Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue…

Décidément, pas une semaine ne passe sans que l’on nous annonce une nouvelle révolution sociale. Ce mois de Mai s’annonce tout de même comme une très bonne cru avec pas moins de trois annonces majeures dans le domaine de l’intéropérabilité des réseaux sociaux.

Data Availability : un pas en avant, deux pas en arrière

Contre toute attente, c’est donc MySpace qui a ouvert le bal avec le lancement de Data Availbility, une initiative visant à partager les données des membres de My Space avec les services partenaires (Yahoo, Ebay, Twitter). Comprenez par là que MySpace ouvre une partie de son système d’information pour laisser d’autres services accéder au profil des membres, à leurs photos, à leurs vidéos et à leur liste d’amis. Plus d’infos ici : MySpace Embraces DataPortability, Partners With Yahoo, Ebay And Twitter.

A priori une belle preuve d’ouverture mais à posteriori une belle démonstration de verrouillage des membres : “Laissez donc vos données personnelles chez moi (et moi seul) pour que les autres services puissent y accéder (et vous rendre encore plus dépendant)“.

Même si les mécanismes proposés sont suffisamment sophistiqués pour autoriser de la synchronisation de listes d’amis ou du mashup social, je ne peux que rester méfiant vis à vis de cette annonce. Il existe en effet un groupe de travail qui a été créé pour traiter de ce genre de questions (Data Portability), pourquoi vouloir faire cavalier seul ? En fait la réponse à cette question se trouve dans le nom de l’initiative : dans Data Portability il y a “portage” alors que dans Data Availability il y a “disponibilité“, et c’est bien là où la différence se trouve : ce projet ne vous permet de sortir vos données personnelles pour les mettre ailleurs, elle permet juste à d’autres services d’y avoir accès.

Voilà donc une belle illusion d’ouverture que nous offre MySpace. Pour en savoir plus, je vous recommande la très bonne analyse suivante : Thoughts on Data Portability.

Facebook Connect : “On a merdé mais ça va s’arranger”

Piqué au vif, Facebook propose dans la foulée (et en catastrophe) une initiative équivalente (Facebook Connect) qui va offrir la possibilité de connecter son compte Facebook à des sites et services partenaires pour leur faire bénéficier du levier social. Encore de biens belles promesses où l’on nous parle de “Real Identity” et de “Dynamic Privacy“. Mouais… venant de la part de Facebook, c’est un peu comme si le gouvernement chinois nous faisait la leçon sur les droits de l’homme et la liberté d’expression. Plus d’infos ici : Facebook Answers To MySpace With Facebook Connect.

Mais ne soyons pas trop critique, Facebook Connect est un peu comme une extension de la Facebook Platform qui donnerait la possibilité de déployer des applications sociales à l’extérieur de leur fameuse plateforme (prévoyez une avalanche de notifications).

Si vous savez lire entre les lignes, vous comprendrez que cette annonce est un constat d’échec pour Facebook : ils se rendent compte que leur technologie propriétaire (le FaceBook Markup Language) n’était pas forcément une bonne idée et qu’ils n’ont pas su atteindre la masse critique d’utilisateurs pour s’affirmer comme un standard de facto.

Je vous recommande ainsi la lecture de deux articles :

Pire, certains y voient également un aveu de faiblesse concernant la plateforme technique (qui a visiblement du mal à tenir la charge) et un moyen détourné de ne pas avoir à investir trop d’argent trop vite pour la remettre à niveau. La démission récente du fondateur et directeur technique ne serait pas un hasard : Rising Cost of Facebook Infrastructure; CTO Resigns.

Vous en rêviez ? Moi non plus !

Sans vouloir jouer les rabat-joie (quoi que un peu quand même), j’anticipe un retour de flamme de la part de la communauté qui pourrait plus craindre les dangers de cette initiative plutôt que d’en apprécier les bénéfices (lire à ce sujet : I Don’t Like Chocolate with My Peanut Butter or Why I Don’t Want a Social Graph).

J’imagine que mettre en oeuvre de telles solutions techniques est un véritable challenge technique, mais est-ce réellement ce que les utilisateurs demandent ? Encore une fois, le groupe Data Portability est réellement sur la bonne voie, pourquoi chercher à prendre des chemins détournés ?

Google Friend Connect : Et vous pensiez échapper à OpenSocial ?

