Le marché de la recherche relancé avec Bing et Wolfram ?

Alors que nous pensions que le marché de la recherche était définitivement acquis à Google (qui capte plus de 90% des parts de marché en France) voici que deux lancements en deux semaines m’amènent à remettre en question la suprématie de Google : Bing et WolframAlpha. Entendons-nous bien : Google n’est pour le moment pas menacé mais les innovations et le positionnement de ces deux nouveaux services de recherche souffle un vent de fraîcheur dans ce secteur.

Nous sommes ainsi tous à peu près d’accord pour dire que Google a remporté la bataille de la recherche algorithmique pour laquelle les équipes de R&D posséderont toujours une longueur d’avance (du moins c’est ce que je pense). Reste alors aux concurrents à trouver d’autres terrains de bataille pour pouvoir se démarquer. Et c’est là où les deux nouveaux services présentés plus bas rentrent en scène avec la proposition de valeur suivante : ne pas rechercher mieux que Google mais différemment. L’objectif étant de ne pas chercher à se battre sur la pertinence des résultats mais plus sur la modalité de recherche.

Il y a tout d’abord WolframAlpha qui se veut être non pas un moteur de recherche mais un moteur réponses : Là où Google se charge de remonter une liste de résultats correspondants à un ou plusieurs mots-clés, Wolgram préfère afficher une réponse unique à une question.

WolframAlpha en action
Une réponse structurée dans WolframAlpha

Le levier de différenciation de Wolgram est donc de proposer un moteur d’analyse syntaxique très sophistiqué lui permettant d’apporter une réponse unique et fiable à des questions du type “quel est l’âge du capitaine” :

Une réponse unique dans WolframAlpha
Une réponse unique dans WolframAlpha

Vous pourriez me dire (à raison) que Google propose déjà ce type d’approche  mais vous tomberez toujours systématiquement sur une liste de résultats. Bref, Wolgram se veut donc être un moteur de recherche “intelligent” qui comprend vos questions et vous mâche le travail d’interprétation des résultats. Reste encore à régler le problème de la largeur du champ de recherche (à combien de questions peut-il répondre) et la barrière de la langue (ça fonctionne bien en anglais mais quid du français ?). Plus d’infos ici : WolframAlpha, une nouvelle sorte de science pour une nouvelle sorte de moteur de recherche.

Dans un style proche mais différent nous trouvons ensuite Bing de Microsoft qui se positionne comme un outil d’aide à la décision. L’idée est à peu près la même : ne pas confronter les utilisateurs à une liste de résultats qui risque de les dérouter mais leur faciliter la tâche en présentant des résultats structurés. Et c’est dans la recherche de produits que Bing dévoile sa plus forte valeur ajoutée, il se transforme en un assistant d’achat qui se charge de collecter / agréger les avis et de comparer les prix :

Exemple de résultats structurés avec Bing
Exemple de résultats structurés avec Bing

Une approche tout à fait intéressante car c’est sur de la recherche “marchande” que Google réalise 90% de son C.A. avec les adwords. Microsoft a donc choisi de se concentrer sur ce créneau et d’anticiper le clic suivant la liste de résultats en intégrant et en retraitant les données. Peut-on dire que c’est de l’affiliation forcée ? Oui pourquoi pas. Cela nécessite de nouer de nombreux partenariats avec des services externes, mais quand on s’appelle Microsoft ce n’est pas un problème insurmontable, bien au contraire. Autre illustration avec cette recherche d’hotels dans la chaîne Travel (intégration du moteur de Farecast racheté l’année dernière par Microsoft) :

La recherche d'un hotel dans Bing
La recherche d'un hotel dans Bing

Signalons au passage que Microsoft a également prévu un programme de cashback associé à son moteur. Pour le moment Bing est très limité en France donc il vaut mieux tester la version US. Plus d’infos ici : Discover Bing et Bing Opens Up. Is It Good? It’s Too Early To Tell (et sur la version mobile : Microsoft’s Bing is Now Mobile, Too).

Donc au final, j’anticipe un marché de la recherche plus ouvert où les utilisateurs choisiront le moteur en fonction de la nature de leur recherche : Google pour une recherche générique à base de mots-clés, WolframAlpha pour de la recherche en langage naturel (comme Ask le propose dans une certaine mesure) et Bing pour de la recherche pré-achat.

Bien évidement ce ne sont pas les seules initiatives d’alternatives à Google, mais ce sont tout de même deux très bon candidats qui risquent de stimuler les autres :

  • Amazon avec son moteur A9 qui en plus d’avoir un accès direct aux produits et à la marketplace du géant du e-commerce peut également exploiter les précieuses données de sites comme Amapedia, Alexa, IMDB ou encore SoundUnwound ;
  • Yahoo! qui n’en finit pas d’agoniser (une nouvelle version ?) et qui ferait bien de nous sortir un moteur performant car reposant sur le pléthorique Yahoo! Answers mais également sur toutes les chaînes de contenu (News, Sports, Food…), les chaînes marchandes (Shopping, Tech, Travel…) ou encore les services 2.0 “maison” (FlickR, Delicious, MyBlogLog…) ;
  • Wikipédia qui est de très loin la plus grosse base d’informations de la planète et qui pourrait proposer une expérience de recherche tout à fait convaincante en mixant les contenus de l’encyclopédie collaborative, les contenus des autres sources (WikiNews, Wikia Answers…) et pourquoi pas y rajouter une pincée du très attendu Wikia People Search.

