LeWeb12, compte rendu de la première journée

Comme chaque année depuis 8 ans, la Silicon Valley et les entrepreneurs du monde entier se donnent rendez-vous à Paris pour la conférence LeWeb. Le thème de cette année est l’internet des objets. Un thème particulièrement avant-gardiste, quoique pas tout à fait, car les startups françaises ont leur mot à dire : L’internet des objets est en train de se construire avec Sigfox.

Beaucoup de mode dans le hall principal

Comme c’est la tradition, il pleut, il fait froid et il y a des travaux dans tous les sens. Qu’importe, cela n’entamera pas mon enthousiasme, surtout que la programmation de cette année est particulièrement riche. Les conférences vont être réparties sur trois scènes, mais comme je ne peux pas me dédoubler, je me contenterais de vous relater ce qui se passe sur la scène principale.

Tony Fadell de Nest et Xavier Niel de Free

Tony Fadell de Nest

Première intervention de la journée avec Tony Fadell, qui était entre autres dans l’équipe de conception de l’iPod nous parle du Nest,  son thermostat connecté :

  • Il y a plus de 250M de thermostats aux US, plus que de consoles de jeux, c’est un marché gigantesque, mais personne n’a jamais essayé de les améliorer ;
  • Les produits Apple ont été une grande source d’inspiration pour le Nest (simplicité d’usage, esthétisme, packaging…) ;
  • Il a fallu 15 ans pour connecter les utilisateurs entre eux grâce au web, il faudra aussi de nombreuses années pour que les machines se connectent entre elles à grande échelle, ce n’est qu’une première étape ;
  • Les données collectées par le thermostat permettent d’optimiser la consommation d’énergie en adaptant la température au comportement de ses utilisateurs (notamment l’alternance des jours de semaine et des WE) ;
  • C’est le premier produit intelligent distribué à grande échelle, même dans les chaines de bricolage ;
  • Le produit est présent dans 63 pays alors qu’il n’est officiellement commercialisé que dans 3 pays, ils travaillent donc dur pour accélérer le déploiement international et notamment en Europe ;
  • Philips avait travaillé sur un concept similaire dans les années 90 tournant sous Windows CE, mais le projet a été abandonné ;
  • Mettre sur le marché un terminal truffé d’électronique est beaucoup plus compliqué que ça en a l’air (dans “hardware“, il y a “hard“), ceci explique le retard constaté ou les échecs de nombreux projets sur KickStarter (NdR : effectivement, je suis toujours en attente de ma montre Pebble) ;
  • Conseils : soyez méthodique et concentré; ne sous-estimez pas les différences de marché entre les US et l’Europe; si c’est trop facile, c’est que vous avez sous-estimé un problème.

Ariel Garten de Interaxon

Ariel Garten de Interaxon

Ariel Garten, la patronne canadienne de Interaxon vient nous présenter son bandeau permettant de contrôler par la pensée des ordinateurs :

  • Pourquoi se donner tant de mal à connecter des machines et ne pas essayer de connecter des hommes ?
  • Ils essayent de replacer les humains au centre de leurs préoccupations, pas la technologie ;
  • Cette année ils lancent Muse, leur premier produit grand public  à199$, livré avec un certain nombre d’APIs pour donner la possibilité à la communauté de développeurs de concevoir de nombreuses applications ;
  • Il y a un temps d’adaptation, puis le bandeau va vous permettre de contrôler certains paramètres ou de rajouter un contexte émotionnel à votre usage des TIC (ex : adapter la typos d’un email à l’état émotionnel du rédacteur) ;

    Le cerveau de Loic Lemeur en marche…
  • La démonstration était… surréaliste, mais pas forcément plus que les premiers tests d’email ou de SMS, le produit est livré avec une première série de jeux et d’applications  (waaaaaaaant !) ;
  • Ils travaillent avec les membres de l’équipe olympique canadienne pour améliorer leur concertation lors des épreuves.