Suite à ces deux annonces, Google enchaîne et dévoile son plan : Google Friend Connect. Pour les détails, c’est ici : Google Friend Connect Tries to Strangle the Social.

Il s’agit donc d’une approche inverse puisque ce Friend Connect va servir à exporter les données et applications sociales. C’est en quelque sorte un moyen de widgetiser le graphe social en injectant une dimension sociale là où il n’y en a pas (cf. Google brings Friend Connect to the masses).

Une stratégie très maline de la part de Google qui choisit de boxer dans une autre catégorie que MySpace et Facebook (normal dans la mesure où Orkut ne décolle pas en Amérique de Nord ou en Europe).

Quelques réflexions à replacer dans un contexte plus global

Passé l’effet d’annonce des ces 3 initiatives, je pense qu’il est temps de prendre un peu de recul et de replacer tout ceci dans un contexte plus large pour ce rendre comte de la supercherie :

  • C’est Yahoo qui a tiré le premier en annoncant le support d’Open ID il y a déjà quelques mois (et même Microsoft dans une certaine mesure avec son très ambitieux Live Mesh) ;
  • Attention aux dérapages éventuels. Cette triple ouverture ne fait qu’accroitre l’urgence de définir une charte des droits sociaux à laquelle les géants des média sociaux devraient souscrire (lire à ce sujet l’ébauche suivante : A Bill of Rights for Users of the Social Web) ;
  • Quid des revenus ? C’est bien beau tout ça, mais est-ce que ça va amener de l’argent dans les caisses (de la marge, pas du C.A.) ? Très difficile à dire pour le moment, même si l’on entrevoit des possibilités intéressantes (Some benefits of Data Portability for online shoppers) ;
  • Où sont les vrais standards ? Même si ces 3 initiatives font avancer les choses, nous sommes encore bien loin d’avoir un contrôle réel sur notre social graph (cf. Data Availabity, Data Connections, Data Data Everywhere).

Bref, un bon début mais la route reste encore longue.

29 commentaires pour “Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue…”

  1. Posté par Olivier alias ze kat a dit : le

    Comme Facebook semble le ré-apprendre, une spécification imaginée, développée, et proposée unilatéralement ne pourra jamais devenir un standard ou être standardisé par un organisme indépendant comme le W3C, le consortium ISO, etc.

    Quelques exemples :
    - Le OpenXML de Microsoft recalé par l’ISO
    - Le RSS 0.92 et RSS 2.0 de Netscape et RadioLand quasi ignoré par le W3C pour définir le RDF (surnommé RSS 1.0) et l’Atom.

    Sinon, je suis trés méfiants envers ces initiatives, même celui de DataPortability, où un certain copinage semble s’installer entre les géants pour répondre à la demande des users pour rendre possible l’export des données sans vraiment adopter une réelle “ouverture”.

    Et, une chose qui m’inquiête beaucoup, c’est l’obscure APML que l’on présente au service des users, mais qui par ses caractéristiques ressemble surtout à un moyen d’échanger des données utilisateurs à des fins d’usages commerciaux, marketing, ou de tracking/profiling.

    Enfin, combien même un service Web ou réseau-social propose un export réellement ouvert avec des spécifications quasi-standards comme le OPML, RSS, FOAF, ou hCard, il propose rarement à l’utilisateur de définir les droits d’utilisation de ses données… Et permettre d’interdire un usage commercial.

    Anecdote: il y a un an et demi je m’étonnais auprés de Chris Sadd que une combinaison de OPML+RSS+MicroFormats était mieux détaillé que APML. Il y a 6 mois, j’ai réclamé un attribut copyright en standard dans APML. Ca ne les interpelle pas dans le DataPOrtability Group :o| .oO(j’boycotte)

  2. Posté par Ludovic Simon a dit : le

    Excellent article, merci Fred !
    Comme tu le sous-entends (“quid des revenus ?”), et comme Tariq Krim le disait au Web3 en décembre dernier, les réseaux sociaux sont encore très jeunes et la question est de savoir précisément où se situe la création de valeur.

    En gros, il est difficile d’imaginer une vraie ouverture des réseaux sociaux majeurs tant que ceux-ci n’auront pas consolider leur business model (notamment en allant au bout du ciblage comportemental et autres nouveautés publicitaires).

    Google pourrait jouer les troubles-fêtes et accélérer le processus de data portability (qui émergera forcément un jour de toute façon)… mais à quoi bon sans Facebook et Myspace ?