Bref, les possibilités sont nombreuses. Cela veut-il dire que les 3 acteurs précédemment cités doivent déréférencer leurs contenus de Google ? Non pas du tout, mais comme ils ont accès aux données sources ils pourraient présenter des résultats bien plus structurés.

Les lecteurs les plus attentifs pourraient me dire que tout ceci est vain dans la mesure où Google propose déjà des outils de recherche verticaux (Products, Knol, Squared…) mais ça vaut quand même le coup d’essayer, non ?

19 commentaires pour: “Le marché de la recherche relancé avec Bing et Wolfram ?”

  1. Bonjour Fred.
    Que penses-tu de Google Squared annoncé aujourd’hui (http://googleblog.blogspot.com/2009/06/square-your-search-results-with-google.html ) qui semble avancer sur le domaine de la structuration de la réponse ? Un début de réponse à Wolfram Alpha ?

  2. Bonjour,

    Que pensez-vous de Yauba, qui, me semble-t-il, est le seul a se positionner sur la confidentialité des requêtes effectuées par les utilisateurs (http://fr.yauba.com/)

  3. Je suis d’autant plus contente de la naissance de Bing que j’avais suggéré à Google il y a quelques temps de pouvoir choisir “uniquement les sites marchands” dans les options de recherche mais je n’avais eu aucun retour.

  4. @Alexis Rollin:
    GG squared se rapproche plus de Bing (présentation ordonnée de résultats et de caractéristqiues produits) que de Wolfram (réponse unique)

  5. @ Alexis > Google Squared est assurément un produit atypique : à mi-chemin entre moteur à analyse syntaxique et wiki (chacun peut compléter la réponse) le tout dans des grilles de résultats. Amusant 5 minutes mais vite lassant.

    /Fred

  6. Bonjour,

    +1 pour Yauba. J’aime beaucoup la façon dont yauba présente ses résultats, permettant d’accéder à différents types de contenus sans être obligés de passer par la recherche avancée (et sa syntaxe compliquée), le tout sur la première page.

  7. Bonjour Fred.

    Ton article est argumenté, mais j’opposerais à tes réflexions que le grand public n’a pas besoin de réponses à ses questions, mais plutôt d’aide à la définition du besoin. C’est ce que fait Google avec ses mots clefs (la précision de recherche), pour après, dans une deuxième étape, proposer une liste de résultats correspondants.

    Bref : comme les professionnels, le grand public butte souvent sur la simple définition de son besoin et du type de solution à y apporter.

    De surcroît, je ne crois pas qu’il y ait la place pour plusieurs moteurs : le grand public a déjà du mal à saisir la différence en deux navigateurs (IE et Firefox), deux webmails (Hotmail & Gmail), donc je ne le vois pas sélectionner coup-ci coup-ça tel ou tel autre navigateur en fonction de son besoin (qu’il aura déjà proprement défini).

    N’oublions pas que l’avantage de mots clefs sur Google, c’est qu’un mot clef est une idée, pas forcément définie ! Donc c’est à peu de choses près la première chose qui viens à l’esprit.

  8. Bonjour Fred,

    Merci pour cet analyse et je viens de découvrir grâce à ton article Wolfram qui me séduit.
    Chaque moteur de recherche a sa spécificité propre et son marché niche.
    Dommage que les versions francaises ne soit pas effective.Les besoins en terme de recherches évoluent créant ainsi des niches.

    @Abricoctier, je suis entièrement d’accord avec toi concernant les “mots clés”.Ton raisonnement est juste et c’est à ce niveau que Google s’avèere si “efficace”

  9. Bonjour,

    je connais aussi http://www.keyboardr.com/

    à essayer

  10. Bonjour,

    Webzzle est un exemple d’expérience de recherche en utilisant la base de concepts ET les liens (references + liens externes) de Wikipedia. De plus, Webzzle est temps réel et fournit les résultats de Google améliorés.

    Il y a même maintenant des outils pour les Webmasters et un module Firefox pour explorer en 1 click.

    A tester pour se faire une idée…

  11. Une petite précision sur Bing. Il semble que Microsoft ait reconnu, que son principal défaut était la pertinance des résultats de Live. Apparement un effort est fait avec Bing pour aider les webmaster a mieux indexer leurs sites. Ils fournissent une page dédiée ici : http://www.bing.com/webmaster. Je ne sais pas ce que font les concurents mais cet outil me semble être une bonne chose.

  12. Hello Fred,

    Super article comme d’hab … Une autre initiative française me parait intéressante en matière de search, il s’agit de besoin d’infos (www.besoindinfos.com)… qui apparemment fonctionne sous forme de questions/réponses en langage naturel !
    Apparemment le site encore en Beta a de grandes ambitions à la fois sur la sémantique et sur l’ergonomie des résultats…

    A voir donc !

  13. De très belles initiatives qui viennent compléter harmonieusement les manques de Google !

  14. Dommage que Wolfram ne soit qu’en français !
    Et hâte de voir la version complète de Bing fonctionner aussi dans ka langue de Voltaire ! !

  15. Il ya aussi Kosmix. Une facon très agréable de présenter les résultats mais surtout très organisé en créant un document populé avec diverses sources: wikipedia, youtube, flickr…etc
    A essayer.

Laissez un commentaire