le Google Apps for Your Domain va très prochainement se transformer en Google Apps for Your Enterprise. D’autant plus avec le rachat de JotSpot qui pourrait fédérer tous les outils déjà existant et se positionner comme une solution alternative très crédibles aux intranet ‘’traditionnels”. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans mes prédictions pour 2007…
Verdict : ça va se faire

Facebook ne se fait racheter par personne

Des discussions sont toujours en cours, les rumeurs parlent d’offres supérieures à 1 milliards de dollars pour Viacom et NewsCorp, mais les fondateurs de Facebook s’obstinent à faire monter les enchères. On se demande bien jusqu’où… Mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans mes prédictions pour 2007…
Verdict : j’avais vu juste mais c’était prévisible

Montée en puissance des réseaux sociaux verticaux

Il est aujourd’hui très difficile de lister les multiples initiatives de réseaux sociaux de niche. Toujours est-il qu’avec la croissance mal maîtrisée de MySpace (où l’on retrouve tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi), les réseaux de niche représentent d’autant plus de valeur qu’ils se restreignent à un domaine particulier. En tout cas les exemples sont nombreux et la tendance sera de développer des réseaux qui sont de préférence compatibles entre eux (par le biais de service de gestion de l’identité numérique). Mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans mes prédictions pour 2007…
Verdict : j’avais vu juste mais c’était prévisible

MTV tente une contre-offensive dans les sites communautaires pour jeunes

Pas grand chose du côté de Viacom (la maison mère de MTV). Peut-être se rattraperont-ils en 2007 ?
Verdict : Je me suis trompé mais l’avenir peut nous réserver des surprises

OpenAjax s’enlise

L’euphorie autour d’Ajax semble s’être calmée et c’est une très bonne chose. Alors que les framework des grands acteurs continuent de prendre des parts de marché, nous sommes à l’aube d’une bataille sans merci autour des [RDA. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans mes prédictions pour 2007…
Verdict : j’avais vu juste mais c’était prévisible

Arrivée en France de places de marché de l’innovation

Le concept de crowdsourcing est encore balbutiant en France. Alors que Yahoo! Answers s’adjuge une victoire par KO face à Google Answers, les places de marchés BtoB brillent par leur absence en France. Reste la très belle initiative de CrowdSpirit, mais c’est du BtoC…
Verdict : Je me suis trompé mais l’avenir peut nous réserver des surprises

Le web 2.0 sort de la blogosphère et commence à intéresser les grands comptes

Je suis le témoin au quotidien de nombreuses expérimentations autour des flux RSS, des blogs et des wikis dans les grands comptes pour lesquels je travaille, mais je ne peut pas en parler (clause de confidentialité oblige). Est-ce que le web 2.0 en entreprise peut se résumer aux flux RSS, aux blogs et aux wikis ? Non, certainement pas. Force est de constater que les concepts d’interfaces riches ou de mashup font encore très peur aux patrons. Toujours est-il que les offres de wiki d’entreprise comme celles de SocialText et de Confluence séduisent de plus en plus de grands groupes américains. L’année 2007 nous dira si des packages comme SuiteTwo ou l’hypothétique Google Apps for Your Enterprise sauront s’imposer dans les groupes français.
Verdict : ça va se faire

Voilà, un bilan plutôt positif qui me motive pour fignoler mes prédictions 2007 (dès demain si je suis en forme).

De l’Ajax dans votre bibliothèque

Non, je ne vais pas vous recommander de dépoussiérer votre bibliothèque avec du produit ménager, mais plutôt vous parler d’un très bon livre : Bien développer pour le Web 2.0. Mais… pourquoi parler d’Ajax alors que c’est écrit Web 2.0 sur la couverture ? Et bien justement je vais y venir, mais chaque chose en son temps.

La couverture du livre 'Bien développer pour le Web 2.0'

Avant toute chose, sachez que ce livre s’adresse avant tout aux développeurs, comprenez par là que l’on y parle essentiellement de code. Mais pas seulement, puisque sont également abordés les problématiques d’accessibilité, de respect des standards web et même d’ergonomie (pas assez à mon goût mais bon, c’est déjà très bien d’aborder le sujet).

La grande force de ce livre réside dans son approche : l’auteur commence par ré-expliquer ce que sont javascript, le DOM, les standards web (XHTML et CSS) avant de s’intéresser à AJAX. Et là encore il le fait de façon intelligente en décrivant et expliquant la mise en oeuvre de framework comme Prototype et script.aculo.us.

Cette approche est la bonne, dans la mesure où les bases de la programmation de pages web (respect des standards web et de la sémantique, bonne utilisation du DOM…) sont bien souvent bafouées pour des impératifs de délais. Loin de moi l’idée de vouloir lancer une polémique, mais le fait est que Javascript (et par conséquent AJAX) est un langage beaucoup moins rigoureux que Java (ou autres langages élaborés), ceci entraîne parfois de gros problèmes de maintenabilité, de pérennité et de montée en charge. Mais c’est une autre histoire, encore une fois je ne souhaite pas créer de polémique à ce sujet.

L’auteur détaille également dans son livre la mise en oeuvre d’API (notamment celles d’Amazon et de FilckR) ainsi que l’exploitation des flux d’information comme RSS et Atom.

La question de l’accessibilité est également abordée. Une application Ajax est-elle peut-elle être accessible ? Voici une question intéressante à laquelle l’auteur n’a pas répondu, certainement parce que la question est très loin d’être simple et parce que la réponse peut être mal interprétée. Pour la petite histoire, il semblerait que la nouvelle version d’Opquast soit accessible. Je n’ai pas les compétences nécessaires pour vérifier la conformité stricte de cette application, mais au moins ils ont fait un effort notable.