    Autre réflexion, Facebook et Myspace ont peur du “si on ne le fait pas, qqn d’autre le fera”. Donc le jour ou l’un de ces 2 réseaux bougera, l’autre lui emboitera forcément le pas…. le plus tôt possible espérons-le !

  3. Posté par John a dit : le

    Je suis très déçu par ces annonces dont celles de Google.

    Proposer une Iframe à intégrer, ça semble dater de 1999… Seul le système d’inscription via le login Google est intéressant mais comment lier ça à une inscription sur notre site?? ça me semble difficile avec des API en javascript…

    Sinon, le fait que Google n’ouvre son service en sélectionnant les partenaires que sur le bout des doigts.

    Une ouverture en fanfare pour éclipser les autres initiatives de Myspace et Facebook alors qu’ils me semble qu’ils sont pas encore prêts et qu’ils ont sorti un produit immature accessible à quasiment aucun webmaster juste pour couvrir l’effet média des autres initiatives.

    Un grosse fumisterie pour le moment.

  4. Posté par Will U Meet Me » L’évolution des réseaux sociaux, la seconde vague ! a dit : le

    [...] découvrir de ce que demain sera fait, c’est ici [...]

  5. Posté par Sarah Haïm-Lubczanski a dit : le

    Je plussoie ze kat, notamment pour la méfiance envers les Data9ty, qui dans les deux cas sont des arrangements sans les utilisateurs pour se repasser les données.

  6. Posté par Innovablog > Google, Yahoo et Zoho étendent le Single Sign On a dit : le

    [...] une ergonomie développée entre ceux-ci. Lire à cet effet le billet de Fred Cavazza sur l’ouverture des réseaux. Sans parler d’intégration, la communication est à la mode entre les gros [...]

  7. Posté par John a dit : le

    En plus, le service de google est très lent… Je suis allé sur les sites de démonstration qui doivent avoir forcément un pic de trafic mais ça ne tient pas la charge, l’iframe est très lente à s’afficher.

  8. Posté par nikogaug a dit : le

    Bravo pour l’article. Et tout à fait d’accord avec le point qui me touche le plus : les réseaux sociaux, dont le contenu est fournit par les utilisateurs est le domaine ou la protection de la vie privée est la moins protégée. Et en plus si Google s’en mêle, ça risque de devenir de pire en pire.
    Moi je compte sur la communauté open-source ou collaborative pour remplacer à terme les réseaux sociaux comme Facebook ou myspace ainsi que les services à la google.
    Mozilla imposera bientôt son navigateur qui respect les standards et qui est beaucoup plus sécurisé que l’IE de Microsoft.
    Wikipedia a déjà imposé son encyclopédie.
    Peut-être que le futur moteur de recherche de Wikipedia permettra aussi une approche différente du Web.

    En tout cas,Internet évolue très vite, et même si c’est les investisseurs qui s’engouffrent en premier sur ces nouveaux marchés sans respecter ni standard, ni vie privée, y’a toujours un petit développeur de génie pour nous trouver un produit plus intéressant.

  9. Posté par Aujourd’hui , devenez riche (non je rigole), FaceBook, FriendConnect, portabilité larousse coule une bière blonde - Le blog d’Antoine Dupin a dit : le

    [...] une fois, le sceptissisme de Monsieur Cavazza est dans le vrai et soulève bien des [...]

  10. Posté par Alexis Mons a dit : le

    Tout ça est effectivement un peu précipité et un peu décousu.
    Il faut quand même dire que personne ne sait vraiment comment gagner de l’argent sur cela et je ne suis même pas sûr que les gens soient vraiment intéressés par ces services.
    En même temps, personne ne peut nier que ce n’est pas quelque part sur ce terrain que ça va se passer et gesticuler signifie malgré tout être vivant. Vers où ? pour quoi faire ? la seule chose sûre, c’est que les initiatives comme DataPortability ressemblent de plus en plus à des paniers de crabe.

  11. Posté par Comprendre Google Friend Connect | Samarkande a dit : le

    [...] a gardé le meilleur pour la fin : l’article fleuve de Fred Cavazza sur Google Friend Connect mais aussi l’ouverture de Facebook et [...]

