Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google

Cela fait à peine 24 H que l’annonce de Chrome OS a été faite et pourtant les avis convergent en ce qui concerne les intentions de Google : réinventer l’outil informatique et les usages des services en ligne. En fait cela avait déjà commencé avec l’annonce de Wave, mais cette entreprise ne se fera pas en un jour (ni en un an).

Chrome OS ?

Reprenons depuis le début avec ce que nous savons sur Chrome OS :

  • Ce n’est pas un nouveau système d’exploitation mais une nouvelle interface graphique reposant sur un noyau Linux ;
  • Il sera gratuit (normal car les équipes de Google comptent s’appuyer sur la communauté pour le finaliser) ;
  • Il pourra tourner sur un netbook et plus si affinités (grâce au support des processeurs ARM en plus des architecture x86 d’Intel) ;
  • Il reposera essentiellement sur le navigateur Chrome qui servira d’environnement d’exécution pour des applications en ligne « standards » (HTML ou Flash) ou spécifiquement conçues pour Chrome (sous-entendu reposant sur les technologies Google comme NaCl ou avec le futur HTML 5) ;
  • Il devrait sortir pour mi-2010.

Nous ne savons donc pas encore grand chose sur Chrome OS, toujours est-il qu’il serait illusoire de croire que Google a la capacité de nous sortir un système d’exploitation en à peine un an car c’est un chantier titanesque qui demande des années et une armée de développeurs.

Pourquoi cibler les netbooks ?

Au-delà des taux de croissance très impressionnants annoncés par l’industrie, le marché des netbooks ressemble plus à une niche qu’à autre chose : 11 millions d’unités vendues en 2008 pour une prévision de 39 millions de machines en 2013 (Let’s all take a deep breath and get some perspective). C’est peu, à peine 1/10ème du marché des ordinateurs, mais c’est suffisamment gros pour s’y intéresser. D’autant plus que les netbooks n’ont pas encore trouvés leur place : les « observateurs » du marché s’acharnent à les faire passer pour des ordinateurs low cost alors que leur potentiel réside dans de nouveaux usages et surtout dans une nouvelle approche de l’outil informatique.

C’est également un marché très instable apparamment dominé par Microsoft avec un produit en complet décalage avec le potentiel des machines. Pour résumer : les 97% de parts de marché de Microsot ne sont qu’un leurre, le grand public réclame Windows car c’est le seul OS qu’il connaisse mais donnez-leur un iPhone et il leur pousse des ailes. Tout ce qu’il manque aux netbooks c’est un acteur qui daigne investir de l’argent pour éduquer et convaincre les clients.

C’est enfin un marché sur lequel Google peut compter sur des partenaires de taille : Des constructeurs (Acer, Asus, HP, Lenovo), des fabricants de puces (Qualcomm, Texas Instrument) et même un éditeur (Adobe).

Quelques difficultés à prévoir

Mais tout ne va pas être simple pour Google car le géant de la Silicon Valey devra faire face à de nombreuses difficultés, à commencer par les ressources : les équipes de Google ne peuvent pas être sur tous les fronts à la fois et la communauté risque de se lasser d’être sans cesse sollicitée (notamment comme cela a été le cas pour Android).

Il y a ensuite le douloureux problème de la compatibilité des périphériques : Sera-t-il possible de faire fonctionner votre webcam, votre imprimante ou de brancher votre appareil photo numérique ? Difficile à imaginer, il faudrait alors que les constructeurs fournissent un effort considérable pour livrer les bons drivers.

Il y a enfin le problème des marges très réduites sur le créneau des netbooks. Concrètement, avec un système d’exploitation gratuit Google cible le bas du marché. OK, mais comment vont-ils gagner de l’argent ? Autant iTunes est gratuit mais Apple gagne beaucoup d’argent avec (il faut payer d’un côté pour le hardware et de l’autre pour les musiques ou applications) autant si Chrome OS est gratuit, comment Google va-t-il dégager des revenus ? Certainement pas avec le matériel, ni avec les services puisque l’offre de Google est majoritairement gratuite.

