Omniture rachète Visual Science (qui avait fusionné avec WebSideStory)

La nouvelle vient de tomber : Omniture (un des poids lourds de l’industrie de l’analyse d’audience) vient de mettre la main sur Visual Science pour un montant de 394 millions de $ : Omniture to Acquire Visual Sciences.

Bon OK, à côté des (soi-disant) 15 milliards de $ de Facebook ça ne pèse pas lourd, mais ce rapprochement est tout de même emblématique de ce qui est en train de se passer dans le monde de l’analyse d’audience : un phénomène de repli et de concentration lié à l’arrivée récente de Google Analytics sur ce créneau. Pour faire simple : le middle market disparait au profit des plus gros acteurs (Omniture et WebTrends) tandis que les grosses régies publicitaires proposent des outils gratuits d’analyse de la performance comme “agrément” à leur prestation (Google Analytics pour Google Adwords et Gatineau pour Microsoft adCenter)

Pour mémoire, Visual Science est une société assez récente qui a révolutionné le marché avec une approche quasi-temps réel de l’analyse d’audience et des outils de reporting très puissants (voir à ce sujet la fiche consacrée à Visual Science sur le portail Web-Analytique) :

Screenshot_VisualScience.jpg

Difficile de prédire l’avenir de cette fusion : Que vont devenir toutes ces offres ? Quelle va être la nouvelle logique de gamme ? Combien de temps pour assurer l’interopérabilité entre les plateformes des différentes marques du futur groupe ? La nouvelle entité survivra-t-elle au rouleau compresseur Google ?

Bon en tout cas c’est Adrien qui doit être content ! (via GrokDotCom)

8 commentaires pour: “Omniture rachète Visual Science (qui avait fusionné avec WebSideStory)”

  1. Bien que tous jurent que les codes java n’influencent point leurs classements,
    force est de constaté que quand récemment j’ai introduit GG-analytics sur ma page d’accueil, j’ai perdu ma première place pour le mot -temps- que j’occupais depuis de nombreuses années sur yahoo et msn
    En d’autres termes, la guerre des puissants se passe aussi en dessous.
    Cordialement

  2. Ce type d’initiative devrait permettre une concurrence saine dans ce domaine. Rappelons que les données mesurées par google analytics restent la propriété de google, et qu’on ne sait pas comment elles sont utilisées, même en essayant de lire entre les lignes des conditions d’utilisation.

    De plus, de nombreuses sociétés ont une réelle légitimité sur le marché de l’analyse d’audience, et l’outil (anciennement) Web Side Story HBX n’a rien à envier à Ggle analytics, au niveau des fonctionnalités e-commerce notamment.

  3. Je trouve que c’est une bonne nouvelle au regard de la qualité de ces 2 acteurs qui visent les mêmes clients, les grands comptes qui ont besoin d’un outil fiable, indépendant (au contraire de Google Analytics) et d’un accompagnement d’expert.

    ———-
    Guillaume, netbulle.info

  4. Il faut clairement que ces acteurs se positionnent sur la fréquentation en temps réel et l’aide à l’analyse.
    J’utilise Google Analytics depuis quelques temps et ce sont mes deux griefs sur ce service.
    1. Attendre le lendemain 9h pour avoir les stats de la veille
    2. Se débrouiller pour traiter la quantité phénoménale d’information fournie

    En revanche pour revenir sur ce que “temps” a dit, j’ai longtemps hésité pour mon blog entre un wordpress/dotclear hébergé par mes soins ou une plateforme blogger. J’ai choisi cette dernière pensant que ça faciliterait mon référencement sur Google et ça n’a pas loupé.
    Je suis très bien placé sur des mots clés généralistes (e-tourisme par exemple) alors que mon blog n’a qu’un petit mois de vie.

  5. Je pense qu’il ne faut pas regarder Omniture et les grands acteurs du secteur comme des acteurs de la mesure d’audience. En effet, leur solution est plutôt à penser en terme de eCRM avec une brique de mesure d’audience, mais surtout de la donnée structurée autour de l’utilisateur plutôt que de la page.

    Google Analytics fait de l’extrapolation, de l’aggrégation, et surtout du différé ce qui en fait un excellent outil de découverte, mais si on veut manipuler ses données, c’est tout simplement impossible. Le haut de gamme est constitué de professionnels de la base de donnée, et maintenant ils investissent dans la visualisation… A suivre

  6. Ce qui est en train de se passer, c’est que les entreprises commencent à comprendre que la mesure comportementale des sites ne suffit pas. Que si l’on n’est pas capable de raconter “l’histoire marketing” de la visite, on est pas beaucoup plus avancé. Et que, pour avoir justement les tenants et les aboutissants de l’histoire, il faut à un moment poser des questions. D’où l’intérêt du web alaytic attitudinal: poser des questions aux visiteurs pour mieux comprendre l’impact des sites. Dernier point: on avait pensé qu’avec internet, en mesurant tout, on saurait tout. Erreur…si on n’a pas le fil conducteur de l’histoire pour interpreter et analyser les données, le plus bel outil du monde ne sert à rien. C’est un métier de service où le conseil va à nouveau prendre son importance. Data is not dead, but insight is king !

Laissez un commentaire