À quoi ressemble l’internet en 2012

Voilà 20 ans que le web existe. Conçu par Tim Berners-Lee à la fin des années 80, les premiers sites web sont apparus en 1992. Vingt ans plus tard, Internet est devenu l’un des canaux de communication les plus utilisé, et très certainement le média de référence du XXIème siècle. Je pars du principe que vous avez tous une bonne connaissance du web et de ce que l’on peut en faire, par contre avez-vous à votre disposition des données chiffrées récentes ? C’est justement ce que je me propose de faire avec cette compilation de nombreuses études statistiques et sociologiques publiées en fin d’année.

La France compte près de 49 millions d’internautes, soit 75% de sa population. Une étude Insee publiée en novembre 2011 nous en apprend un peu plus sur les temps de connexion : Les Français passent en moyenne 2h30 par jour devant un écran, majoritairement la télévision pour les tranches d’âge supérieures, mais majoritairement devant un ordinateur pour les 15-24 ans.

Répartition du temp passé devant un écran par les Français

Concernant les sites web en eux-mêmes, la société Email-Brokers dans son baromètre de l’Internet comptabilisait plus de 2,6 millions de sites dont la majorité sont à caractère professionnel (ils ne comptent donc pas dedans les blogs). Seulement 9% de ces sites ont été actualisés durant les 3 derniers mois, 73% au cours de l’année passée.

Selon une étude Médiamétrie de l’Observatoire des Usages Internet datant de novembre 2011, hommes et femmes sont quasiment à égalité sur la toile (respectivement 51% et 49%). D’autres chiffres utiles :

  • 2/3 des hommes ont comparé les prix au cours du dernier mois contre 57% des femmes ;
  • Les femmes concrétisent davantage leurs achats sur Internet (45% au cours du dernier mois contre 40% pour les hommes) ;
  • La moitié des femmes utilisent les messageries instantanées contre 40% des hommes ;
  • Les hommes préfèrent consulter les blogs (33%) et lire les messages sur les forums (47% contre 36% pour les femmes).

L’INRIA a également publié une très belle étude sur Les Français et le Nouveau Monde Numérique. Six profils sociologiques ont été identifiés : Les randonneurs vigilants, les baroudeurs pragmatiques, les grands explorateurs, les révoltés numériques, les bienheureux sédentaires et les apprentis voyageurs.

Les profils sociologiques des internautes français

L’étude nous fournit d’autres chiffres :

  • 7 français sur 10 sont curieux vis-à-vis du numérique ;
  • 53% se déclarent dépassés, alors que 56% ne pourraient plus se passer de l’internet ;
  • 50% pensent que jamais les objets ne pourront communiquer entre eux ;
  • Ils veulent plus de pédagogie et d’encadrement (89%) ainsi que d’avantage de protection de la vie privée (92%).

Si mes calculs sont exacts, ça nous fait donc 9 Français sur 10 préoccupés par la confidentialité, mais 77% qui sont inscrits sur au moins un réseau social (ils ne sont donc pas très méfiants, ou globalement naïfs).

Puisque l’on en parle, la sixième vague de l’observatoire des réseaux sociaux de l’IFOP nous apprend que :

  • Facebook est la plateforme sociale la plus connue (95%) suivit de YouTube (92%) et Twitter (85%) ;
  • Un internaute français est aujourd’hui membre de 2,8 réseaux sociaux en moyenne (contre 2,9 l’an passé) 11% fréquentant six réseaux sociaux ou plus ;
  • L’appartenance à un réseau social révèle des choses surprenantes (49% pour Facebook, 40% pour Windows Live et 37% pour Copainsdavant) ;
  • 84% des internautes ne suivent aucune marque, 25% se disent prêts à appeler au boycott.
Répartition de l'appartenance aux réseaux sociaux par catégorie de population (source : IFOP)

L’étude Digital Life de TNS Sofres vient compléter ces chiffres avec des données sur le marché français :

  • 53% des consommateurs français présents sur les réseaux sociaux ont des interactions sociales avec les marques pour bénéficier de promotions ;
  • Seuls 1/3 des Français trouvent que les réseaux sociaux sont un bon endroit pour trouver des informations sur les produits (contre 54% pour le reste du monde).

Concernant le commerce en ligne, la Fevad nous a fourni en fin d’année dernière des chiffres intéressants :

  • Il y aurait plus de 132.000 boutiques en ligne en France, en augmentation de 100% par rapport à l’année dernière (mais la Fevad n’en comptabilise que 90.000) ;
  • La France compte désormais 30,4 millions d’acheteurs en ligne, 100 millions de transactions pour un montant moyen de commandes de 91€ ;
  • 7 milliards d’€ ont été dépensés pour les fêtes de fin d’année, soit un total avoisinant les 37 milliards pour 2011.

TGI / Kantar Média vient compléter ces chiffres avec une étude sur le commerce en ligne chez les 15-24 ans :

  • Les achats en ligne représentent 11% des achats ;
  • 46% des garçons de 11-24 ans achètent sur internet contre 41% des filles ;
  • Les produits les plus populaires sont les vêtements (38%), les livres (28%), les chaussures (24%) et les jeux vidéos (23%) ;
  • 9% des possesseurs de smartphones font des achats avec.