Pas réellement un concurrent pour Windows

Malgré les apparences, Chrome OS n’est pas un concurrent de Windows mais plutôt de Linux. Au risque de me répéter : Faire tourner Windows sur un netbook est une aberration car cela limite fortement l’usage que l’on peut en faire (Les netbooks vont-ils amorcer la révolution du web 3.0 ?). Les netbooks n’ont pas besoin de Windows, mais Windows a besoin des netbooks pour maintenir les ventes. Et à ce petit jeu Microsoft est passé champion dans l’art de verrouiller un marché et d’étouffer la concurrence. Sauront-ils étouffer Google ? J’en doute, certainement pas avec Windows 7 qui ne prend pas en compte les spécificités des netbooks (contrairement à Moblin).

Chrome_Windows.jpg

Mais ne vous en faites pas pour Microsoft, ils ont d’autres tours dans leur sac (Five Reasons Why Microsoft Does Not Need To Worry About Google Chrome OS), à commencer par une grosse annonce à venir sur la prochaine version d’Office (qui sera très certainement disponible en mode SaaS : Why Chrome OS Now? Because Microsoft Office In The Cloud Comes Monday). Il y a de plus ce projet de navigateur chez Microsoft Research (nom de code Gazelle) qui se veut être le premier « browser-based OS«  (Introducing Microsoft’s Gazelle, A Web Browser as a Multi-Principal OS) ça ne vous rappelle rien ?

Pas du tout un concurrent pour Apple

Vient ensuite logiquement la question de savoir si cette annonce ne va pas faire de l’ombre à Apple qui a toujours craché sur le segment des netbooks mais qui compte (d’après les rumeurs) sortir sa propre machine d’ici l’année prochaine. Rassurez-vous, cela ne va pas le moins du monde affecter Apple qui a toujours su se créer sa propre niche (Why Google’s Chrome OS Bomb Has Minimal Fallout On Apple). Traduction : Apple ne sortira pas de netbook mais un produit légèrement différent qu’il sera le seul à maitriser.

D’un autre côté, le grand public est très friand des services simples et efficaces de Google, réussiront-ils à lancer une alternative crédible (la qualité d’Apple sans en payer le prix) ? Pas sûr dans la mesure où les consommateurs ne sont pas dupes : le Gphone est un très bel appareil, mais ce n’est pas un iPhone. Bref, tout ça pour dire que Google sait très bien faire du Google mais qu’ils ne rivaliseront jamais avec Apple.

Le jeu sera-t-il le premier domaine d’application crédible pour les netbooks ?

J’avais déjà exprimé en début d’année la possibilité d’une approche verticale pour les netbooks avec le marché des enfants. Je crois toujours fortement à cette hypothèse, tout comme celle d’une machine sponsorisée par des éditeurs de jeux. Le principe est simple :  proposer une offre à moins de 100€ pour un netbook avec des jeux pré-installés dessus. Disney le fait déjà, pourquoi pas Adibou ou Prizee ? (cf. Hands On With Disney’s Netbook for Kids)

Disney_Netbook.jpg
Le netbook pour les enfants de Disney

Les netbooks ne sont pas des machines très puissantes, mais pour faire du casual games ils sont largement suffisants : How Will Google Chrome OS Change Gaming?. Rappelons de plus que Google compte intégrer O3D dans la prochaine version de Chrome, de quoi en faire un parfait candidat pour du Rich Internet Games.

Une nouvelle génération de système d’exploitation pour une nouvelle génération d’ordinateurs

Au risque de me répéter (bis) : les netbooks ne sont pas de petits ordinateurs (ni même de gros smartphones), ils piochent le meilleur de ces deux mondes pour proposer une nouvelle approche et surtout correspondent à de nouveaux usages. Inutile de se poser la question de savoir s’il sera possible de faire tourner Photoshop sur Chrome OS puisque de toute façon il ne tourne pas sur un netbook avec Windows XP, là n’est pas l’objectif des netbooks.