Benjamin Cichy de la Nasa

Benjamin Cichy de la NASA

Benjamin Cichy est le Software Chief Architect du programme d’exploration de la NASA :

  •  La seule méthode viable pour explorer une planète et son écosystème… est d’y aller, le programme d’exploration de Mars est ains riche en surprise (ex : les traces de chlore trouvé dans la poussière martienne cette semaine) ;
  • Envoyer le robot pathfinder sur Mars en 1997 a été une énorme avancée, car c’est la première planète que les hommes explorent (la lune ne compte pas, car c’est une… lune) ;
  • La NASA a subi deux terribles échecs avant de réussir la “livraison” de Spirit et Opportunity en 2004 ;
  • Les missions d’exploration ont prouvé que les deux ingrédients essentiels à la vie sont présents sur Mars (de l’eau et de l’énergie grâce au soleil) ;
  • La nouvelle itération du rover (Curiosity) est bien plus ambitieuses car une dizaine de nations participent à ce programme, ils ont dû entièrement revoir la conception de la capsule d’entrée et du protocole d’atterrissage car ce rover est bien plus gros (2 mètre par 3) ;

    Le robot Curiosity envoyé sur Mars
  • Le logiciel pilotant la séquence d’atterrissage contient 5 millions de lignes de code ;
  • La mission Curiosity est un succès, mais leur taux de réussite n’est que de 33% (bravo pour leur humilité) ;
  • Les enseignements et technologies développées pour ces missions trouveront prochainement des domaines d’application dans nos vies quotidienne et plus particulièrement l’internet des objets.

Jeff Hagins de SmartThings

SmartThings est un projet financé via KickStrater qui commercialise des capteurs et modules intelligents pour la maison :

  • Leur ambition est de construire le physical graph, par analogie avec le social graph et interest graph, afin de faciliter la programmation d’interactions avec les objets du quotidien ;
  •  L’internet des objets repose sur trois piliers : la simplicité d’utilisation (pour les développeurs et les utilisateurs), l’ouverture (utilisation de standards technologiques) et l’intelligence (rendre service au quotidien et non chercher l’exploit technologique) ;
  • Ils commercialisent un ensemble de capteurs et de prises qui communiquent avec des applications disponibles sur leur app store ;

    Démonstration d’une application SmartThings
  • Ils sont pour le moment concentrés sur le perfectionnement de l’environnement de développement et sur le développement de la communauté.

-

Pour les autres conférences de la journée, ça se passe ici : Suite.

6 commentaires pour “LeWeb12, compte rendu de la première journée”

  1. Posté par Jean-Philippe Encausse a dit : le

    C’est vraiment excellent cette démocratisation des objets connectés ! J’attends cela depuis le Nabaztag !

    J’ai hâte de pouvoir connecter plusieurs projet KickStarter dont SmartThings à SARAH (http://encausse.net/s-a-r-a-h)

    Il faut espérer que ça boost LaPoste, les FAI et autre fournisseur de box de fournir une véritable expérience connectée aussi en France !

  2. Posté par Francois - Blog Marketing a dit : le

    Parfait, pas besoin d’y aller ^^ merci pour ce résumé

  3. Posté par Pierre-Yves - eenovation a dit : le

    merci pour ce CR quel gain de temps :-)

  4. Posté par Kribou a dit : le

    Merci pour le résumé :)

  5. Posté par Jeff le Randonneur a dit : le

    Merci pour ce CR ! Je ne connaissais pas le NEST mais quel bel objet efficient ! Il combine objet et internet pour réduire les dépenses énergétiques ! Un bel exemple de ce que peut être la croissance verte !

  6. Posté par Yves Caseau a dit : le

    Merci pour le CR ! Je confirme, le Nest est un très bel objet, à tout point de vue, depuis le design jusqu’à l’intégration de l’apprentissage.
    @Jean-Philippe: je suis d’accord :)

Laisser un commentaire