Une belle infographie réalisée par Olimeo nous renseigne sur les avis publiés sur internet :

  • 90% des internautes lisent les avis, 67% donnent leur avis ;
  • Un acheteur mécontent le dit à 11 personnes contre 3 pour un acheteur satisfait ;
  • 93% les jugent utiles et 86% leur font confiance ;
  • 45% des consommateurs pensent qu’internet leur fait consommer mieux.
Fréquence des consultations des avis des consommateurs

Ces chiffres datent de 2010, mais la vague 4 du Baromètre ECHO de Scanblog / Openminded nous fournit des données plus récentes :

  • 96% des cyber-consommateurs préparent leur achat en ligne ;
  • 80% utilisent Google comme moyen d’accès aux sources d’information sur les produits ;
  • 12% des consommateurs se renseignent via un smartphone ;
  • Seuls 7% des internautes ont déjà entendu parler de social shopping, 58% pensent qu’il est inutile d’acheter sur Facebook et 29% que c’est risqué ;
  • 36% ont remarqué sur au moins une boutique en ligne un emplacement  qui montre si leurs amis sont fans du produit ou de la marque.

La société ContactLab fournit également des chiffres sur l’utilisation de l’email en France et en Europe :

  • Il y a 68 millions de boîtes aux lettres électroniques en France, 1,4 million d’emails sont reçus chaque jour ;
  • 24% des internautes utilisent une adresse email ne portant pas leur nom pour protéger leur anonymat ;
  • 47% déclarent avoir effectué des achats en ligne directement depuis un lien contenu dans une newsletter ;
  • 23% se sont inscrits à une newsletter via la page Facebook d’une marque.

Pour relativiser, je vous propose ces statistiques fournies par Eurostat :

  • 25% des Européens ne sont jamais allés sur Internet (54% pour les Roumains, 45% pour les grecques) ;
  • 18% des Français âgés de 16 à 74 ans n’ont jamais utilisé le web (46% en 2006).

Et pour finir sur une bonne note, voici encore quelques statistiques européennes de eTarget :

  • Il y a 279 millions d’internautes en Europe (59%) ;
  • 33% disent ne plus pouvoir se passer du web, 29% se connectent dès leur réveil (sûrement avec leur smartphone) ;
  • 83% des internautes utilisent une connexion haut-débit.

-

Ouf, ça fait beaucoup de chiffres et de pourcentages. Maintenant que nous avons des données quantitatives fraiches, nous pouvons nous intéresser aux usages. La semaine prochaine je vous ferai un petit topo sur l’état de l’art de l’internet : du SoLoMo (Social-Local-Mobile) au ToDaClo  (Touch-Data-Cloud).

26 commentaires pour: “À quoi ressemble l’internet en 2012”

  1. Une information précieuse !

    C’est un ensemble de données difficiles à réunir et à compiler.
    Merci pour le beau (et probablement laborieux) travail.

  2. Voilà une bonne compilation de données. Je confirme que c’est assez laborieux à faire ;)

    J’ai d’ailleurs réalisé une infographie sur mon blog qui montre l’évolution d’Internet entre 2002 et 2012 via quelques chiffres clés. A voir ici : http://dofollow.bz/?post/2012/01/10/Chiffres-cles-Internet-France-10-ans

  3. Pardon, mais ne devrait on pas lire “la France compte 39 millions d’internautes” et non “59 millions” ? Merci

  4. Article riche en informations avec des liens intéressants non connus personnellement
    Dans les statistiques il y a deux tranches en-deca et au-delà des 25 ans. Or les “Digital Natives”, d’après mes lectures, seraient plutôt dans la génération de moins de 30 ans.
    Comment alors essayer d’analyser ou de faire des observations sur ces personnes nées avec Internet dont les comportements peuvent être radicalement différents des autres générations. Dès lors comment “pondérer” ces statistiques ou les amender par d’autres observations ?

    Merci pour cette belle somme de travail et bonne année 2012

  5. Juste une petite remarque : “La France compte près de 59 millions d’internautes, soit 75% de sa population”, nous comptons env. 65 millions d’individus en France, on serait donc plus proche des 49 millions pour 75% de sa population … sinon c’est évidement très intéressant tout ces chiffres !

  6. Article interressant, une bonne compilation de données !

  7. Un sacré travail de compilation en effet! Bilan globalement positif, bien que les mentalités évoluent lentement. Merci pour cet article!

  8. @ Alexis et Fabien > Oui oui, c’est bien 49 M.

    @ Michel > Tout le problème des “digital natives” c’est qua chacun a sa propre définition. Je préfère éviter ce terme et utiliser les “millennials” (ceux nés au XXIème siècle) qui prête moins à confusion. Mais bon, dans l’absolu, ce n’est pas le temps d’exposition aux technologies qui conditionne le taux d’utilisation.

  9. Trés interessant.

  10. oups désolé, double post, j’ai cru que ça n’avait pas fonctionné.
    Tu peux delete @fred?
    Merci

  11. Emmy Grand-Maison

    Encore une fois, merci et chapeau, toutes ses données sont réellement pertinentes.

  12. Une bonne piqûre de rappel qui permet de garder en tête quelques chiffres important.

  13. Mikael Lothodé

    à propos des digitales natives ils faut plutôt aller voir du coté de cette définition je pense:

    http://www.douglasadams.com/dna/19990901-00-a.html

    I suppose earlier generations had to sit through all this huffing and puffing with the invention of television, the phone, cinema, radio, the car, the bicycle, printing, the wheel and so on, but you would think we would learn the way these things work, which is this:

    1) everything that’s already in the world when you’re born is just normal;

    2) anything that gets invented between then and before you turn thirty is incredibly exciting and creative and with any luck you can make a career out of it;

    3) anything that gets invented after you’re thirty is against the natural order of things and the beginning of the end of civilisation as we know it until it’s been around for about ten years when it gradually turns out to be alright really.

    Cela permet de comprendre un peu mieux cette segmentation et de faire évoluer les groupes dans les futurs années ..

    Merci d’avoir présenté ce beau travail de l’INRIA et également pour les autres sources

  14. Chouette article Fred, mais t’as une incohérence entre le titre et le chapeau :
    Internet != Web (et je me permets d’ajouter “BORDAYL !” )

    Bisous

Laissez un commentaire