Aujourd’hui c’est Intel avec son Moblin qui nous montre le vrai potentiel des netbooks : un usage intensif (exclusif ?) de services en ligne, une mobilité sans compromis et des applications à réinventer. Il y a aussi Jolicloud sur le créneau, mais leur approche n’est pas aussi poussée que celle d’Intel.

moblin_v2.jpg
L'interface révoltutionnaire de Moblin

Il reste bien évidemment d’autres questions en suspens comme par exemple la possibilité de faire tourner des applications en ligne en mode déconnecté ou la gestion de la synchronisation, mais les travaux autour de HTML 5 avancent à grand pas et le futur des applications next-gen est en marche. Quand Gmail est sorti il y a 5 ans, je ne me doutais pas qu’il allait me faire complètement oublier les logiciels de messagerie, et pourtant… jamais plus je ne reviendrais à un système de messagerie classique.

C’est donc un pari sur l’avenir que Google fait en misant sur le tout en ligne (ou plutôt sur les applications légères) mais de toute façon leur Chrome Os est encore loin d’être prêt donc ils ont tout le temps pour continuer à préparer le marché.

Conclusion

S’il y a bien une chose dont je suis certain, c’est qu’à sa sortie Chrome Os ne va pas révolutionner le monde de l’informatique ou de l’internet. Ce chantier se gagnera sur le moyen terme (5 ans), tout comme c’est le cas pour Wave, un produit révolutionnaire mais qui mettra du temps avant de réveler son potentiel.

J’ai également une autre certitude : Chrome OS va être la pierre angulaire de la stratégie de Google, le lien entre les différents services et le digne successeur de Google Desktop qui n’a pas réussi à s’imposer (mais qui aurait pu jouer ce rôle). En poussant la réflexion, on peut également se dire que Chrome est la pièce centrale d’un puzzle que Google élabore depuis de nombreuses années.

Et si ce Chrome OS n’était qu’un galop d’essai ? Un échauffement pour une ambition encore plus vaste : Après les netbooks, les ordinateurs ? Pourquoi pas… d’ici là ils devront d’abord résoudre le problème de la compatibilité des périphérique et au moins lancer un site web, ça serait la moindre des choses !

37 commentaires pour “Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google”

  1. Posté par loïc m. a dit : le

    billet bien sympathique à lire, un peu plus réfléchi que le « buzz » qui gravite autour de cette annonce pour l’instant, bien vide.

    p.s: le design ne serai-t-il pas un peu cassé ? Il semblerai que toutes les actions javascript soient quelque peu erronnées (et du coup je suis en mode Mobile Theme, sans possibilité de revenir à un mode classique).

  2. Posté par Alain Risbourg a dit : le

    Fred,
    Ton analyse me semble tout à fait juste (comme très souvent ;-) )

    Je pense que Google va gagner beaucoup d’argent avec cet OS (le jour ou le volume de Netbook équipés sera important : tout simplement car la majorité des applications accédées par ces Netbook seront des services Google (comme Google Docs qui devient payant) ou avec des pubs…
    Ils peuvent donc se permettre de donner Google Chrome OS

    Alain

  3. Posté par jean a dit : le

    hum… photoshop fonctionne sur les netbooks la seule limite réelle est la taille de l’écran. le problème des web os comme google et moblin c’est que cela t’oblige à être connecté à internet.tout comme xp a « tué » linux sur les mobiles je prédis sans coup férir que XP ou Seven seront toujours les OS majoritaires et largement dans les netbooks en 2010, au mieux les web os seront là en complément mais pas plus.

  4. Posté par Xavier a dit : le

    Trés bonne réflexion sur le sujet … mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec ta remarque « Faire tourner Windows sur un netbook est une aberration »:
    1) les netbooks montent en puissance preuve que le marché veut plus qu’un « petit » PC. Et même si personnellement, je pense que pour le coup, c’est une aberration.
    2) tout le monde s’acharne à faire tourner un Mac OS X dessus … qui est en tout point comparable à un Windows, non ?

    Si je regarde mon propre usage: j’ai installé 7 sur un Eee-1000 et c’est parfait (il boote presque plus vite qu’en XP ?!). En fait je pense que c’est le concept du « portable vraiment portable » qui intéresse tout le monde. Mais je veux tout ou presque de ce PC parce que je n’ai pas l’intention d’en avoir un autre. J’ai même un Visual Studio 2008 dessus pour m’amuser de temps en temps ! Alors à part les gamers, je ne vois pas qui pourrait ne pas se contenter de telles machines?

