Découvrez les utilisateurs-types

Un très bon article de vulgarisation sur les utilisateurs-types (personas en anglais) vient d’être publié : Personas: Setting the Stage for Building Usable Information Sites. Je vous le recommande pour trois raisons : il est synthétique, il donne une définition très précise mais accessible de ce que sont les utilisateurs-types et à quoi ils servent, enfin parceque des exemples viennent agrémenter le tout. Pour ceux qui découvrent ce concept, les utilisateurs-types sont des personnes imaginaires fortement représentatives de la population visée par un projet (l’audience). Lors de la phase d’étude, des profils d’utilisateurs sont identifié, à chaque profil est associé un utilisateur type. Chacun est décrit en fonction de différents critères (nom, age, photo, situation familiale, environnement de travail, niveau d’utilisation des outils informatiques, objectifs, contraintes, motivations, freins…). Plus les utilisateurs-types sont décrits de façon précise et sur des observations réelles, et plus le travail de conception graphique et fonctionnelle est aisée. En effet, il est plus facile de s’identifier à Jean-Pierre, 29 ans… qu’aux utilisateurs au sens générique du terme. Pour plus d’informations, je vous recommande également un article publié sur GUUUI sur l’usage de scénarios d’utilisation couplés avec des utilisateurs-types.

Les commentaires sont fermés

Le phénix renaît de ces cendres

Non, je ne vous parlerais pas de fumsek, le célèbre volatile d’Harry Potter mais de la dernière version de Firebird, le fantastique navigateur Web libre de droits de la fondation Mozilla. En effet, en plus de nous proposer une nouvelle version de son site Web (archi-conforme aux standards bien sûr !), la fondation nous propose une avalanche de mise à jour :

  • Firebird 0.7, le navigateur qui va révolutionner votre façon de surfer et vous faire oublier l’infâme IE ;
  • ThunderBird 0.3, le client de messagerie qui signe l’arrêt de mort d’Outlook ;
  • Camino 0.7, la version Mac OS X de ThunderBird, basée sur le moteur Gecko ;
  • Et bien sûr Mozilla 1.5, la suite qui regroupe tous les logiciels précédents.

Il n’est pas inutile de rappeler que les outils de Mozilla représentent LA réelle alternative aux produits de Microsoft qui sont condamnés à une mort certaine. Petit conseil : installer Firebird sur votre ordinateur à la place d’IE et vous pourrez pleinement profités des standards du Web en matière de présentation et de confort d’usage sur ce site.

Les commentaires sont fermés

Un nouveau lobby pour l’utilisabilité

Ca vient de sortir : U-Pods est une communauté dédiée aux décideurs du business de l’utilisabilité et de ceux qui sont en charge de gérer l’utilisabilité dans leur entreprise. Plus concrètement, cette communauté P2P (selon les créateurs) se présente sous la forme d’une structure de dialogue, d’échange, de support, de mise en relation… et bien sûr, l’accès à cette communauté est payante. Bref, un lobby de plus.

Les commentaires sont fermés

Lancement officiel d’XForms

Suite à un pré-lancement en août dernier, le W3C vient de publier un communiqué de presse intitulé : La nouvelle génération de formulaires Web est prête à l’emploi, tout est dis, ou presque… Rappelons qu’XForms désigne un ensemble de recommandations sur l’utilisation de balises structurelles pour la conception de formulaires. Pour caricaturer, XForms est au formulaire ce que le XML est aux pages Web : Une révolution sémantique. En gros, XForms permet de créer des formulaires où modèle, données, et interface sont séparées. Pour plus d’informations, allez donc voir la page dédiée à ces recommandations.

Les commentaires sont fermés

Choisissez l’apparence de ce site

Ouf ! Après de nombreuses expérimentations, je suis enfin arrivé à implémenter une fonctionnalité de permutation de feuille de style (autrement appelée « style switcher »). En clair, cliquez sur les liens dans la cartouche en bas à gauche et vous verrez sous vos yeux ébahis la mise en page de ce site changer du tout au tout. Pour l’instant seuls deux styles sont actifs, mais je suis quand même très fière d’apporter ma contribution à la grande croisade de la séparation du contenu et de la présentation (possible je vous le rappelle grâce aux technologies CSS). Pour ceux que cela intéresse, je vous recommande les explications du site A List Appart : Alternative Style et de leur fabuleux script.

Les commentaires sont fermés

Grand re-design d’automne !

C’est la vague des grands re-design d’automne : après le concours organisé pour revoir le design du site du W3C (bravo au vainqueur pour sa très belle proposition), c’est au tour du site du grand donneur de leçons devant l’éternel, j’ai nommé Jakob Nielsen. Ainsi, les motivés peuvent proposer un nouveau design pour UseIt.com. Les nominations devrait arriver dans la semaine.

Les commentaires sont fermés

Architecture de l’Information dans l’entreprise

Un document intéressant vient d’être publié par Louis Rosenfeld, LE gourou de l’IA, auteur entre autre du livre Information Architecture for the WWW. Il s’agit d’un schéma de déploiement d’architecture de l’information en entreprise :

Enterprise Information Architecture Roadmap

La nuance est importante car la mise en oeuvre d’une réflexion sur l’IA d’un site Web est différente de celle sur l’IA en entreprise. On se rapproche ici beaucoup plus de la gestion de l’information (techniques documentaires) et de la connaissance. Allez donc imprimer et afficher le schéma dans votre bureau, ce dernier récapitule les différentes étapes et points clés.

Les commentaires sont fermés

Trop de simplicité nuit à l’utilisabilité !

Encore un très bon article du site GUUUI.com : Balancing visual and structural complexity in interaction design, How visual simplicity can harm usability. Dans cet essai, l’auteur nous explique que le respect scrupuleux des rêgles de bases comme "less is more" ou "keep it simple stupid" peut parfois rendre un site ou une interface plus difficile à utiliser. En effet, en voulant n’afficher que le strict minimum à l’écran pour limiter la surcharge cognitive (trop d’informations à l’écran), certains designers ont fait le choix malheureux de cacher des options dans des menus déroulant ou derrière des mécanismes complexes de roll-over, de déplacer du contenu dans des pages annexes (pop-up d’explications) ou de séparer des pages en plusieurs morceaux au détriment de la facilité d’utilisation. En effet, en limitant le nombre d’option à l’écran l’utilisateur a certes moins de textes à lire mais a peut-être plus de réflexion à mener pour trouver ce qu’il cherche. L’auteur s’attaque également aux fausses règles des 3 clics ou des 7+/-2. Très intéressant, mais malheureusement en anglais.

Les commentaires sont fermés