  12. Posté par Marc-Antoine Sammarcelli a dit : le

    Quel est l’âge moyen des lecteurs de ce blog? Perso, j’ai 34 ans et je me demande si nous ne sommes pas déjà des “vieux cons”.
    Je m’explique : lorsque l’on se balade sur la blogosphère, on s’aperçoit que les données personnelles sont un sujet pris très au sérieux.
    On s’offusque des méthodes des Facebook, Google qui cherchent à collecter un maximum d’informations nous concernant pour améliorer leur capacité à vendre de la publicité ciblée.
    Pourtant, tout le monde utilise Google et améliore ainsi la pertinence de l’omnipotent moteur de recherche (perso, comme je suis déjà un vieux con, je commence par Exalead).
    D’autre part, le nombre de personnes sur Facebook montrant toute ou partie de leur vie au tout venant montre encore que ce problème de l’intimité numérique (traduction de privacy de Michel Riguidel , voir http://www.identitesactives.net/?q=lexique-terme5-privacy) n’est pas identifié par la grande majorité des internautes.
    On peut se poser la question suivante : Sachant que nous sommes entourés de personnes se moquant de leur intimité numérique et que la portabilité des données leur apporte un confort d’usage, ne serons-nous pas obligés de suivre leur comportement? La situation de monopole de Google sur le Web et l’adhésion des mastodontes à Open Social, Dataportability et autre APML ne nous obligeront-elles pas à changer notre point de vue sur la mise à disposition de nos données personnelles?
    Je crois qu’il est tout à fait envisageable de penser que nous serons de moins en moins pudiques.

  13. Posté par Laurent a dit : le

    fred,la route sera aussi très longue pour les mondes virtuels …

  14. Posté par Olivier alias ze kat a dit : le

    Le témoignage de John (qui que quoi ?) concernant Google Friend Connect est interressant ; moi-aussi, j’en ai marre de ces widgets-bidules en Javascript qui n’apportent rien en terme de référencement/indexation/audience mais contribuent plutôt à ruiner l’utilisabilité des blogs qui en sont submergés. Et fournir ces bidules, c’est pas çà que j’appelle être “Ouvert”.

    Dans mon cas, je planche pour fournir via des sources XML ; un flux RSS incrémental des contenus, un OPML de nos profils tiers et un autre de nos souscriptions, un FOAF de nos contacts, et un APML des tags générés par la plateforme. Je pense même pouvoir fournir les logs de consultation du profil, son flux RSS public, et des sources XML.

    Mais par défaut, ses sources seront strictement personnelles mais accessibles à l’extérieur via une clé oAuth (à usage unique pour pouvoir couper un accés devenu indésirable). Vous noterez que pour l’APML, la plupart de ceux qui le proposent parfois à votre insu (voir apml.org), le font sans restriction ou controle d’accés ni même de mention des droits d’utilisation. Hors, l’APML est une mine d’or pour faire du tracking/profiling commercial.

    En parallèle, je potasse sur un plugin WordPress qui utiliserait ses types de sources XML (peu importe la provenance) pour insérer – en dur – l’équivalant d’une lifestream sur une ou plusieurs pages.

    Pour moi, c’est çà être Open :op

  15. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    @ Marc-Antoine > J’ai bien peur qu’à 35 ans tu fasses partie de la tranche la plus agée de mon lectorat. Pourquoi devenir moins pudique ? Il suffit juste d’être plus prudent.

    @ Olivier > Décidément tu es intarissable sur le sujet !

    /Fred

  16. Posté par Olivier alias ze kat a dit : le

    @Fred: faut bien que je m’échauffe avant le BarCampLille :op

  17. Posté par John a dit : le

    Je pense que les données personnelles, c’set surtout un sujet qui concerne les internautes avertis (geeks) ou bien les défenseurs à tout và de la liberté individuelle.

    L’internaute moyen en a rien à faire qu’il ait 15, 30 ou 60 ans :)

    Bon après les données servent surtout à nous profiler pour cibler l’offre commerciale. Vous croyez qu’au supermarché on nous donne des cartes de fidélité pour faire plaisir??? C’set avant tout pour avoir un fichier de nos habitudes de consommation et nous profiler, et ça , ça ne semble pas gêner grand monde :)

    POurtant, rien qu’avce les produits de consommation d’une personne, ya de quoi profiler.

  18. Posté par Olivier alias ze kat a dit : le

    @John et Marc-Antoine: je viens justement de tomber sur un article qui fourni des chiffres assez surprenant:
    http://www.opossum.ca/guitef/archives/003972.html

    Et moi aussi, je pense que la génération d’internautes actuels (peu importe son age) n’a rien à voir avec les geeks des 90s dont la curiosité pour la technique (du genre à démonter le PC comme d’autres démontent une mobilette) les amenaient à être trés alerte sur la protection de leur intimité et l’usage commercial de leurs données.