    En ce qui concerne les stratégies Cloud, Saas & co. je terminerai juste en relatant une remarque fort judicieuse d’un DSI que j’ai rencontré un jour: « On peut tout faire avec Internet, sauf avoir la garantie de la qualité de service ». En d’autres termes, le jour où le réseau merde, on est content de ne pas avoir mis tout ses oeufs dans le même panier et d’avoir encore quelques ressources en local!

  5. Posté par clement a dit : le

    Au niveau des Netbooks, je suis d’accord avec Xavier. C’est surtout le coté Ultra portatif qui vas faire la différence. A terme, les deux segments vont se rejoindre les netbooks vont naturellement monter en capacité technique, et les ultraportables forcement hors de prix devenir une mini-niche.
    Si j’analyse mon comportement aujourd’hui, je suis habitué à mon thinkpad massif, qui me sert maintenant de PC fixe, et je songe à m’acheter un Netbook comme vrai PC de route.
    Pour les OS, Microsoft à encore de beaux jours devant lui. Tant que tous les périphériques ne sont pas compatibles multiOS; les Windows sont peinard. Le jours ou iTunes sort sous linux (peu probable) je repasse sous Ubuntu. Sinon c’est une ‘pain in the ass’. Alors ChromeOS, Android, Moblin etc.. ne perceront jamais sans cette condition.
    Pour l’usage, je suis a 100% d’accord avec Fred sur une utilisation intensive des services online; a relativiser, en fonction de la qualité du reseau internet mobile 3G+ Wifi etc..

  6. Posté par Jmini a dit : le

    Une réflexion que j’aimerais partager (et voir développée par Fred) :

    Palm Pré Web OS — Google Chrome OS

    Même s’ils ne s’adressent pas au même type d’appareils et qu’il ne sont vraisemblablement pas du tout bati de la même manière (quoique webkit…)

    En tout cas j’ai l’impression suivante : un système minimum, ensuite tout est du web (HTML, Javascript, …) Et la programmation se fait avec une architecture en ligne… avec quelques ajouts aux technologies pour permettre d’en faire plus (ex: nouvelles fonctions Javascript pour accéder au hardware, Gears, NaCl…)

    Quelle influence pour les développements futurs ? Quelles possibilités pour la suite ?

  7. Posté par pom a dit : le

    Pas réellement un concurrent pour Windows, mais un concurrent pour Linux. Je suis totalement pas d’accord ;-)
    D’une part, Google pousse sur les OS nouvelle génération (comme Moblin, Ubuntu Desktop, etc..), qui sont des nouvelles interfaces. Or Windows est le dépositaire de la old school, donc ce sont eux les premiers impactés dans ce changement de génération, ce sont à eux de s’adapter.
    Ensuite, contrairement à Apple qui a fait un OS à partir d’une surcouche à Unix, et qui en a fait un logiciel payant, il me semble que Google partira d’un Linux et en fera une version gratuite Open source. Donc les améliorations apportées à cet OS, pourra en retour être apporté à toutes les autres versions de Linux. Echange de bons procédés.
    Par contre, cela va encore plus morceler l’offre des distributions Linux, qui est en soi déjà une niche pour geek libertaire.

    Par contre, je suis bien d’accord que si vous voulez faire un OS qui marche, il faut ajouter des applis fun, des jeux. Apple a bien su le faire avec iTunes. Mais comment l’adapter à l’offre open source traditionnel de Google ?

  8. Posté par Maxime a dit : le

    @Clément : honnêtement, conditionner son OS sur la possibilité d’avoir iTunes ? Je n’arrive pas à voir ce que ce truc permet de faire qui n’est pas trouvable ailleurs (et même trouvable ailleurs en mieux)

  9. Posté par Vincent a dit : le

    Excellente analyse très fouillée. Tout à fait d’accord pour dire que ce n’est pas « révolutionnaire », le Chrome OS l’aboutissement de la stratégie que Google mène depuis des années.

    Tout à fait d’accord sur l’aspect ludique de ces machines. Le casual game est un de leur premier usage. Voir d’ailleurs des projets actuels visant à developper du casual game via des consoles 8 bits branchées sur la télé. L’idée étant de faire de mini-ordinateurs ludo-éducatifs pour 12 USD : http://playpower.org/

    Sur le segment des netbooks, le marché n’est pas à mon sens encore mature (manque de connexion web permanente à un coût correct). Mais la vision de netbooks reliés en permanence au réseau comme clients légers est évidemment alléchante et fait totalement sens.