L’unique réserve que j’aurais au sujet de ce livre concerne son titre : Est-ce que l’univers technologique du web 2.0 se limitent à Ajax, à REST et à RSS ? Non pas du tout. En fait il est beaucoup plus large : Quid des technologies permettant de faire des RIA ou des RDA ? Quid des API réalisées avec SOAP ? Quid des problématiques de délégation d’identité ? Quid du web sémantique ? Quid des éléments multimédia (vidéo, son, 3D) ?

Bref, la liste est longue et l’ouvrage est loin de tout couvrir. Ce n’est pas pour autant un mauvais livre, mais c’est juste que le titre est un peu sur-vendeur. Je pense que l’auteur du livre n’y est pour rien et que cela doit sûrement être une décision de la maison d’édition (Eyrolles) qui a également publié un autre livre sur le sujet (Développez en Ajax), qui détaille plus l’utilisation de Dojo. Et pour celles et ceux que ça intéresse, il parait que jQuery est également très performant (via Weblogger).

Bon en tout cas si vous avez un cousin développeur alors ce livre sera le cadeau de Noël idéal.

Bon il y a aussi l’iPhone qui serait un très beau cadeau, mais il n’est pas encore officiellement lancé. Peut-être un compte FlickR Pro alors ?

Cuisinez les flux RSS à votre sauce avec xFruits

Connaissez-vous xFruits ? Il s’agit d’un service qui permet de manipuler de l’information à l’aide des flux RSS.

Logo de xFruits

Vous pouvez ainsi :

  • Créer un flux RSS qui agrège d’autres flux RSS ;
  • Publier votre flux RSS sous forme de page web ;
  • Publier votre flux RSS sous forme de page web à destination des terminaux mobiles ;
  • Publier votre flux flux RSS sous forme d’un fichier PDF ;
  • Générer un flux RSS à partir de mails envoyés…

Bref tout un tas de possibilités que vous pouvez également partager au sein d’une communauté.

Voici deux expérimentations qui vont vous faire comprendre ce service :

  • Mon site en version mobile : xFruits
  • Mes billets en PDF : xFruits

Alors ? Cela vous donne-t-il des idées de recettes à base de RSS ?

L’avenir du RSS

J’ai récemment participé à une enquête collective sur l’avenir du RSS orchestrée par Philippe du blog AccessOweb : L’avenir du RSS dans le Web de demain.

Un exercice très intéressant puisque sont comparés les avis de nombreux bloggeurs dont (entre autres) Aref Jdey, Jean-François Ruiz, Franck Poisson, Benoit Dausse, Eric Dupin, Jeremie Berrebi, Ouriel Ohayon, Sébastien Simoni

Un petit condensé de ma réponse : La technologie RSS n’en est qu’à ses premiers balbutiements. Cette technologie ne décollera réellement que lorsqu’elle sortira de la sphère un peu trop confinée des geeks. Avec les sorties prochaines d’IE 7 et Firefox 2, nous commencerons à voir des choses très intéressantes (plus de praticité et de pédagogie) et surtout bien plus accessibles au grand public.

Laissez votre message après le clic

Alors ça c’est fort ! Saviez-vous qu’il était possible de mettre en place un répondeur audio sur votre site ? C’est Odeo, le site de podcasts qui propose cette fonctionnalité.

Pour voir comment ça fonctionne, je vous propose de me laisser une message ici : Répondeur de Fred CAVAZZA.

Les messages audio s’entassent dans une boîte aux lettres et l’on est prévenu grâce à des alertes via email, flux RSS ou bien évidement podcasts pour écouter vos messages dans le métro. (via Tutoweb)

Aux chiottes le RSS !

Vous êtes submergé par l’information ? Vous avez du retard dans la lecture de votre aggrégateur de news ? Votre activité de veille grève votre productivité ? Pas de problème car voici LA solution pour vous tenir informé sans perdre trop de temps : lisez vos flux RSS aux toilettes grâce au RSStroom Reader :

Comme on est à la veille du WE on peut rigoler, non ? (via 3 minds)

Yahoo! News passe la vitesse supérieure

Voici un certain temps que je surveille du coin de l’oeil les dernières nouveautés sur le portail Yahoo! News.

Logo de Yahoo! News

Je dois avouer que les dernières innovations sont assez remarquables :

  • la nouvelle mise en page, très intuitive ;
  • la possibilité de rechercher de l’information dans les blogs (Blog Search Beta) ;
  • la possibilité de noter un article (Reviews) et d’obtenir un classement des article les plus appréciés (Most Popular) ;
  • la possibilité de démarrer une discussion sur un article (Discuss it)
  • la possibilité de s’inscrire à un flux RSS sur un thème d’actualité en particulier ;
  • la présence de liens lourds sur les mots-clés (voir à ce sujet mon billet précédent : Le nouveau Yahoo! News et ses liens ‘lourds’) ;
  • la section Hot Zone où un envoyé spécial se charge de couvrir les régions du globe où l’actualité est brûlante (avec videocast et tout et tout) ;
  • le tout nouveau Video Player encore une fois remarquable d’ergonomie et de sobriété.

Bref, autant de nouveautés qui font passer la section Yahoo! Actualités pour un anachronisme. Tiens au fait, c’est pour quand le nouveau Yahoo! Mail ?