L’impact des ordinateurs à 1 euro par jour sur le parcours client

C’est en janvier prochain que débutera l’opération « Internet accompagné » lancée par le gouvernement. Le principe est le suivant : les foyers aux revenus modestes (moins de 500 euros par mois) pourront bénéficier d’un ordinateur et d’une connexion haut-débit pour 1 euro par jour pendant 3 ans. Plus de détails ici et là :

Est-ce la fin de la fracture numérique ?

Oui et non. Oui parce qu’à 1 euro par jour, ces familles auraient bien tort de se priver, d’autant plus que ce dispositif est livré et installé par un technicien. Non parce que 500 euros pas mois c’est quand même pas grand chose. Que vont-ils bien pouvoir faire de leurs 500 euros par mois : commander des livres sur Amazon ? Acheter de la musique sur iTunes ? Faire leurs courses sur Ooshop ? Je ne pense pas.

Mais dans tous les cas de figure, proposer une alternative à la télévision dans des foyers qui ont désespérément besoin de rêver et de s’évader c’est une très bonne chose. Et puis à l’heure du web 2.0 et des modèles participatifs / communautaires, ce n’est certainement pas une mauvaise chose que d’offrir la parole à cette tranche de la population (la France de tout en bas).

Oui mais quel impact sur mon quotidien ?

Pour vous les annonceurs et les concepteurs de sites et services en ligne, cette nouvelle tranche d’audience va représenter un réel défi. D’une part parce qu’ils accèdent au statut d’internaute quasiment en même temps qu’à celui d’utilisateur de l’outil informatique. D’autre part parce qu’ils ne vont pas du tout réagir de la même façon que les internautes que vous convoitez au quotidien.

Concrètement, ces nouveaux internautes devront être traités comme une catégorie à part :

  • parce qu’ils débutent sur le web (ils ne connaîtront jamais l’ancienne page d’accueil de Yahoo!)
  • parce qu’ils ont beaucoup de retard à rattraper (sur les Skyblogs et autres sites sociaux comme DailyMotion) ;
  • parce qu’ils vont directement s’approprier des outils de communication modernes (Skype, webcam et cie) ;
  • parce qu’ils ont des revenus très limités.

Autant le dire clairement : vos mises en page surchargées, vos barres de navigation métaphoriques et vos textes alambiqués n’ont aucune chance de les toucher. Il va falloir frapper vite et fort :

  1. Bénéfice
  2. Promesse
  3. Action

C’est là où les techniques de conception comme l’ergonomie incitative et le principe de marketing de persuasion vont jouer un rôle crucial. A la fois pour les faire réagir et pour se démarquer de la concurrence. Le parcours client d’un internaute « tout frais-tout neuf » n’aura en effet rien à voir avec celui d’un geek qui surfe depuis des années.

Il ne faudra pas faire preuve de subtilité mais de pragmatisme : Votre offre présente-t-elle un intérêt réel pour eux ? Si oui, alors dites-le sans complexe. Si non, alors ne perdez pas votre temps et votre énergie (et votre budget) à convoiter cette part d’audience car ils ne réagiront pas aux mêmes messages ou stimuli.

Vodafone et ses univers immersifs

Souvenez-vous, il y a quelques temps (plus de 2 ans il me semble) Vodafone avait sorti un site révolutionnaire (Vodafone Futures) car il faisait une utilisation intensive des animations et de la vidéo pour promouvoir sa marque et ses services dans une ambiance très futurologie.

Ils viennent de remettre ça avec un nouveau mini-site très immersif et superbement réalisé : The Vodafone Journey.

Le site 'The Vodafone Journey'

Ce qui est particulièrement remarquable dans cette réalisation c’est l’utilisation de séquences vidéo incrustées dans un décor, le tout avec beaucoup de souplesse et de fluidité.

Je regrette juste qu’il n’y ait pas un peu plus d’interactivité (comme le propose par exemple le mini-site de Stella Artois).

Après les blogs sur la politique, voici les wikis sur la politique

Alors que nos hommes (et femmes) politiques se lancent timidement dans l’exploitation des blogs et podcasts, la scène électorale américaine prend de l’avance et lance un wiki sur la politique en prévision des prochaines élections : Campaigns Wikia.

Le logo du wiki sur la politique

Le crédo de ce wiki est le suivant : Il est temps pour les politiciens de devenir plus intelligents et pour la démocratie de réellement impliquer le peuple. Les grands médias vous disent quoi penser et ne vous laissent pas vous exprimer. Il est temps de se recentrer sur ce dont vous avez besoin, sur ce qui compte pour vous et sur les messages qui vous importent. Et vlan ! PPDA et son journal de 20 H n’ont qu’à bien se tenir…

Précisons que c’est le fondateur de Wikipedia qui est à l’origine de cette initiative. Je souhaite bon courage aux modérateurs

MySpace : le média dans le média

Je viens de lire un article très intéressant sur le phénomène MySpace : MySpace in the Marketing Mix.

Selon l’auteur, le web en tant que média est en train de vivre le même séisme avec la montée en puissance de MySpace que les médias traditionnels (radio, TV) lors du décollage de l’internet. Comprenez par là que les annonceurs qui pensaient maîtriser un minimum le canal (internet) et les cibles (les internautes) se retrouvent confrontés une population qui échappe complètement à leur contrôle (les ados) et qui interagissent sur un médium qu’ils ne comprennent pas (les réseaux sociaux).

Le phénomène MySpace prend une telle ampleur que l’on arrive à le considérer comme un média à part entière. D’ailleurs il est courant chez les jeunes américains de demander Est-ce que tu as un MySpace ? à la place de Est-ce que tu as un email ?. MySpace a réalisé ainsi en moins de deux ans le tour de force que Yahoo! essaye de réaliser depuis 10 ans : devenir un média dans le média.

Le marché français n’est pas non plus épargné par ce phénomène. N’est-il pas courant d’entendre C’est quoi ton Skyblog ? Tout ceci est d’autant plus promoteur que pour l’instant les Skyblogs sont fonctionnellement très pauvres. Comment tout ceci va-t-il évoluer lorsque ces fameux Skyblogs passeront à la vitesse supérieure et entreront dans l’ère du très haut-débit avec partage de vidéos, livecast et autres prouesses technologiques ?

Et nous alors (les vieux de plus de 20 ans) ? C’est quoi notre place dans ce nouveau paysage ? Est-ce que l’on doit rejoindre ces réseaux sociaux de jeunes au risque de se faire ridiculiser ? Est-ce que l’on doit se rabattre sur des réseaux un peu plus ‘pro’ comme Going On ou Ziki ? Ou sommes-nous cantonnés aux réseaux sociaux orientés business comme LinkedIn ou OpenBC ?

J’ai comme la très désagréable impression de me sentir sur la touche, pas vous ?