    Néanmoins, j’ai quelques interrogations sur les usages du netbook :
    1) Malgré le succès actuel, je serais curieux de voir quels sont les usages réels (internet, mail, substitut à un PC faute de mieux) et où ces appareils sont utilisés (à la maison, en extérieur ?)
    2) La question prix me pose problème : je trouve que les appareils sont trop chers. Pour 200 Euros de plus, ne vaut-il pas mieux arbitrer pour un PC ?
    3) L’encombrement est un sujet : on parle de millions de ventes et je vois peu de ces netbooks dehors (transports, cafés…). Même si ces appareils sont petits, l’usage d’un téléphone en dehors de chez soi me semble plus « naturel » car les netbooks restent relativement encombrants (ça ne rentre pas dans une poche il faut un sac). Surtout pour des usages sociaux, un smartphone est suffisant.

  10. Posté par jun a dit : le

    @Maxime
    @Je n’arrive pas à voir ce que ce truc permet de faire qui n’est pas trouvable ailleurs (et même trouvable ailleurs en mieux)

    Au hasard, accèder à l’itune music store et à l’appstore ?

    @Fred Cavazza
    @les travaux autour de HTML 5 avancent à grand pas et le futur des applications next-gen est en marche.

    HTML n’est la que pour hierarchisé l’information, autant ces évolutions sont nécessaire dans certaines domaines (encore au hasard : le référencement), autant je ne capitaliserait pas dessus en termes d’applicatif et d’interface homme / service qui repose bien plus sur d’autres langages, notamment javascript.

    Je ne serais pas autant optimiste que toi vis à vis de ce sujet au vue du consortium qui gère l’évolution de javascript, notament à cause de ce conflit entre deux participant de ce groupe de travail : microsoft et adobe, le premier souhaiter une évolution plus lente avec une version mineur de JS, le second un bond en avant avec une version majeur et éventuellement un rapprochement avec son langage maion (action script). Bien sur MS a gagné, et adobe continue son boulot dans son coin.

    Le jours ou les différences entre JS et AS seront mineur n’est pas prêt d’arriver de si tôt.

    On voit bien que flash CS4 n’exploite pas toutes les subtilités du flash player 10, et que cette version de flash n’était qu’un prétexte pour implémenter le nouveau plugin pour l’arrivée de flash builder 4 (anciennement flex) qui lui exploitera tout ça bien à fond. Cela doit être un boulot énorme pour adobe, on voit bien que peu d’effort sont consentit autours de la plateforme acrobat.com qui pourrait être bien plus, peut être attendent ils que flash builder 4 et la mouture 2009 du mxml soit finalisé pour relancer cette machine la.

    Pourquoi je parle de tout ça ? Peut être pour suggérer un Adobe web OS basé sur la flash plateform ? Après tout adobe bosse sur alchemy, son équivalent à NativeCL, et actionscript permet beaucoup plus de chose aujourd’hui que ne le permet javascript, tout en étant plus performant. Bref, adobe est un peu le bayrou dans ce domaine là, éternelle et discret troisième homme. Cela ne m’étonnerai pas une seconde qu’une annonce d’adobe, sur ce sujet précisemment, tombe dans les prochains mois.

    Par ta propre réflexion, confirmes tu mon analyse Fred ?

  11. Posté par dust a dit : le

    @jun , bel analyse . Un OS Adobe. why not !Courageux en tout cas ! Je confirme actionscript permet énormément plus de chose que Javasrcipt

  12. Posté par ran a dit : le

    > Seront-ils ettouffer Google ?

    Sauront-ils étouffer Google ?

  13. Posté par Jean-Marie Gall.com » Blog Archive » Melting Pot de News 2.0 No. 36 a dit : le

    […] Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google by Frédéric de Fred Cavazza.net […]

  14. Posté par Revue de presse économie numérique : semaine 28 | Développez votre Economie Numérique a dit : le

    […] Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google […]

  15. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Maxime > iTunes permet de connecter mon iPhone à mon netbook et donc de m’en servir comme d’un modem 3G, cet argument me vérouille sur XP (ou Hackintosh).