    Les nouveaux internautes ignorent le niveau d’exploitation de leurs données, et ne creusent pas la question. J’ai comme exemple le cas d’une amie trés active sur Facebook qui a rejeté ma proposition d’être sur mon projet sous prétexte de préserver sa vie privée… Alors qu’un grand nombre de ses données sont sur son profil public de Facebook et que de surcroit son réseau comporte des vrai-fausse-personnes associées à des applications (càd des “couvertures” commerciales) qui ont un accés total à ses données.

    Pour résumer, Facebook donnent l’impression, avec une efficacité redoutable, que l’on controle l’accés à ses données et son intimité.

  19. Posté par Marc-Antoine Sammarcelli a dit : le

    Fred: tu as les stats sur l’âge de tes lecteurs ? ;-)

    John : Je crois que les cartes de fidélité sont quand même moins invasives que les applications Web, surtout si ces dernières échangent via APML et dataportability (je ne sais pas si la connexion entre les deux existe déjà, mais sinon, ce n’est à mon avis qu’une question de temps). Ces cartes récupèrent quelques données perso, mais surtout des données d’achat pour vendre encore mieux. Elles ne connaissent pas le nom de ton poisson rouge, ni celui de ton chanteur préféré qui lui permettraient de faire des conclusions hâtives et gênantes pour toi.

    John et Olivier : Ok pour dire que peu importe l’âge, en fait tout le monde s’en fout. Il y en a même pour dire que c’est super d’être profilé, ça permet d’avoir des publicités mieux ciblées.

    J’ai fait un calcul rapide: 3,5 millions de pages en anglais sur “personal data protection” et 4 millions de pages en français sur “données personnelles protection”. Les français seraient-ils plus soucieux de leur vie privée (je reconnais, pas trop scientifique comme approche)? Ca veut quand même dire que le sujet intéresse quelques personnes. La protection des données est peut-être une évolution de fond qui pointera le bout de son nez. Si le concept espère émerger, il faut aller vite car le taux d’usage de Google est parfaitement capable de le rendre très rapidement obsolète. Exemple de question que peut se poser l’internaute: je préfère contrôler mes données, sachant que je n’ai rien à cacher, même pas à mon patron puisque je veux être employé pour ce que je suis, ou est-ce que je préfère avoir accès simplement à tous mes réseaux et m’éclater avec mes amis, même les plus éloignés et être connecté en permanence?

    Bon, j’arrête mon roman, désolé pour la longueur.

  20. Posté par Bozena a dit : le

    Actually, quite frankly, the commentary is more interesting messages themselves. (Not to insult the author, of course:))

  21. Posté par Rétrospectives sur mes prédictions 2008 | FredCavazza.net a dit : le

    [...] défaut de forçage, on peut parler de bonne volonté, même si la route sera longue.  OpenID (implémenté par à peut-près tout le monde de Google à Yahoo! en passant par [...]

  22. Posté par Google lance sa barre comunautaire | FredCavazza.net a dit : le

    [...] le même principe que Google Friend Connect (cf. Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue…), la social bar s’installe sur n’importe quel site / blog et permet d’injecter [...]

  23. Posté par Interopérabilité des plateformes sociales, on y est presque (peut-être) | FredCavazza.net a dit : le

    [...] (cf. Un premier pas vers l’interopérabilité entre les réseaux sociaux avec DataPortabilty et Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue) mais c’est la première fois que je parle de “plateformes” et surtout [...]

  24. Posté par romonoeroetoko a dit : le

    Hm that sounds good but I would like to know more details.

  25. Posté par amenodimeno a dit : le

    That’s good man, keep it going.

  26. Posté par queroeropoo a dit : le

    Good information to me.

  27. Posté par adamoerikom a dit : le

    Stunning blog and good article. High 5 for u man !

  28. Posté par Liens du jour (mercredi 14 mai 2008) « narvic's lab a dit : le

    [...] – FredCavazza.net » Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue… [...]

  29. Posté par Liens du jour (mercredi 14 mai 2008) | novövision a dit : le

    [...] – FredCavazza.net » Ouverture des réseaux sociaux, la route sera longue… [...]

Laisser un commentaire