    @ Jun > Un Adobe OS ? Voilà une théorie intéressante, peutêtre en fusionnant Flash et AIR…

    /Fred

  16. Posté par Mary a dit : le

    Je pense que Microsfot se poursuivre sur le logo et ce n’est que le début de beaucoup de choses à venir dans ce nouvel OS guerre.

  17. Posté par Maxime a dit : le

    Le problème, c’est l’iPhone alors, pas Linux :D

    Si Chrome OS s’impose sur le marché des netbooks, il y a des chances pour que des outils qui ne sont pas compatibles avec Linux le deviennent. Ca, ce sera clairement un point positif pour l’ensemble des distributions de l’OS. Par contre effectivement, ça risque de bouffer les quelques espoirs d’UNR ou moblin ou autres de prendre des parts de marché conséquentes. Et ce ne sera pas avant l’année prochaine de toute façon.

  18. Posté par L’édito du lundi (une semaine de web et de réflexions en vrac) | Presse-Citron a dit : le

    […] nouveau point dans 6 mois pour évaluer la progression. De ce point de vue, je partagerais plutôt l’avis de Fred Cavazza sur la question, mais je pense que vu la qualité de l’analyse, je ne dois pas être le […]

  19. Posté par cr0vax a dit : le

    Fred, Linux n’est PAS un système d’exploitation. C’est un noyau. S’appuyer sur Linux, c’est donc faire un système d’exploitation.

    Linux + les logiciels GNU = un OS : GNU/Linux
    Linux + les logiciels de Google sera un OS
    Linux + le framework Android = Android
    BSD + les outis Apple = Mac OS

    Quant à l’interface révolutionnaire de Moblin, c’est juste une amélioration de ce qu’on a sur Ubuntu Netbook, sur la distrib de Asus sur ses EEE, sur Jolicloud, bref, c’est une ergonomie très classique sur les netbooks.

  20. Posté par » Les articles incontournables de la semaine - Wizishop Blog a dit : le

    […] Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google La semaine a été principalement marquée par l’annonce de Google de développer Chrome OS, […]

  21. Posté par jun a dit : le

    @fred
    Fusionner flash et air n’a pas de raison d’être. Mais je comprend ton amalgame, l’offre d’adobe est visiblement conçu pour mette le dawa dans la tête des gens, en voulant caser le mot « flash » à toutes les sauces.

    En gros l’idée, qui a du mal à passer c’est que la flash plateform tourne autours du format flash (le fameux fichier SWF), en offrant plusieurs outils pour arriver à ce fichier flash (SWF), avec entre autres choix flash (en fait flash pro CS4, l’outil d’authoring orienté graphiste) et flash (en fait flash builder, anciennement flex, orienté dev), et plusieurs destination possible à ce fichier : flash (en fait le flash player, le player web) ou flash (en fait AIR, le player desktop).

    Comme on le voit AIR et Flash (n’importe lequel) font déjà partie du même écosystème.

  22. Posté par Philippe Scoffoni (pscoffoni) 's status on Monday, 13-Jul-09 15:41:37 UTC - Identi.ca a dit : le
  23. Posté par clement a dit : le

    @maxime: j’ai essayé ubuntu mais impossible de synchroniser ne serait-ce qu’un iPod. Songbird marche bien mais nécessite encore des améliorations. Le plus handicapant restant l’iTunes store.
    Et comme le signal Fred; Ubuntu avec un iPhone je n’imagine même pas.
    Le plus important c’est que tant que les appli ne sont pas développées sur plusieurs OS, Ubuntu, Chrome etc ne décolleront jamais (iTunes n’est qu’un exemple) : même si des équivalents existent, il ne le sont jamais vraiment (équivalents).
    J’espère que la solution viendra des Nuages enfin des applis purement Web.

  24. Posté par Google annonce GooGLe Chrome OS pour faire parler les curieux… « i LoVe eMarKeTinG a dit : le

    […] des hypothèses intéressantes quant à la spécificité du produit. Une analyse cohérente de Fred Cavazza suppose Chrome OS comme le système d’exploitation Google à destination en partie des […]

  25. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Maxime > Non, le problème n’est ni Linux ni l’iPhone, c’est Apple (de loin le système le plus fermé du marché).

    @ cr0vax > Merci pour la précision, elle est subtile mais ça méritait d’être dit. Moblin, « juste une amélioration » ? Heu… tu est en train de critiquer l’avançée la plus notable en terme d’interface de système d’exploitation de ces 20 dernières années (un billet à suivre sur ce sujet sur SimpleWeb.fr).

    @ Jun > Non je ne fais pas l’amalgame, d’ailleurs j’ai publié un billet sur la politique de gamme d’Adobe et sa marque ombrelle Flash. Mon propos est plus de dire qu’à terme Adobe pourrait proposer au téléchargement un bundle avec Flash et Air (ou proposer l’installation de Air lors de la mise à jour vers Flash Player 11).

    /Fred

  26. Posté par jun a dit : le

    @fred
    Autant pour moi, j’avais mal interpréter ton propos. Il était à une époque voulu par adobe de fusionner les player flash et pdf. Mais je pense que cela a été abandonner car trop lourd. La politique du flash player étant d’être le plus léger possible aujourd’hui.

  27. Posté par clement a dit : le

    @maxime En effet, clairement le problème est Apple, et in extenso, tout les éditeurs de logiciels qui -pour cause de lobbying évidant- ne passeront surement pas sur des plateformes concurrentes. Difficile d’imaginer un MS Office disponible sur Ubuntu.

  28. Posté par Google Chrome Os avec un G comme Grid ? | TechOff a dit : le

    […] sérieusement, l’article le plus intéressant que j’ai pu lire est celui de Fred Cavazza. Surtout sa conclusion qui parle de puzzle, de pierre angulaire et de galop […]

  29. Posté par L'apéro culturel du vendredi - ilonet a dit : le

    […] Contrairement à Techcrunch, je doute que Google puisse inquiéter Microsoft à ce niveau ; Comme pour les navigateurs, je sens le flop à plein nez. D’autant plus que ce système est destiné aux netbooks, et non […]

  30. Posté par Comment le microblog a bouleversé les pratiques de blog > FredCavazza.net a dit : le

    […] et quasiment aucun lien). J’ai quelques jours plus tard pris le temps de rédiger un article plus complet avec une réflexion mieux argumentée et le résultat est bien plus satisfaisant (des […]

  31. Posté par Anthony a dit : le

    Il y a des bugs de commentaires « presse-citron » via Backtype…

  32. Posté par Benoit a dit : le

    Quid de l’utilisateur, privé de son accès internet du fait de l’application de la célèbre loi HADOPI, qui se retrouvera avec une machine inutilisable. Certes les Web OS n’en sont encore qu’a leurs prémices, mais cela montre encore plus le caractère archaïque et dépassé de cette loi.

  33. Posté par Avec Chrome OS Google se positionne sur l’outil informatique du futur > FredCavazza.net a dit : le

    […] avec impatience la sortie de Chrome OS, le système d’exploitation de Google (cf. Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google). C’est maintenant chose faite avec une présentation publique en fin de semaine dernière […]

  34. Posté par FredCavazza.net > Google Chrome OS = iOS + iTunes a dit : le

    […] exacts, voilà 1 an 1/2 que Google a annoncé son système d’exploitation Chrome OS (cf. Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google). Une attente particulièrement longue qui pourrait probablement prendre fin bientôt, car la […]

  35. Posté par FredCavazza.net > Avec Chrome OS, Google parie sur le CloudBook a dit : le

    […] est un euphémisme (cf. Google lance Chrome OS, un système d’exploitation pour netbooks, Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google et Avec Chrome OS Google se positionne sur l’outil informatique du futur). Au final, Chrome OS […]

  36. Posté par Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google | TerminauxAlternatifs.fr a dit : le

    […] /! Article initialement publié sur FredCavazza.net. […]

  37. Posté par Google Chrome OS = iOS + iTunes | TerminauxAlternatifs.fr a dit : le

    […] exacts, voilà 1 an 1/2 que Google a annoncé son système d’exploitation Chrome OS (cf. Chrome OS, la pierre angulaire de l’empire Google). Une attente particulièrement longue qui pourrait probablement prendre fin bientôt, car la […]